aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

diversifier la nature et l'aspect des traits en eau forte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

daniel d'Aillon


bonjour

mon propos est diversifier les traits que je peux obtenir en gravure

pour l’instant :
soit je dessine en pointe sèche ou pointe diamant

soit je dessine  avec une pointe arrondie  dans le vernis dur sans gratter le cuivre et je laisse au seul mordant le soin de creuser le sillon
si avec le perchlorure pour un sillon taillé droit
si avec l’acide nitrique un bord plus aléatoire
je peux  constater la différence au microscope
je peux varier la largeur de la morsure

Dommage que je ne puisse pas prendre une photo au microscope parce que cela rend bien

je pourrais aussi utiliser des roulettes etc..


maintenant
je voudrais varier à l’infini l’aspect de mes traits et je pense notamment à une reproduction de l’accident de la diligence de Nice à Digne qui montre de façon dramatique les pauvres chevaux emportés dans le vide par le poids de la diligence qui vient de prendre un virage trop serré… je n’ai pas voulu acheter cette reproduction parce qu’elle était trop poignante.. mais j’aurais du

tous les traits y sont d’une vivacité comme dessinés à la plume avec des pleins et des déliés et ajoutent au dramatique de la situation

j’ai une autre gravure représentant une scène à la plage où cette fois tous les traits et motifs sont réguliers en accord avec  le calme de la scène

avez-vous fait des essais avec des plumes sergent major ou autre graphos ou tout autre outil qui auraient pu donner un résultat intéressant digne de compléter la panoplie notamment  de celui ou celle qui aime dessiner à même le vernis

2 suite le Ven 21 Fév 2014 - 11:09

daniel d'Aillon


je vais faire quelques essais avec ce qui me vient à l'esprit je vous tiens au courant et vous pourrez me dire si c'est logique ou hérétique

j'avais par exemple imaginer de dessiner directement dans le vernis avec un crayon graphite mais sur cette idée là, ..... ne dîtes rien à Jean Claude   Very Happy 

Amicalement

Daniel

jeanclaude

avatar
Bonjour Daniel
C'est le burin et la pointe sèche qui permettent toutes ces variations, j'oubliais l'échoppe (voir les gravures de Roger Vieillard)

Pour ce qui est du crayon graphite sur le vernis, si c'est un vernis dur tu auras du mal à mettre le cuivre à nu sauf à dessiner avec un 4H

S'il s'agit du vernis mou tout est permis la pointe, l'allumette le doigt, la paume, la brosse ...

avec les roulettes tu peux dessiner sur du vernis ou directement sur le cuivre roulettes plus ou moins larges et roulette à ligne autrefois appelée "en manière de crayon"

Il n'y a plus d'hérésie, tout est permis, après c'est affaire de goûts. On disait autrefois que le vernis mou ne faisait pas bon ménage avec le burin, Hayter a démontré le contraire avec ses magnifiques gravures.

pierre

avatar
Admin
Bonjour,
Pour moi, il y a plusieurs approches, mais le principe de l'acide est de mordre de manière régulière. Le trait de l'eau forte se caractérise par une entrée et sortie de trait identique, en demi cercle et d'une épaisseur constante. Il faut donc aller contre nature.
Rappel, une pointe sèche pour l'eau forte est émoussée pour ne pas attaquer le cuivre et pouvoir glisser sur la plaque et ainsi pouvoir réaliser des courbes. La pointe pour pointe-sèche est affutée pour attaquer le cuivre.

La première approche, agir sur l'épaisseur du trait dès sa pose.

échoppe, voir aussi Picasso.
permet de passer de la pointe au trait de 1/1,5 mm

Il y a aussi la pointe sèche qui n'est plus une pointe, mais un cylindre coupé en oblique, variation d'épaisseur de la marque dans le vernis en tournant la pointe, sur le fil ou en travers.

Il y à la même chose à partir d'un acier de section carrée, qui a tendance à accrocher creuser - préparer par une attaque préalable du cuivre.

Plume sergent-major ou plus souple. J'ai une publication d'un anglais du X1Xe siècle ou tt début XXe. Le trait, qui se dédouble, rend un effet très curieux, mais plus qu'intéressant.

Agir sur le vernis

Emilion m'a apris que Miro utilisait un vernis dur (colophane dans alcool) pour obtenir un effet cassant ou éclaté, et très irrégulier de son trait . Je ne sais pas comment il obtient, par contre, un trait en "collier de perle" utilisé pour d'autres de ses gravures.

J'ai eu 3 accidents de vernis, amenant à des variations de traits

Une plaque mal dégraissée sur une zone, avec vernis fin, avec comme résultat un perchlo passant à travers le vernis et commençant à marquer le zinc. Dans cette zone, au demeurant fort intéressante dans le genre effet de répulsion maigre gras, le trait avait une variation d'épaisseur sensible.

Une reprise de 2e état, avec un vernis épais qui ne s'est pas étalé conservant les marques de la brosse, création d'un tramage avec un trait qui passait du fin au gras selon qu'il était réalisé sur le vernis épais ou fin.

Utilisation d'un vernis liquide Gerstaecker, qui devait être en fait un vernis semi-mou. Le vernis avait tendance à se refermer après l'avoir ouvert à la pointe : des traits pointillés aléatoires.

Agir sur la morsure

De Ségonzac utilisait un acide nitrique très dilué pendant une nuit sans y toucher. les bulles, qui restaient sur la taille, interdisaient le renouvellement de l'acide et rendaient le trait irrégulier.

Varier les temps de trempe dans l'acide,
par masquage,
par travail séquencé – commencer par graver les traits gras et finir par ceux à 20 secondes de trempe,
par travail direct dans l'acide.
pose du vernis "à la salive". Utiliser de la salive sur la plaque, pour diminuer les tensions de surface lors de la pose de l'acide au pinceau. L'utilisation d'agents tensio-actifs (les plus connus, photo flow du labo photo ou le liquide vaisselle) fera que le vernis ne perlera pas à la surface du vernis gras mais s'étalera et donc descendra dans les tailles. Cela permet aussi de le guider. C'est un peu comme en aquarelle quand on détermine une surface à l'eua claire avant d'apposer de la couleur qui restera circonscrite à la zone humide.

Il doit y avoir encore d'autres techniques ou approches



Dernière édition par pierre le Dim 2 Mar 2014 - 10:56, édité 5 fois

http://sites.google.com/site/grifeblois/

pierre

avatar
Admin
Ce vernis et ces traits irréguliers sont effectués dans une morsure de 2e état, ce qui explique les traits réguliers en épaisseur à côté.

http://sites.google.com/site/grifeblois/

daniel d'Aillon


Oui alors justement Pierre

j'ai envie de procéder comme ceci:
je fais mordre mon dessin comme je souhaiterai le trouver sur mon épreuve papier

mais maintenant j'observe cette étape suivante
je repasse une couche de vernis dur
au pinceau sur la plaque de cuivre très légèrement chauffée car cela me donne une couche plus lisse pas de traits du pinceau

je peux alors juger directement sur la plaque (et d'ailleurs sans reflets) de mon travail et décider d'élargir ça ou là quelques traits ou d'en créer d'autres

les anciens traits restant à priori protéger dune nouvelle morsure par le nouveau vernis et en fait c'est ce que je veux car je ne veux pas de morsure inutilement profondes

??

Amicalement
Daniel

pierre

avatar
Admin
Bonjour Daniel,
Si je te comprends bien, tu procèdes comme pour un travail traditionnel de 2e état, mais avec la volonté initiale de ne pas rajouter de traits sur la plaque mais retravailler les tailles choisies pour tenter de les moduler.
Pourquoi pas.
Il faut se méfier des vernis trop fins à ce stade. J'ai eu une plaque aux bords de tailles très aigus à laquelle j'ai appliqué un vernis trop liquide. Le vernis est devenu ultra-fin sur ces bords de tailles. Le perchlo est passé à travers… cela à fait un vernis à remordre irrégulier…
toutes les tailles on doublé à triplé d'épaisseur selon des zones plus ou moins aléatoires liées à la pose (épaisseur) du vernis.
Il faut vraiment que j'essaye de passer au vernis boule repris au rouleau… afin d'essayer d'être plus régulier. Résolution, une du plus…



Dernière édition par pierre le Ven 7 Mar 2014 - 15:03, édité 1 fois

http://sites.google.com/site/grifeblois/

8 vernis trop fin le Ven 7 Mar 2014 - 11:27

daniel d'Aillon


bonjour
Pierre
merci de ta réponse

j'ai eu apparemment le bon instinct puisque je me suis attaché à faire un vernis un peu plus épais que d'habitude pour ce deuxième état

ma démarche est justifiée par deux fois

d'abord j'ai avec moi "des plus encore que moi débutants en gravure" et qui ne sont pas à l'aise avec la gymnastique qui consiste à penser à l'envers (ce ne sont pas de bons politiciens) et qui voient difficilement l'avancement de leur travail sur la plaque et ce  même et surtout sur l'épreuve d'état puisqu'elle est à l'envers de l'endroit ... ou l'envoi de l'enfer...  Evil or Very Mad 
ils en sont tout retournés!!   Question ..

je me propose donc de revernir en vernis dur la plaque et  faire ressortir brun sombre sur fond clair les traits de mon dessin en son état
A ce stade je n'ai pas encore fait d'aquatinte.

et à ce moment je peux ajouter , corriger, mon dessin  comme bon me semble.. un peu comme avec un crayon sur papier, voire utiliser quelques astuces pour les empreintes dans le vernis

puis on fera les épreuves.. avec la surprise... au  bout!

voilà pourquoi je trouve la démarche intéressante :

nous avons du mal à recruter de nouveaux adhérents à l'atelier lesquels sont rebutés par le temps nécessaire à la réalisation d'une œuvre  etc..
or
certains veulent juste faire une carte de vœux qu'ils vont reproduire à loisir
et un tel exercice suffit à présenter les bases de la gravure et même celui d'y traiter plusieurs couleurs


donc en rapprochant la réalisation d'un tel dessin sur une plaque de cuivre de celle d'un simple dessin  sur du papier j'arriverais peut être à décider de nouveaux pratiquants

ce que l'on ne ferait pas pour avoir des voix quand même  Rolling Eyes 

je vais aussi explorer une autre piste mais il me faudra un bain spécifique le dessin direct sur plaque de zinc
A ce propos j'ai retrouvé une épreuve que j'avais faite sur une plaque de zinc et  je ne sais plus comment mais en la voyant vous pourrez probablement me dire quelle technique avait été utilisée
je  me souviens avoir dessiner directement au pinceau et autre instrument et c'était au london college of printing en 1992!!

A plus
Daniel

jeanclaude

avatar
Pierre et Daniel bonjour
Pierre je vernis, je parle du vernis initial, avec le vernis en boule et le rouleau, ça donne un vernis résistant et très fin qui ne s'écaille pas et qui ne sze modofoe pas avec le temps alors que bien des vernis liquides sont laineux au début et un peu cassant au bout de quelques jours.

Daniel qu'appelles tu penser à l'envers? Si tu parles de la symétrie droite gauche, avec du calque le problème est vite résolu. La solution plus chère consiste à scanner le dessin et à l'imprimer en symétrie horizontale, en plus on peut l'agrandir ou le réduire à volonté.
Enfin il y a l'utilisation traditionnelle du miroir, il parait au début un peu difficile d'organiser l'espace sur la table de travail mais quand l'éclairage est bon et le miroir assez grand il devient facile de dessiner "à l'envers".

Sinon où il faut "penser à l'envers" c'est pour la manière noire, on grave en inversant les valeurs

pierre

avatar
Admin
Il y a aussi la contre-épreuve immédiate.
Aussitôt sorti de presse, mettre une feuille de papier vierge et humide contre l'épreuve et repasser sous presse.

http://sites.google.com/site/grifeblois/

daniel d'Aillon


je eux dire par penser à l'envers et je parle surtout pour ceux qui viennent avec moi faire un peu de gravure effectivement le dessin à l'envers et aussi le dessin en négatif car ils ne sont pas très à l'aise
je pense pour ma part avoir pris la mesure du problème

mais comme je veux faire venir de nouvelles personnes dons débutantes et qui probablement ne s'investiront peut être pas assez resteront toujours des débutantes
ce qui en soit n'est pas un problème quelqu'un peut venir faire un peu de gravure en à côté ...

A plus

thierry fleuret

avatar
Bonjour à tous.

Pour une gravure rapide et simple :

Dessiner directement sur la plaque de zinc au pastel gras, et mordre au nitrique en surveillant le moment ou l'acide passe sous le pastel.
Ensuite encrer au rouleau.

Ce n'est pas de la gravure en creux mais les effets sont intéressant.

Bonnes gravures.

Amicalement
Thierry F.



http://thierry-fleuret.e-monsite

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum