aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

habillage et dureté du rouleau dans l'impression en taille d'épargne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

pierre


Admin
Suite aux questions posées par Gabriel Sir Gong (dont on a plus de nouvelles) et aux remarques de Sylvie qui, pour moi, s'appliquent particulièrement à l'usage des papiers fins, j'ai essayé de synthétiser mes expériences dans ce schéma que j'ouvre à vos remarques.

Le schéma est plus pensé pour des papiers épais à durs, sans grains ou avec.

J'ajouterai que l'effet de l'encre qui bave est flagrante avec des encres à l'eau qualité école qui couvrent mal et pour lesquelles on a tendance à forcer l'encrage, mais on retrouve cela aussi avec de bonnes encres si l'on encre trop le rouleau. Il faut passer du bruit du pneu sur l'asphalte mouillée à celui du boyau de vélo de course avec une encre très pigmentée. Et dans ce cas, la régularité de la pression lors du tirage devient importante.

Travaillant essentiellement sur médium, j'utilise les encres à l'huile, Sakura tant que j'en trouverai – le brun vient de disparaître –, le médium interdisant un nettoyage à l'eau.

L'habillage est là pour transmettre la pression, la répartir, pour donner plus d'élasticité au papier et limiter les chocs du passage sous presse.
J'habille au minimum, essentiellement à la carte de Lyon, fermement élastique et qui ne prend pas ou très peu l'empreinte, ce qui est aussi le cas de certains plastiques, rhodoïd…

Pour le papier, j'aime utiliser le papier litho lisse de Hahnemühle


Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
pierre a écrit:Suite aux questions posées par Gabriel Sir Gong (dont on a plus de nouvelles)
Coucou Pierre (et les autres).
Désolé de ne pas avoir donné de nouvelles, j'ai été pas mal occupé ces derniers mois. Je profite d'une accalmie pour faire un tour sur le forum et me remettre dans le bain. Wink
Je continue à faire de la gravure (lino et bois) dès que j'en ai le temps, et tes conseils m'ont été extrêmement précieux, merci encore. Petit à petit je trouve mes marques et arrive tant bien que mal à sortir des images.

(J'ai mis à jour mon site où on peut voir quelques gravures.)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.trobo.com/troblog
Je fais remonter ce poste qui m’intéresse particulièrement. Tout d'abord, bravo Pierre pour ce schéma on ne peut plus clair. Les rouleaux vendu généralement pour la taille d'épargne (qui sont plutôt mou ,environ 40° shore quand c'est indiqué) sont tous bon marché.Je me demande si on peut vraiment faire du bon travail avec ça. Personnellement, j'ai du acheter le moins cher et je ne suis pas du tout satisfait. Il est à peine cylindrique!J'en ai commandé un un peu mieux, je vais voir ce que ça donne.
Faut-il passer au rouleaux pour la litho à au moins 500 euros ou y a-t-il un intermédiaire suffisant pour la taille d'épargne?
Qu'elle est la limite pour toi entre un rouleau dur et un rouleau mou?


Ps: quelqu'un a déjà utilisé des balles d'encrage?

Voir le profil de l'utilisateur

pierre


Admin
Bonjour,
Ce schéma est théorique, et pour ma part, je n'ai aucune idée des différentes duretés de mes rouleaux.
Je les achète au grès des découvertes, avec aussi des désagréments, mais aussi de bonnes surprises (rares). Effectivement un bon rouleau est vite cher, et doit s'entretenir avec soin, comme le reste des outils.
Pour ma part j'encre au son : roue de camion sur route nationale mouillée, trop d'encre ; boyau de cycliste sur route humide, tout juste assez d'encre mais je passe plusieurs fois.
Balle d'encrage, jamais utilisé pour la taille d'épargne, il faudrait les fabriquer de belle taille, (voir un post ou c'est évoqué pour l'encrage des plaques taille douce) et cela ne me semble plus correspondre aux travaux actuels où les aplats prennent de plus en plus d'importance. Mais, on trouvera toujours qq'un dont l'expérience et la pratique démentiront mes propos.
J'encre mon bois hors de la presse sur un dispositif décrit sur un autre post, le rouleau va très bien.
Sur une presse a épreuve, bois bloqué, j'ai l'impression qu'il faut une belle habileté pour encrer manuellement au rouleau régulièrement, et je serais aussi tenté de rechercher du côté des balles d'encrage.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum