aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

De l'encrage des plaques polymères SOLARPLATE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

pierreZ


Bonsoir à tous,

Le processus d'encrage que je pratique ne me satisfait pas !
Le voici: Tarlatane froissée et bien "cassée". Puis papier journal, puis papier de soie enfin la paume de la main.
En fait, soit j'enlève trop d'encre (évidemment dans les zones noires) ou alors j'en laisse de trop (pour sauvegarder les noires) mais ce n'est pas la bonne solution car les zones blanches ne le sont plus !
En fait, malgré plusieurs essais et variantes, rien n'est satisfaisant.
Les encres sont AKUA ou Charbonnel à l'huile.
Merci à ceux qui voudront bien me faire partager leur expérience.

PierreZ

pierreZ



Le silence est d'Or... mais tout de même silent

PierreZ

jeanclaude

avatar
Bonjour Pierre
En cette période de décembre ne t'étonnes pas du peu de réponses sur le forum.

Je ne peux malheureusement pas t'en dire beaucoup sur l'essuyage des plaques photopolymère, mais j'ai pratiqué l'essuyage des films photopolymères et c'est plus difficile que celui du cuivre, surtout avec les encres grasses traditionnelles qui ont tendance à coller sur ce matériau.
C'est le seul cas de figure où les encres Akua sont appréciables, à mon avis évidemment.
Ces encres Akua sont beaucoup plus fluides, sauf à y ajouter un stiffener et on risque d'en enlever trop, il faut la main légère et prendre le temps nécessaire.
De plus on voit beaucoup moins bien l'encre sur le matériau en question ce qui n'aide pas beaucoup.
Pour le film polymère j'en était venu à n'utiliser que le papier machine, tendu sur un bloc bien plat et un peu de paumage en final.

Les phase de l'essuyage que tu mentionnes sont les phases standards qui ont fait leurs preuves, encore faut il les exercer avec les bons gestes et l'intensité voulue.
Dans des ateliers collectifs j'ai vu maintes fois des graveurs s'y prendre de la pire façon avec ces mêmes bons ingrédients:
la tarlatane en morceau ridiculement petit au bout de la main ou pire au bout des doigts, alors qu'il faut une boule large et au fond bien plat (un carré de 70 cm de cotés de tarlatane avec la bonne forme), il faut trois boules ou deux au minimum, une qui a beaucoup servi très sale, une moyenne et enfin une presque propre d'encre. Il faut être patient et ne pas appuyer,  savoir attendre, enlever l'encre progressivement. Si on est impatient on appuie trop et on vide les tailles
Comme on y voit moins que sur le métal nu il est plus difficile de juger, seule la répétition peut nous apprendre à voir juste.
Pour le paumage, comme tu le sais: sécher la paume en essuyant le blanc d'espagne sur le tablier avant le geste.

Je suis certain qu'il n'y a pas de truc miracle, il faut faire et refaire jusqu'à bien maitriser l'essuyage, mettre au point sa propre manière.

pierreZ


Jean-Claude,

Merci d'avoir pris du temps pour me répondre. Je tarde à réagir car j'étais coupé du " monde " quelques jours...
Au moment où j'écrivais mes lignes, je me doutai bien que la réponse ne pouvait se faire par ... mail !
L'encrage et l'essuyage sont un art à eux seuls.
Pour autant, en reprenant point par point la succession de tes opérations, tu m'auras cependant orienté dans la bonne voie.
Merci pour cela,

PierreZ

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum