aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

presse taille-douce - recherche - occasion - fabrication

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

pierre

avatar
Admin
Bonjour,
Je viens de faire un tour sur le bon coin (17 février 2017)
3 annonces de presses. 
une ancienne largeur 41 cm, entrainement direct, semblable à celle de Jacques Villon propriété du musée de Gravelines : 500 euros.
Une grange électrifiée, passage 1m. 10x plus chère.

mais surtout, un nouveau fabricant : www.usinage-et-gravure.com/
Le site ne parle pas de fab de presse mais l'annonce oui, à composer à la taillle que l'on souhaite, à partir de 1000 euros et prix moyen 2500 €. Belle presse de fabrication traditionnelle, parait aux photos bien conçue et solide. Plateau Alu 10 mm. Mais : entraînement par le bas, rouleau remontant par la vis de serrage, donc sans espace pour les cartons.

se sont aussi lancé dans la fabrication de presse; les presses de Chartreuse : atelierdechartreuse.com/
Presses en aluminium, passages 40, 50, 60 cm de 950 à 1560 hors port., plateau stratifié. Entraînement par le haut. À chaque demande d'info sur le forum, aucun retour. Mais depuis qqs jours, Rafhael a posté des photos et c'est ce qu'il a acheté. Espérons qu'il en fasse un petit retour.

Et n'oublions pas les descendants de Gary Thibeau qui continuent, mais cela semble un peu plus flottant. De très bonnes presses avec entraînement par le haut.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
Yop !

Alors, pour la presse de Chartreuse et l'usage que j'en fais c'est le top.
Je vais essayé d'être assez objectif surtout par rapport à ce que j'ai déjà testé avec ma Chartreuse modèle 500 avec de la gravure sur lino et de la gravure sur plaque de cuivre.
Les plus :
- Son poids, seulement 35 kg sans le plateau. Donc déplaçable et mobile.
- Son encombrement : 49 x 66 cm (en comptant la manivelle qui est démontable facilement !). Elle tient dans le coffre d'une Twingo !!!
- La taille des impressions : la mienne monte jusqu'au format raisin !
- Les réglage pour la hauteur du cylindre assez simple puisque c'est des vis à broche mobile en laiton. Pour l'impression taille douce, il ne faut pas hésiter à bien presser la plaque à fond, cette presse a une pression de 1,3 tonnes (il me semble), alors que pour la taille d'épargne une légère pression suffit pour bien répartir l'encre. Donc très facile à manipuler puisque c'est les deux opposés. Pour les caractéristiques techniques c'est : entrainement par le cylindre supérieur, et démultiplication par engrenages ratio 3,5 (90 mm par tour de manivelle) avec cylindre supérieur de diamètre 100 mm en aluminium et cylindre inférieur de diamètre 60 mm en acier.
- Franchement, le prix : 1200 € + 135 € de frais de ports, mais la bête arrive dans une caisse en bois très bien protégée !!! Pour des presses format A3 voir même A4 on arrive à peu près au même prix chez la concurrence... Donc pour moi, de l'impression au format raisin à ce prix là et de cette qualité c'est le top !
- L'entretient qui est extrêmement facile, on accède bien aux parties qu'il faut graisser.
- Une notice d'utilisation claire sur leur site et une aide par téléphone.

Pour les moins :
- Avec l'impression lino, ne pas hésiter à scotcher la feuille sur le plateau, car sans, elle a parfois tendance à créer des petits décalages à l'impression. Mais à première vu, beaucoup de presses taille douces ont ce problème.
- Le plateau qui doit être accompagné à la main jusqu'au cylindre pour l'impression sur linogravure ou bois. Sinon il faut placer des rails sur les cotés pour que le cylindre supérieur entraine le plateau.
- La garantie de 2 ans (j'aurais aimé un peu plus mais bon c'est vraiment pour chipoter).


Voilà, j'espère que ça pourra vous aider. Si il y a d'autres aspects qui m'ont échappés et dont vous voulez avoir des réponses n'hésitez pas, j’essaierais d'y répondre au mieux !

Voir le profil de l'utilisateur http://raphaelsaugeot.wixsite.com/site
merci! Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur
Rafhael a écrit:Yop !

Alors, pour la presse de Chartreuse et l'usage que j'en fais c'est le top.
Je vais essayé d'être assez objectif surtout par rapport à ce que j'ai déjà testé avec ma Chartreuse modèle 500 avec de la gravure sur lino et de la gravure sur plaque de cuivre.

Pour les moins :
- Avec l'impression lino, ne pas hésiter à scotcher la feuille sur le plateau, car sans, elle a parfois tendance à créer des petits décalages à l'impression. Mais à première vu, beaucoup de presses taille douces ont ce problème.
- Le plateau qui doit être accompagné à la main jusqu'au cylindre pour l'impression sur linogravure ou bois. Sinon il faut placer des rails sur les cotés pour que le cylindre supérieur entraine le plateau.
- La garantie de 2 ans (j'aurais aimé un peu plus mais bon c'est vraiment pour chipoter).

Voilà, j'espère que ça pourra vous aider. Si il y a d'autres aspects qui m'ont échappés et dont vous voulez avoir des réponses n'hésitez pas, j’essaierais d'y répondre au mieux !

Bonjour Rafhael,
j'attends également une presse de chartreuse mais en 600 mm (le rouleau supérieur est en 10 cm (comme l'inférieur), commandée il y a 15 jours, et qui devrait arriver la semaine prochaine.

Quand tu dis "accompagner à la main le plateau" ?
il ne bouge pas tout seul quand on tourne la manivelle ? il "patine" ? (j'ai rencopntré ce pb sur une petite presse je pensais ne pas rencontrer cela avec la presse commandée Sad
- as-tu essayé des tirages plus petits ? est-ce que le pb de décalage se produit également ?

je viendrai également poster mes retour d'utilisation de cette presse sur le forum, après réception. Je ne fais pas de grands tirages pour le moment, je travaille avec des plaques 24x32 de lino
Ou des bois gravés; pour lesquels on m'a assuré que les 3 cm entre les 2 rouleaux ne posaient pas de soucis pour la xylogravure. A suivre.
Merci
Fabienne

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lafabutineuse.com
bonjour Smile

j'ai une presse la chartreuse 500 et je n'ai imprimé que du plexi, zinc....bref petite épaisseur et je suis très contente du résultat!
suite à ta question j'ai tenté de passer un lino et effectivement il faut avancer ou le lino, ou le plateau jusqu'au rouleau pour qu'il soit entrainé.
il y a peut être une autre solution plus pro (Rafael parle de rail)....

A bientôt de vous lire

Florence

Voir le profil de l'utilisateur

pierre

avatar
Admin
Bonjour, Bonjour La Fabutineuse.
Les presses Vincent Moreau pouvaient être vendues avec des guides métalliques (ou cales d'épaisseur) de 2 cm de large sur la hauteur typographique et la longueur du plateau, à positionner sur les cotés et à visser dans l'emplacement des butées de sécurité.
Sur nos presses, j'ai préparé des "guides", en bois ou en PVC pour toutes les hauteurs (très variées) utilisées à l'atelier.
Ces guides sont sensiblement de la hauteur du bois ou du lino, assez larges pour résister à la pression (risque de courbure du guide, il doit rester entièrement sous la pression du rouleau, sinon il finira en biseau et se courbera).
Et après, je fignole ma pression par des habillages posés sur la feuille et ne touchant pas les guides. Je suis un adepte de la carte de Lyon, quasi introuvable aujourd'hui. Si les cales sont un peu trop fine, on peut glisser des papier ou cartons de la bonne épaisseur.
Les tirages avec langes sont un peu plus délicats.
Pour faciliter le repérage, nous fabriquons des coins, sorte d'équerre pratiquement à hauteur moins 1 mm du lino, moins 2 mm pour les bois de 12 mm que nous employons beaucoup. La pose du papier est facilitée, le repérage est normalement constant. Et cela permet d'encrer à l'extérieur de la presse.
Sinon, une surface avec un trou pour le bois ou lino bien calé, et un cache posé juste pour l'encrage.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
Pierre ta description est tout à fait pertinente, c'est en effet exactement de cette manière qu'il faut caler la presse.

En typo on appelle cette opération de calage la mise, qui consiste à ajuster la hauteur des caractères avec des feuilles de papier glissées sous les caractères.

C'est la même chose pour le lino. Il est erroné de faire avancer la plateau à la main parce que "ça patine".
avec les rails guides le plateau avance normalement sur les rails et le lino doit affleurer une fraction de millimètre au dessus du niveau des rails. Pour comprendre cette opération il faut regarder le fonctionnement d'une presse à épreuves.

J'ai vu effectivement dans des ateliers des impressions lino faites, ou plutôt défaites, avec le lino posé sur le plateau, le papier posé dessus et et en avant vers le cylindre avec glissages et dérapages en tous genres.
A moins d'avancer le plateau à la main jusqu'à ce que le sandwich se trouve pincé sous le cylindre et on sort de l'autre coté avec un lino incurvé, bonjour le prochain tirage !

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com
Admin / jean-claude a écrit:Pierre ta description est tout à fait pertinente, c'est en effet exactement de cette manière qu'il faut caler la presse.

En typo on appelle cette opération de calage la mise, qui consiste à ajuster la hauteur des caractères avec des feuilles de papier glissées sous les caractères.

C'est la même chose pour le lino. Il est erroné de faire avancer la plateau à la main parce que "ça patine".
avec les rails guides le plateau avance normalement sur les rails et le lino doit affleurer une fraction de millimètre au dessus du niveau des rails. Pour comprendre cette opération il faut regarder le fonctionnement d'une presse à épreuves.

J'ai vu effectivement dans des ateliers des impressions lino faites, ou plutôt défaites, avec le lino posé sur le plateau, le papier posé dessus et et en avant vers le cylindre avec glissages et dérapages en tous genres.
A moins d'avancer le plateau à la main jusqu'à ce que le sandwich se trouve pincé sous le cylindre et on sort de l'autre coté avec un lino incurvé, bonjour le prochain tirage !

Merci
Si je comprends bien, bien avant le lino avec la feuille dessus, le rouleau est déjà sur des rails (donc un peu en hauteur, et le lino est légèrement plus en hauteur ?
Y-a-t-il des liens où voir fonctionner une presse à épreuve, j'ai du mal à imaginer comment faire ces "rails"
Ma presse arrive demain je regarderai cela, mais cela m'étonne quand même qu'il ne soit pas possible simplement de faire avancer le plateau jusqu'au lino sans qu'il ait à déraper
L'entrainement du rouleau étant supérieur, cela ne devrait pas déraper, le plateau devrait quand même avancer en tournant la manivelle ?
A suivre pour un test en vrai

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lafabutineuse.com
Bonjour
Les linos comme les bois sont de la taille d'épargne; l'image est en surface et les creux sont les blancs nous sommes d'accord?
A la différence de la gravure en creux où l'image est dans la profondeur des tailles et non en surface (après essuyage les blancs cette fois sont en surface).

Pour imprimer l'image gravée sur une planche en taille d'épargne il n'est pas nécessaire et même contre indiqué de fouler le papier dans les tailles comme on doit le faire pour la gravure en creux.
Pour cette raison l'impression en taille d'épargne demande une pression bien plus faible qu'en impression taille douce.

Dans ces conditions  le cylindre ne peut entrainer convenablement le plateau et sa planche gravée qu'en roulant fermement sur des rails disposés longitudinalement sur les cotés du plateau.
Ces rails doivent avoir l'épaisseur de la matrice gravée.
Voila pourquoi il est préférable de disposer des rails d'une épaisseur appropriée aux matrices gravées qu'elles soient du lino ou du bois. Tu as du remarquer des linos collés sur une planche épaisse en bois qui amène la surface au niveau des rails, ou à peine au dessus. De plus le lino ainsi collé reste bien plan.

Bien entendu il peut paraitre compliqué de soigner cette préparation mais il est préférable de travailler d'une manière efficace et logique plutôt que mal bricoler l'impression.

Les rails sont de simples baguettes de bois ou mieux de métal d'une épaisseur constante et posées ou fixées sur le plateau.
ou encore comme l'a écrit Pierre une planche bien plane avec une ouverture dans laquelle on pose la matrice à imprimer

Un des buts et peut être le principal de ce forum est d'aider les nouveaux venus dans une technique à comprendre les différentes opérations de la gravure et à pratiquer sinon de manière professionnelle mais au moins de maniere logique et éprouvée.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com
Pour l'impression en relief de planches de petites dimensions le frottage au baren est une excellente solution qui demande un minimum de matériel et de préparation

voir le lien ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=t8uF3PZ3KGQ

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com


Bonjour je pense que ce sera plus explicite avec une photo d'une machine transformée pour imprimer des
clichés typo ou lino, etc ...

Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/atelierdartiste/cariboost1/index.HTM
Un grand merci Jacky.
C'est exactement l'illustration qu'il fallait
merci à toi, de ton aide.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com
Je reviens sur une des remarques citée plus haut sur ce fil à propos de la Chartreuse:

- Avec l'impression lino, ne pas hésiter à scotcher la feuille sur le plateau, car sans, elle a parfois tendance à créer des petits décalages à l'impression. Mais à première vu, beaucoup de presses taille douces ont ce problème.
- Le plateau qui doit être accompagné à la main jusqu'au cylindre pour l'impression sur linogravure ou bois. Sinon il faut placer des rails sur les cotés pour que le cylindre supérieur entraine le plateau.


Désolé mais la Chartreuse n'y est pour rien.
Ce ne sont pas les presses taille douce qui ont "à première vue" ce problème mais des amateurs qui ne savent pas encore s'en servir .
heureusement, les rails sont évoqués dans cette remarque

l'excellent exemple donné par Jacky permettra aux "glissants et décalants" de ne plus rencontrer ce problème avec une presse taille douce

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com
Admin / jean-claude a écrit:Pour l'impression en relief de planches de petites dimensions le frottage au baren est une excellente solution qui demande un minimum de matériel et de préparation

voir le lien ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=t8uF3PZ3KGQ

Merci Jean-Claude, mais j'imprime à la main depuis quelques années, mes gravures en réduction que je fais parfois en 20 exemplaires, j'ai souvent mal aux épaules à la fin, une presse me soulagera je pense dans cette partie Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lafabutineuse.com
Admin / jean-claude a écrit:Je reviens sur une des remarques citée plus haut sur ce fil à propos de la Chartreuse:

- Avec l'impression lino, ne pas hésiter à scotcher la feuille sur le plateau, car sans, elle a parfois tendance à créer des petits décalages à l'impression. Mais à première vu, beaucoup de presses taille douces ont ce problème.
- Le plateau qui doit être accompagné à la main jusqu'au cylindre pour l'impression sur linogravure ou bois. Sinon il faut placer des rails sur les cotés pour que le cylindre supérieur entraine le plateau.


Désolé mais la Chartreuse n'y est pour rien.
Ce ne sont pas les presses taille douce qui ont "à première vue" ce problème mais des amateurs qui ne savent pas encore s'en servir .
heureusement, les rails sont évoqués dans cette remarque

l'excellent exemple donné par Jacky permettra aux "glissants et décalants" de ne plus rencontrer ce problème avec une presse taille douce

Merci beaucoup pour ce rajout, en effet on pourrait penser que la presse n'est pas adaptée
Merci aussi à Jacky pour la photo bien parlante.
J'ai vu une presse à épreuve en fonctionnement, et je vois bien l'idée de rails sur le côté.

En fait j'imagine que comme la plaque "lino" ou encore plus vrai pour le "bois" plus épais, l'écart entre le rouleau et la plaque supérieur étant important, c'est bien pour ça que l'entrainement ne se fait pas le rail qui finalement a quasi la même hauteur que la plaque de gravure en taille d'épargne (oui bien sûr) permet l'entrainement, et ne pressera que sur la surface du papier.

Je comprends désormais bien l'idée de rail et pourquoi sur ce type de presse.
L'idéal étant donc des presses typographiques ou presses à épreuves pour la linogravure ou xylogravure, mais l'usage de rail contourne le problème.
Merci beaucoup !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lafabutineuse.com

pierre

avatar
Admin
Bonjour,
Je reviens sur mon dernier post et la remarque de Jean-Claude.
En fait je ne fais pas des cadres pour que le rouleau repose dessus, les rails servent à cela, mais pour rehausser le papier et le mettre à 1 à 2 mm sous le niveau du bois et ainsi faciliter le repérage et rendre régulier le cadrage. On tremble moins à la pose du papier et le papier bouge moins au passage du rouleau. C'est encore plus nécessaire pour des tirages de polyptyques. J'ai aussi fabriqué des passe-partouts qui se posent sur ce montage pour encrer sans salir le montage.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum