aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Kitchen Litho...graphie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 5 sur 6]

101 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 13 Nov 2013 - 12:58

raf

avatar
Bravo, ça a l'air très chouette cette histoire.
J'ai quelques questions qui me viennent à l'esprit, je ne sait pas si tu aura le temps de renseigner ma curiosité naturelle.
Est ce que le texte aussi est en "kitchen litho" et si oui comment as tu fait pour avoir de si beaux caractères réguliers?
Est ce que c'est un livre en accordéon? Chaque page est imprimée séparément et ensuite pliée puis collée à la suivante?
...en tout cas c'est une belle réalisation qui donne envie de se pencher sur la question cheers cheers cheers
Je lui souhaite beaucoup de succès aussi!

102 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 13 Nov 2013 - 19:44

Emilion

avatar
Bonsoir Raf,

Ce livre fait partie de mes recherches en cours sur la suite que je prépare en Kitchen Litho. Le livre n'est pas parfait et si c'était à refaire je ferais autrement. Mais, je peux dire maintenant qu'il est fini: "oui je maîtrise parfaitement la Kitchen Litho" car j'ai essuyé les plâtres avec ce livre (par ma faute aussi).

Oui la matrice est faite de papier d'aluminium pour les textes aussi ! Ah oui maizalors… comment c'est fait? C'est tout bêtement (ah! simple mais pas si facile en réalité) un transfert réalisé à l'acétone à partir d'une impression laser. Je travaille actuellement à la rédaction de la suite "Kitchen Litho II suite expert…" où j'expliquerai tout en long en large et en travers car effectivement la Kitchen ne paye pas de mine mais c'est une véritable technique noble d'impression d'art de haute qualité si on se donne la peine de bien vouloir l'apprendre. Pour info, le transfert est très connu des ateliers litho sur pierre et c'est une pratique courante au Royaume-Uni ou USA… Mais c'est toxique me direz-vous! Oui soit mais il y a des astuces pour limiter toussa. J'y travaille. J'ai besoin encore de quelques mois pour "finir" mes recherches dans ce domaine.

Oui c'est un leporello (accordéon). Quand j'ai commencé le livre je l'ai très mal commencé et oui chaque page est collée l'une à l'autre et oui les repérages auraient dû être précis mais voilà je me suis laissée emporter sans tout bien réfléchir. Mais voilà c'est un premier jet !

http://www.atelier-kitchen-print.org

103 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 14 Nov 2013 - 18:37

jacky

avatar
Bravo Emillion pour cet ouvrage même si le terme kitchen litho me gêne toujours je vois
que vois que tu progresses dans tes recherches as tu essayé le papier transfert litho?

http://pagesperso-orange.fr/atelierdartiste/cariboost1/index.HTM

104 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 14 Nov 2013 - 20:41

raf

avatar
Question Question génial ...il fallait y penser et maîtriser le processus ce qui n'est pas évident du tout.
j'avait déja essayer avec une amie le transfert d'images couleurs issu d'une imprimante laser avec de l'acétone et une presse taille douce; C'est loin d'être régulier et évident...mais on s'est acharnés et on a eu quelques résultats....mais a quel prix !le soir venu nous avons eu des migraines terribles What a Face affraid perso ça m'a un peu dissuadé de jouer avec ça!
Alors si tu trouve le moyen d' obtenir des résultats sans toutes ses nuisances je dit cheers cheers  et j'ai hate que tu arrive au bout du tome 2 !!bounce bounce bounce bounce 
il y a une video ou j'avait vu un transfert en litho sur pierre:
http://www.youtube.com/watch?v=31ZRXMZZTjs

Merci pour tes explications et ta disponibilité et bonne continuation dans tes recherches...
C'est une technique dont les possibilitées semblent "vertigineusement" richent en effet.C'est passionnant.

105 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 14 Nov 2013 - 21:39

Emilion

avatar
Merci Jacky et Raf !

Hé ouais… ça paye pas de mine mais c'est génial la Kitchen Litho… hé! ;-)

Oui je connais un peu Itazu car j'ai discuté avec un moment par email. Il a appris la litho aux USA...

Moi aussi j'ai hâte d'avancer dans le tome II… J'ai plein d'idées… j'essaye mais voilà... j'espère aussi que la chance s'en mêlera afin que je puisse réussir à travailler dessus. Pour l'instant je suis confiante tout de même.

Pour le nom Kitchen Litho, c'est un compromis, pas le pire à mon sens. :-)





http://www.atelier-kitchen-print.org

106 Stage à Poitiers le Lun 2 Déc 2013 - 9:05

Emilion

avatar
Bonjour à tous, ici le lien du stage de 3 jours Kitchen Litho à Poitiers. http://www.atelier-kitchen-print.org/kitchen-litho-a-lecole-des-beaux-arts-de-poitiers-article-23/

http://www.atelier-kitchen-print.org

107 Re: Kitchen Litho...graphie le Lun 24 Fév 2014 - 21:10

Emilion

avatar
Une expo de Kitchen Litho d'Émilion. Un premier article avant 2 autres sur la gravure et sur la Kitchen Litho. L'asso a invité des artistes, c'était super. Merci à tous pour votre soutien plus que nécessaire. A bientôt !

http://www.atelier-kitchen-print.org/artup2014-lille-art-13/

http://www.atelier-kitchen-print.org

108 Re: Kitchen Litho...graphie le Lun 3 Mar 2014 - 9:47

jeanclaude

avatar
Bonjour
Bonjour Emilion et, avec un peu de retard en ce qui me concerne, merci pour ce lien vers Art Up qui nous permet de voir les lieux et les activités qui s'y sont déroulées:
les ateliers de Kitchen litho et les démonstrations d'impression par Michel Cornu.
amicalement

109 Re: Kitchen Litho...graphie le Lun 3 Mar 2014 - 12:26

Emilion

avatar
Merci Jean-Claude. Je prépare l'article pour présenter la partie Kitchen à art Up cette semaine. Je suis vraiment heureuse et impatiente de le publier mais ça me demande du temps.

Pour ceux qui souhaitent recevoir les articles que je publie, n'hésitez pas à vous inscrire sur ma newsletter sur le site de l'atelier Kitchen Print.

http://www.atelier-kitchen-print.org

110 recherche sur la kitchen litho le Mar 18 Mar 2014 - 21:23

nyckian

avatar
Bonjour à tous, une petit présentation pour un premier post sur ce forum que je consulte depuis 2 ans et que j'apprécie pour la qualité humaine de ces échanges et pour la mine d'informations de toutes sortes qu’il recèle sur la gravure. Merci à tous ceux qui contribuent.
Je pratique la gravure à Nanterre depuis 2 ans de façon assidue dans l'atelier communal dynamique et chaleureux. J’ai construit une presse à cric qu’il faudra que je montre. Empreintes, eau-forte, burin, bois, lino, et aussi depuis décembre dernier la Kitchen Litho selon la méthode géniale développée par Emilion ! Après quelques essais, je commence à bien maîtriser la technique (méthode simple mais pointue qui demande de l'humilité et de la patience)
Ensuite j'ai cherché à comprendre ce qui se passait sur la feuille d'aluminium du commerce utilisée en Kitchen Litho pour pouvoir passer à une gravure directement sur une tôle d'alu.
J'aimerais partager sur ce forum ces quelques découvertes et expériences

http://www.zuluk.fr

111 Re: Kitchen Litho...graphie le Mar 18 Mar 2014 - 21:47

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonsoir nycklan.
Je ne te dis pas "bienvenue sur le forum" puisque tu le consultes depuis deux ans, merci beaucoup pour ta présentation et bienvenue pour ta première intervention.

La kitchen litho est en effet une technique riche de possiblités, je l'ai peu pratiquée, juste un essai qui a bien fonctionné et les suivants plutôt ratés, par ma faute.
Je n'ai pas persisté ne voulant pas me disperser encore un peu plus parmi les nombreuses domaines de la gravure.
Cette technique semble simple mais ce n'est qu'une apparence, on peut en faire de belles réussites avec le travail.

Notre amie Emilion qui suit ce forum pourra te donner beaucoup d'infos précieuses sur cette technique qu'elle développe sans cesse depuis son invention.

A bientôt

http://aquatinte.forumactif.com

112 recherche en kitchen litho le Mar 18 Mar 2014 - 22:17

nyckian

avatar
Dans la Kitchen litho, l'important semble de constituer une bonne couche d'alumine par procédé chimique de façon à rendre la surface très hydrophile.
La création de la couche d’alumine plus épaisse peut s’obtenir avec plusieurs produits :
1) le Coca (10 seconde comme dit Emilion),
2) le vinaigre (7-8 min selon la vidéo d’un américain qui n’aime pas gâcher le coca ! (sic)
3) le bicarbonate de soude car le bicarbonate attaque l'alu, c'est même dangereux de cuisiner avec les vieiles casserolles en alu. Avec le bicarbonate de soude il faut compter environ environ 10 min avec une solution saturée à 60gr/litre (dissolution à chaud , c'est mieux)
4) peut être le citron ou l’acide citrique.

Ces produits restent, il me semble, dans l’esprit Kitchen Litho, non toxique. J’utilise le vinaigre blanc à 8° du commerce, ré-utilisable et dont le temps de morsage peut être mieux contrôlé que celui du coca. On peut même retravailler des zones avec du vinaigre en cours d'encrage/impression, si certaines zones viennent à "s'embourber", . C'est incolore mais il faut se méfier de l'acidification du papier. Il faut repasser l'éponge avec de l'eau propre avant de tirer.

http://www.zuluk.fr

113 Re: Kitchen Litho...graphie le Mar 18 Mar 2014 - 22:22

pierre

avatar
Admin
Selon Bruno Gary et Emilion, c'est l'acide phosphorique du coca qui est actif,
C'est aussi ce qui constitue le nettoyeur WC spécial recommandé pour conserver en état les joints caoutchouc de mon sanibroyeur.

http://sites.google.com/site/grifeblois/

114 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 19 Mar 2014 - 9:32

Emilion

avatar
Cet américain a posté sa vidéo avec le vinaigre et a fait un buzz énorme. Il n'a jamais voulu me répondre ni me parler ! (alors que je me présentais gentiment, j'apprécie :-/) Depuis beaucoup utilisent le vinaigre. Drôle d'idée selon moi d'utiliser du vinaigre. Mais bon pourquoi pas. On peut utiliser pas mal de choses pour aciduler le métal mais malgré tout je reste (perso) sur le cola car c'est la "boisson" la moins chère. On peut la diluer si c'est trop fort mais moi je le fais jamais. J'ai toujours dans l'idée qu'on ne joue pas avec la nourriture et je considère le cola comme un médicament même si j'en bois parfois. Bruno Gary me disait que le vinaigre est utilisé en litho en général pour dépréparer la plaque. Mais si ça marche et que les gens aiment le vinaigre, c'est bien. Je préfère pour ma part l'odeur du cola dans mon atelier. Chacun fait comme il veut bien sûr et heureusement.

Pas toujours facile cependant de faire en sorte qu'on reconnaisse mon existence, cet américain est un exemple parmi d'autres. J'ai même entendu parler de professeurs de gravure en France (et ailleurs aussi) disant que que la kitchen litho existait avant (qu'elle existe hum). Ils font maintenant de la Kitchen Litho avec leurs élèves alors qu'avant ils n'en faisaient pas avant (forcément). Beaucoup n'ont pas lu mon manuel, c'est pas le meilleur manuel du monde mais c'est une livre que j'estime intéressant et ouvert.

Désolée, j'en oublie les gens qui me soutiennent et je les remercie de tout cœur ! :-) Sans le soutien des graveurs et amateurs d'estampe français je n'aurais pas pu diffuser la technique, écrire le manuel et tenter les traductions anglaise et espagnole.


Cette Kitchen Litho par exemple de Sébastien Desplat a été réalisée au feutre (crachis et dessin) sur papier aluminium. L'artiste à voulu un liseré noir (sorte de cuvette!) autour du dessin et a découpé le métal avec une paire de ciseaux. D'autres artistes ont voulu garder le côté aléatoire de la découpe.

Ici les liens sur Art Up où vous verrez des kitchen lithos d'artistes des Pays-Bas et français. N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour recevoir mes articles si vous voulez des nouvelles plus régulières. Merci encore
http://www.atelier-kitchen-print.org/remerciements-artup2014-art-44/
http://www.atelier-kitchen-print.org/artists-kitchen-litho-artup2014-art-34/

http://www.atelier-kitchen-print.org

115 recherche en kitchen litho le Mer 19 Mar 2014 - 10:14

nyckian

avatar
La vidéo de l'américain qui utilise du vinaigre m' a fait sourire car pour lui le Coca, c'est fait pour être bu. Selon lui, c'est un produit noble et il est inconcevable de s'en servir pour autre chose. C'est typiquement américain. En réalité, le coca avec un Ph de 2,8 est un produit à boire avec précaution, en quantité limitée. Boire du Coca à ph2,8 est équivalent à boire du vinaigre à 8° qui possède un ph à 2,4. Par ailleurs, l'acide phosphorique qu'il contient, est un des acides les plus réactifs (avec presque tous les métaux) Comme le dit Emilion, il vaut mieux le considérer le coca comme un médicament.
Je suis d'accord également que l'odeur de vinaigre est moins agréable et que cette odeur peut gêner certains publics (jeunes et moins jeunes).

Là où je voulais en venir avec cette histoire de vinaigre , c'était que dans mon esprit, lorsque j'ai vu l'utilisation du Coca , j'ai tout de suite pensé à l'association de l'acide phosphorique et de la gomme arabique (très hydrophile) qui sont systématiquement cités dans la formulation au dos de la bouteille, comme si l'acide servait à accrocher les molécule de gomme arabique sur la feuille d'aluminium. Avec l'utilisation du vinaigre blanc pur, il n'y a pas de gomme arabique, donc c'est une autre réaction qui est à l’œuvre : la création d'une couche d'alumine ou d’aluminate.
J'exposerai ma théorie physico-chimique de la Kitchen-litho dans un prochain post. Si cette théorie est partagée , je ne vois aucun inconvénient à ce qu'elle figure dans ton manuel, Emilion. Ce sera une modeste contribution pour faire avancer le chmilblick.

http://www.zuluk.fr

116 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 19 Mar 2014 - 10:36

Emilion

avatar
Merci Nykian.

Oui le cola réunit acide phosphorique, gomme arabique et bon PH.

C'est vrai que je pense comme toi que le cola pour les américains c'est pas bien de le dévaloriser. C'est une de leur fierté, c'est ni bien ni pas bien. Bien qu'au départ dans ma tête c'était pas dévalorisant du tout d'utilise du cola ! je ne suis pas du tout contre le cola bien que depuis peu je me dis qu'on devrait plus le considérer comme un médicament. c'est à dire à consommer avec modération attention. On peut se faire plaisir aussi mais c'est vrai que c'est une boisson addictive. Mais j'adore le goût du coca (la plante) son odeur, que ce soit des bonbons, des glaces etc. je l'avoue ! ;-)

Dans mon manuel je montre ma première kitchen litho qui est une litho sur une chute de plaque alu qu'on m'avait gentiment donné. Je travaille aussi à développer sur plaque bien sûr même si c'est vrai que le papier d'aluminium m'a fasciné par ses possibilités (différentes de la plaque).

Par rapport au vinaigre oui je serai intéressée de comprendre son intérêt, merci de nous faire partager tes expériences.

Perso je reste persuadée actuellement que le PH acide suffit à révéler et augmenter les capacités hydrophiles de l'aluminium.

http://www.atelier-kitchen-print.org

117 recherches en kitchen-litho le Mer 19 Mar 2014 - 11:36

nyckian

avatar
Voici ce que j'ai compris de la kitchen-litho
Tout d'abord il faut partir de la feuille d'aluminium vendue dans le commerce, un coté est mat l'autre brillant. Pourquoi ?
La feuille d'aluminium de cuisine est fabriquée par laminages successifs d'une tôle d'alu jusqu'à obtenir quelques centièmes de millimètre d'épaisseur. Dans le dernier laminage, les feuilles sont tellement fragiles que le procédé de laminage les apparie par deux pour augmenter leur résistance. Il y a donc deux feuilles qui passent en même temps entre deux rouleaux de laminage. Pour diminuer les résistances de frottement, les rouleaux de laminage sont lubrifiés.
Les surfaces extérieures en contact avec les rouleaux sont brillantes par le contact avec les rouleaux (plus durs que l'alu) et par le lubrifiant de fabrication. Le coté mat correspond au coté où les deux feuilles sont en contact l’une avec l’autre lors du passage sous les rouleaux de laminage. Ce coté (intérieur) ne reçoit pas de lubrifiant.
A l'issue du laminage, on sépare les deux feuilles, le coté brillant protégé par le lubrifiant ne va pas s'oxyder mais le coté intérieur va se modifier. L'aluminium est un métal très réactif (3 ions à céder), il s'oxyde en quelques secondes au contact de l'air. Il se forme alors une couche d'alumine (Al2O3) de quelques microns (2-3 microns), couche protectrice de l'aluminium, invisible car l'alumine est transparente. Cette couche de l'alumine est hydrophile et poreuse en surface.
On peut faire l'expérience avec un peu d'eau : coté brillant, la feuille d'alu toute neuve laisse glisser l'eau et ne retient pratiquement aucune goutte , mais coté mat (recouvert d'alumine) la feuille est bien mouillée.
Mais alors, si le coté mat est déjà hydrophile sur toute sa surface, comment marche la lithographie basée sur le principe hydrophile/lipophobe et hydrophobe/lipophile , le gras repousse l'eau et vice-versa ?

Dans le Coca Cola, c’est bien l’acide phosphorique qui réagit avec l’alumine et l'aluminium. L’acide phosphorique est utilisé dans certains procédés pour détruire l’alumine avant anodisation. Dans un premier temps, l'acide va détruire la fine couche d'alumine déjà présente. Seulement, dans le coca cola, l’acide est mélangé avec de l’eau et il se produit une réaction complexe  de reconstitution d’alumine (Al2O3) et probablement d’aluminate Al2(OH)3 par recombinaison avec les molécules d'eau.  Le phénomène gagne les couches plus profondes de l'aluminium. Il se forme alors une couche beaucoup plus épaisse d’alumine , donc une couche beaucoup plus hydrophile.

A l’issue du morsage au Coca, il y a donc des zones qui ont été protégées par le crayon gras où la couche d’alumine est faible et des zones mordues par le coca où la couche d’alumine est plus épaisse et retient encore mieux l’eau.
Oui,  mais après le morsage au Coca, on enlève les traces de crayon gras !!! On a donc que des zones plus ou moins hydrophiles. En principe , une fois qu'on a essuyé la plaque avec l'éponge mouillée, aucune zone ne devrait retenir l'encre grasse !! Y a un truc qui cloche ....

Il faut revenir au départ.
Au démarrage, le coté mat de la  feuille d'alu est sec et revêtu d'une très fine couche d"alumine poreuse (ce qui lui donne son coté mat).
Lorsqu'on dessine avec un corps gras (savon, crayon litho), on contamine la couche d'alumine poreuse. Il faut supposer que les molécules de corps gras pénètrent dans l'alumine. Par ailleurs, on protège les zones dessinées car le corps gras est insensible à l'action de l'eau, repousse l'eau et l'acide dilué dans l'eau. Je pense que c'est important de dessiner sur une feuille bien sèche. Une feuille très légèrement humide (parce qu'on a nettoyé la feuille à l'alcool à brûler, parce que l'atmosphère est humide, la plaque froide) est un facteur d'échec (expérience vécue).

Lorsqu'on enlève les traces de crayon gras ou savon gras avec de l'huile de colza, on travaille sur une plaque déjà mouillée (rincage après application de l'acide), l'huile glisse sur l'eau correspondant aux zones à forte épaisseur d'alumine hydrophile et vient remplacer le corps gras du dessin par un autre corps gras. Les zones à faible épaisseur d'alumine restent contaminées par un corps gras.

En résumé, dans la kitchen-litho, on joue
- sur la porosité de l'alumine (bien sèche et bien propre) au départ pour y ancrer un corps gras,
- sur l'acidulation en profondeur de l'aluminium, pour créer une épaisseur d'alumine (ou d'aluminate) hydrophile et poreuse capable de constituer une couche d'eau suffisante pour résister à l'application de corps gras (huile de nettoyage, encre d'impression).
- sur le remplacement d'un corps gras par un autre corps gras, dans la phase de nettoyage du dessin et dans celle d'encrage avant impression.

Merci de votre avis, amis lecteurs,

http://www.zuluk.fr

118 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 19 Mar 2014 - 11:55

jeanclaude

avatar
wahou nyklan !
Impressionnante intervention, bravo de quoi phosphorer, et oui toujours ce phosphore, omniprésent dans la Kitchen litho.
Si du haut du ciel Bruno suit l'affaire il doit phosphorer lui aussi qui aimait tant comprendre le pourquoi du comment.

C'est une démarche très utile d'analyser le processus.
As tu dans ta bibliothèque "The Tamarind Book of Lithography" ? on y trouve à propos de l'eau et des corps gras des infos intéressantes sur les réaction physico chimiques au niveau du zinc ou de l'aluminium.

119 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 19 Mar 2014 - 13:30

nyckian

avatar
Merci Emilion de m'avoir fait connaitre les Kitchen Litho de Sébastien Desplat. Il commence à y avoir des effets d'aquatinte, c'est très intéressant. Je vais m'abonner à ta newsletter.
Merci Jean Claude de ton conseil, je vais rechercher le bouquin "The Tamarind Book of Lithography". L'anglais ou l'américain ne me fait pas peur ..... sans aller pour autant à boire du coca tous les jours Very Happy .

http://www.zuluk.fr

120 Re: Kitchen Litho...graphie le Mer 19 Mar 2014 - 14:41

Emilion

avatar
Very Happy 

Oui je suis assez d'accord sur ces principes.

Par contre on est pas obligé de mouiller la plaque pour y mettre de l'huile (même si c'est mieux). Le métal garde en mémoire l'action de l'acide (jusqu'à un certain point). Pour la profondeur de l'action de l'acide je pense que ça reste en surface. Contrairement à la pierre qui est vraiment poreuse.

Ensuite comme je le dis dans le manuel, les deux côtés de l'alu fonctionnent aussi bien l'un que l'autre.

"Morsure" je crois que c'est mieux que "morsage" du moins je ne connais pas ce mot pour l'instant.
"Morsure" s'applique à la gravure sur métal et n'est pas vraiment un terme lithographique. En litho, on parle d'"acidulation" de la plaque avec l'acide nitrique pour la pierre, phosphorique pour le métal. C'est un hasard rigolo que la Kitchen litho acidule au cola mais je n'ai absolument pas inventé ce terme ! ;-)

Mon manuel (et je prépare la suite avec bientôt des vidéos payantes pour financer mes recherches) est inspiré des derniers et touts premiers manuels de lithographie.

J'ai adapté la litho sur alu avec les moyens actuels qui nous sont donnés, rendu non-toxique et simplifié la litho sur aluminium. Et ça suffit bien par rapport au nombre d'exemplaires à faire (facilement jusque' à 200 d'exemplaires). Il faut se souvenir qu'au départ on a blindé à fond la technique de la litho pour pouvoir imprimer le plus possible d'exemplaires (des milliers) sans trop avoir à souffrir de l'instabilité intrinsèque de cette technique.

C'est vrai que, bien que "Kitchen" (c'est drôle, sympathique toussa), ça n'en reste pas moins un mode lithographique qui demande, c'est tout à fait vrai : Humilité et persévérance dans l'apprentissage. J'aime à dire que c'est comme le vélo !

http://www.atelier-kitchen-print.org

121 recherches en kitchen-litho le Jeu 27 Mar 2014 - 15:57

nyckian

avatar
Dans la kitchen-litho, la manipulation de la feuille d'alu est délicate, il ne faut pas mettre les doigts dessus, il faut cependant réussir à la maroufler sur un support. J'ai connu quelques déboires également à l'impression car la feuille, pas suffisamment scotchée au support, se retrouvait en accordéon après le passage à la presse.
J'ai orienté mes recherches vers l'utilisation d'une plaque rigide d'alu vendu dans le commerce, Casto en vend pour 6 € en format 25*50cm ce qui est bien suffisant pour ce que je veux faire. L'épaisseur est d'environ 3/10ème de millimètre, c'est rigide mais encore un peu souple mais beaucoup plus résistant que la feuille d'alu de cuisson. Pas de problème de marouflage, ça résiste à la pression de la presse, les bords sont nets comme une plaque de cuivre ou de zinc. Ce genre de plaque peut se trouver en grand format et se prête également bien à la découpe avec un simple cutter. Donc beaucoup d'avantages mais se pose la question de la préparation de la plaque.
A partir de ma compréhension des phénomènes physico-chimiques entre l'alu, le coca, le gras de l'encre ou de l'huile de nettoyage ou de l'eau, j'ai recherché un procédé qui puisse :
1) enlever les traces d'une précédente gravure en kitchen-litho
2) préparer le support pour recevoir le dessin au crayon gras puis la morsure au coca (ou au vinaigre ou au bicarbonate de soude) c'est à dire créer une couche d'alumine de quelques microns d'épaisseur, mais pas trop sinon il n'y a plus de différence de surface entre les zones passées au coca et les autres zones.

J'ai fait pas mal d'essais en combinant des procédés mécaniques (papier émeri 1200 avec ou sans eau, blanc de Meudon, poudre abrasive) et chimique (alcool à bruler, acide dilué, ammoniac dilué, base diluée, bicarbonate de soude) ou encore avec des produits du commerce (Belgom pour alu, Mirror,etc..). j'ai essayé d'aller vers des surfaces ultra polies (comme un miroir) ou au contraire mate (fines rayures en surface).
Ces procédés marchent plus ou moins sauf celui qui rend la plaque super polie (Mirror ou Belgom Alu).
La meilleure formule trouvée (pour l'instant) est la suivante :
- nettoyage de la plaque déjà gravée en kitchen-litho avec de l'essence F pour enlever toute trace d'encre, la plaque d'alu est alors propre , on peut voir l'image "fantome" du dessin.
- décapage à sec de la plaque d'alu avec de la laine d'acier OOO (triple zéro), en faisant des ronds, c'est tout. Quand l'ancien dessin est effacé et que la plaque est légèrement brillante et uniforme, on s'arrête
- essuyage au chiffon sec ou papier Sopalin, c'est terminé, on peut dessiner dessus, la passer au coca, etc..

L'épaisseur enlevée est infime et le procédé peut être renouvelé des dizaines de fois pour une plaque d'alu de 3/10 de millimètre. Le décapage laisse une plaque d'alu recouverte d'une légère couche d'alumine par réaction de l'alu avec l'oxygène de l'air. Je ne pense pas qu'il y ait de réaction électrolytique entre l'acier de la laine d'acier OOO et l'alu car on travaille à sec. On se retrouve donc dans la situation d'une feuille d'alu de cuisine qui sort de l'emballage.

Seulement, il y a un inconvénient, c'est que l'on crée de la poussière d'alumine ou d'aluminium. Plusieurs études de santé considèrent l'aluminium et l'alumine (qui peuvent rentrer dans le corps humain par la peau, les intestins, les poumons) comme des produits suspects voire nocifs pour la santé (risques d'allergies, effets neurologiques).  Il faut donc prendre des précautions, mettre des gants, porter un masque pour ne pas inhaler la poussière, récupérer la poussière dans un aspirateur ou autre sac pour la confiner, ne pas laisser la poussière s'envoler dans l'atelier (courant d'air ou autre).
C'est pourquoi, ce procédé de préparation ne peut pas être utilisé par des enfants, cela demande des précautions. Il vaut mieux rester en kitchen-litho "traditionnelle".
Je vais poursuivre mes recherches de préparation de la plaque d'alu.



Dernière édition par nyckian le Mer 2 Avr 2014 - 17:35, édité 1 fois

http://www.zuluk.fr

122 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 27 Mar 2014 - 17:03

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour
Tes recherches nycklan sont très intéressante, je ne suis pas spécialiste de la kitchen litho mais l'utilisation d'une plaque d'aluminium plutôt que du papier d'emballage alu me séduit par son principe, j'aime graver des plaques rigides comme le cuivre ou le zinc et la fragilité des feuilles d'alu ménager m'a toujours un peu gêné. Emillion pourra commenter bien mieux que moi cet aspect. Les nombreuses plaques que j'ai gravées, bien ou mal, sont rangées chacune dans un tirage d'essai, à la fois pour les protéger et surtout pour les repérer facilement dans les casiers. Je n'imagine pas d'en faire autant avec les feuilles d'alu .
Je suis bien conscient qu'il s'agit là d'une pratique de la gravure qui n'a pas grand chose à voir avec la réussite de belles impressions. Simplement pour moi une matrice se range et se garde.

En ce qui concerne les dangers de la poussière d'aluminium, certes il ne faut pas en respirer abondamment mais si on ne ponce pas 8 heures par jour, si on prend des précautions élémentaires, un masque de papier pour ponçage, ponçage à l'extérieur etc. le danger est illusoire.

J'ai rédigé il y a quelques années un article sur le non toxique, mais à la longue je trouve les fanatiques du non toxique trop partisans. Tout est toxique, à commencer par la circulation automobile pour se rendre aux stages de gravure, il faut préserver sa santé mais ne pas devenir hypochondriaque et craindre déraisonnablement tout ce qui s'appelle produits chimiques.
Justement la kithen litho inventée part Emilion n'utilise que des produits ordinaires d'épicerie et à ce titre c'est vraiment du non toxique (si on ne rejette pas tout va les déchets d'aluminium) Quand au cola ou coca ou autre préparation vendue au fond de l'Asie aussi bien qu'aux esquimaux, en attendant de convaincre les martiens mieux vaut en faire des images que de le boire.

Je suis persuadé que si on a de plus en plus de mal à trouver des produits brut comme le bichromate, les composants des révélateurs photos, la résine, la cire, l'eau de jabvel qui sent le chlore comme une eau de javel doit le faire, le white spirit et j'en passe ce n'est pas du tout pour protéger la population c'est pour l'obliger d'acheter des produits finis, emballés étiquetés et vendus plus chers. Un artiste que devient consommateurs de produits industriels c'est le rêve pour le marché. Même si le cuivre ne se prépare pas avec du minerai à la maison.

Enfin les "non toxiques" ne polluent plus, ou polluent moins l'atelier  mais ils rejettent allègrement les déchets de polymère, les encres washable et solvant acryliques dans l'évier. Ils ne se préoccupent pas non plus du respect de l'environnement par des industries qui fabriquent tout ces nouveaux produits.
Le non toxique a des vertus certes mais c'est aussi un énorme marché pour les loisirs artistiques, d'où des discours alarmiste qui visent à  nous conditionner, repris et claironnés par les allergiques de tout poil.
Ouf ça va mieux!

http://aquatinte.forumactif.com

123 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 27 Mar 2014 - 18:05

JP David

avatar
Bonjour,
en lisant vos remarques concernant le problème du papier alu qui se froisse, je pense à une solution qui nécessite un produit « hors Kitchen-litho » mais parfois utile aux graphistes : la colle en bombe.
Vous prenez un support rigide (pourquoi pas le Plexiglas !;-)) ), vous l'aspergez de colle en bombe, vous positionnez le rouleau de papier alu sur l'un des bords et vous déroulez directement sur la plaque. Ainsi, le papier n'as pas le loisir de se froisser et vous pouvez passer l'ensemble sous presse (coté alu en contact avec le plateau) pour parfaire le collage.
C'est juste une idée, à vous de tester.  drunken 

http://jp.davidgraveur.perso.sfr.fr

124 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 27 Mar 2014 - 19:02

Emilion

avatar
Oui c'est une bonne idée !

Perso je fais autrement, comment j'en parle dans mon avant dernier article sur mon blog consacré à mon atelier de Kitchen Litho. Il me semblait l'avoir évoqué ici aussi pourtant. Je colle le papier d'aluminium avec du plastique autocollant... ici le lien des réalisations avec ce procédé http://www.atelier-kitchen-print.org/artists-kitchen-litho-artup2014-art-34/ ça permet plein de choses nouvelles et plus de problème de froissement.

http://www.atelier-kitchen-print.org

125 Re: Kitchen Litho...graphie le Jeu 27 Mar 2014 - 20:42

jeanclaude

avatar
Bonsoir à tous
Bonsoir Jean Pierre
Tu as l'air de connaitre la colle en bombe, de quelle marque s'agit il?
Pour mes tirages argentiques photographiques, je les collais jusque il y a trois ou quatre ans, comme beaucoup d'autres photographes, avec une presse à chaud et du papier thermo-fusible.
C'était un collage pérenne et sans risque de migration vers l'image à travers le maoer.
Aujourd'hui il est impossible de se procurer ce papier.
J'ai entendu parler des colles en bombe mais je ne suis pas certain qu'elles n'aient pas de conséquences nocives sur l'image après quelques mois ou années sur l'image, ou simplement qu'elles ne garde pas leur propriété adhésive à la longue

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 5 sur 6]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum