aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

linogravure - un tutorial plutôt bien fait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

pierre

avatar
Admin
Nous sommes lus par Tanxxx, la môme révoltée de la BD indé ou la plus punk des dessinatrices françaises selon YouTube
Voici l'extrait qui doit viser les personnes qui consultent – ou les animateurs ? – de ce forum.

Au début je nettoyais tout à l'essence F (pas de white sprit, ça nique le lino à la longue, l'essence F ça se trouve dans tous les magasins de bricolage, et en plus c'est parfait pour les zippos) pour les encres à l'huile, ça puait tellement que j'ai cru que j'allais abandonner l'encre à l'huile, j'avais le menton qui tremblait et des trémolos dans la voix, quand au détour d'un forum d'experts de la gravure (des vieux sans vie sociale), j'ai appris qu'on pouvait nettoyer à l'huile végétale de cuisine. Ça a changé ma vie. l'essence F sert juste pour finir le nettoyage, et dégraisser, pas besoin de beaucoup et ça ne pue plus. Wouh !

Si le style se veut djeun et provoquant, le fond est juste. Rien de révolutionnaire mais le travail sur ce long et assez complet livret est à remarquer.
Donc je vous donne le lien pour le livret sur la lino :
http://atelier.mediaslibres.org/IMG/pdf/cutordie.pdf
Le lien vers l'auteure, TANXXX :
tanxxx.free.fr/‎

http://sites.google.com/site/grifeblois/

Laboarnodva

avatar
Merci Pierre pour ce lien, tu as raison c'est bien fait et en plus c'est très drôle!

Sonia

http://soniarenard.com

jeanclaude

avatar
Bonjour
J'avoue ne pas supporter ce langage qui se veut à la page, émaillé de grossièretés, d'un français approximatif et de partis pris à la mesure des connaissances de leur auteur.
Je trouve effectivement que ce serait pas mal fait sans ce sacrifice au jargon à la mode, qui se croit libéré du conventionnel alors qu'il n'est que la régurgitation d'un conditionnement orchestré.
Il y en a qui aiment l'odeur des encres à l'huile et détestent le parfum de l'essence F, détestent aussi les relents de cuisine des huiles culinaires, bref des vociférations inutiles.
S'il fallait ce langage pour communiquer aujourd'hui il serait urgent de mettre nos bibliothèques à la poubelle.

Laboarnodva

avatar
L'un n'empêche pas l'autre, Jean-Claude!
Quant à moi, je vois ce recueil plutôt comme un carnet de notes écrit sur le vif, et je reconnais bien quelques situations que j'ai vécues au cours de mes essais et qui m'ont fait jurer tant et plus.
Le style d'écriture correspond bien au travail très BD et à la personnalité de l'artiste, et donc ça ne me gêne pas du tout. Ce fascicule aura eu le mérite de me faire rire, certains ouvrages peuvent avoir un pouvoir soporifique... donc vive la variété!

http://soniarenard.com

jeanclaude

avatar
D'accord avec toi Sonia
Mais ce matin j'étais "speed" comme dit l'autre, vernissage photo cet apres midi et des étiquettes à compléter, vitrines à revoir etc., tout ce verbiage linoléeu m'insupportait un peu, on peut dire la même chose en trois phrases et plus sobrement...
Bonne journée à toi et à tous

6 La lino version pédagogie Freinet - 1938 le Ven 1 Jan 2016 - 11:52

pierre

avatar
Admin
Un texte extrait de la
Brochure d’éducation nouvelle populaire n°10
Septembre 1938

Voici l'intro.
La question sur le genre est-elle politiquement correcte aujourd'hui ?
Autre remarque, le goût artistique se manifeste dans la mise en page plus que dans le résultat de l'image gravée.

C'est le procédé qui, à l'école primaire, réunit tous les suffrages, lorsqu'il est question d'illustrer un texte devant être tiré à un grand nombre d'exemplaires. Le cliché de lino est à peu près inusable. Sa confection fait appel à l'observation de la nature aussi bien qu'à l'imagination en ce qui concerne le dessin ; et c'est un excellent exercice de travail manuel, qui exige de la précision dans le coup de gouge ; enfin, sa disposition dans une page nécessite un minimum de goût artistique. Le tout s'acquiert gaîment, sans théories ennuyantes et souvent les petites filles quittent volontiers leur trousse de couture pour venir au lino. C'est un bon point pour la linogravure, si intéressante... et pour les petites filles aussi, bien entendu. (Disons tout de suite qu'il n'est point besoin d'avoir un matériel d'imprimerie pour faire du lino : l'intérêt de cette technique est non moins grand dans une classe ordinaire en raison de l'extrême modicité des dépenses à engager).

La suite sur

http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/5971

http://sites.google.com/site/grifeblois/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum