aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

matière d'aquatinte sans résine ni acide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 matière d'aquatinte sans résine ni acide le Mar 19 Avr 2011 - 20:35

Bonjour à tous,

Je viens de découvrir votre forum et de m'y inscrire.
Je m'appelle Sabrina Biancuzzi, je suis photographe (professionnelle) et graveur (moins professionnelle)

Je suis à la recherche d'informations sur les techniques contemporaines qui permettent d'obtenir des effets de matières proches de l'effet d'aquatinte mais sans utiliser de résine.
Mon problème est que je travaille et habite dorénavant un petit studio, il est donc trop nocif d'envisager une boite à résine dans mon 30 m², les morsures à l'acide à la limite mais pas top non plus.

Je cherche donc des alternatives pour faire de la gravure sur carton, métal ou plexis (ou autre d'ailleurs) qui me permettraient de donner des matières à mes gravures, sans passer par l'aquatinte traditionnelle.

J'avais pensé au Carborundum mais le résultat est trop grossier et je n'arrive pas à avoir des fonds ou des dégradés avec ce médium.

Est-ce que quelqu'un peut m'aiguiller et de me dire ou trouver des idées ou médiums qui permettent cet effet d'aquatinte?

Merci d'avance à tous
et si certains veulent découvrir mon travail,
voici mon site : http://www.sabrinabiancuzzi.com/

Sabrina

Voir le profil de l'utilisateur
Bonsoir Sabrina
Je pense que nous allons échanger beaucoup de messages, je pratique les anciens procédés photographiques depuis plus de vingt ans et je suis venu à la gravure par l'héliogravures, puis les photopolymères.
Je suis un chemin inverse du tien et après avoir fait des" teintes" avec le film photopolymère et des expositions sous trames aléatoires, puis ensuite l'aquatinte à l'Aérographe avec les produits acryliques, je suis en cours de modification techniques de ma boite à grainer à la résine.
Filip Le Roy qui enseigne les techniques non toxiques à l'académie d'Anderlecht utilise l'encre pour relief Graphic Chemical N° 1659. On dilue l'encre avec un peu d'eau et on la passe au rouleau sur le cuivre (ou le zinc), on laisse sécher quelques heures.
L'encre laisse un dépôt grenu qui permet une morsure d'aquatinte (mordant: Edinburg-Etch pour le cuivre ou Saline-Etch pour le zinc) Les modulations sont faciles selon la charge du rouleau ou en utilisant un pinceau.
amicalement

Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour Sabrina, bonjour a tous
Une autre methode, assez rapide, consiste a preparer la plaque comme pour une eau-forte, placez un papier abrasif imperméable número 800 u 1000 précédemment blanchi avec du gesso derriere la feuille, puis dessiner dessus. Le grain va penetrer le vernis et faire un dessin qui rendra l, aspect du crayon de graphite.
La manière d'obtenir des tons degrades consiste de faire pression sur le papier de verre a l'eau avec un crayon dur. Plus la pression sera forte, plus fort será le résultat. Vous pouvez donc obtenir des gradations tonales progressivement par pression avec la pointe du crayon.
Vous pouvez voir quelques idees dans mes pages:
http://images.artelista.com/artelista/obras/fichas/3/6/9/6298566825832673.jpg

Voir le profil de l'utilisateur http://info1artecom.artelista.com/

4 Aquatinte au sel le Sam 28 Jan 2012 - 1:20

pierre


Admin
Extrait page 122 de :
L'art de peindre la parole : études sur l'imprimerie, la librairie, les cartes et globes, la fonderie en caractères, la stéréotypie, la polytypie, la lithographie, la gravure sur bois, sur cuivre, sur pierre, etc. / par MM. Gobin (H.), Jeunesse (A.), Kaeppelin (D.) et Pieraggi,... -E. Lacroix (Paris)-1874
sur gallica.fr

Pour obtenir des effets plus vigoureux, on emploie généralement un tout 'différent. Après avoir étendu une couche épaisse de vernis ou de colophane sur la planche chauffée à un degré suffisant pour maintenir l'enduit à , une consistance sirupeuse, on répand, d'une certaine hauteur, du sel marin purifié et bien sec : ce sel doit pénétrer jusqu'au métal. On renverse vivement la planche pour faire tomber l'excédant du sel, et on expose le tout à une chaleur un peu plus forte; on verse alors sur la planche, avant de la laisser refroidit, une assez grande quantité d'eau pour dissoudre le sel, et on renouvelle cette eau jusqu'à sa complètedisparition. Cette opération a pour but de dégarnir de vernis le cuivre sur une multitude de points, et de permettre ainsi la morsure qui se fait par les procédés ordinaires. Chaque fois qu'une partie paraît assez attaquée par l'acide, on doit laver la planche et recouvrir cette partie avec du vernis mou composé d'asphalte en poudre dissous dans de l'essence de térébenthine.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
Sur le sujet, j'ai trouvé ca:
https://youtu.be/sAsJZLhh5Dk
@+
Christophe

Voir le profil de l'utilisateur http://www.cfrot.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum