aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Vernis Photosensible

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Vernis Photosensible le Jeu 11 Oct 2018 - 12:38

Hugues 33

avatar
Bonjour Smile

L'an dernier, alors que j'étais en train de faire des essais de masque photosensibles sur une plaque des plaques de zinc
à l'aide de produit destiné à la sérigraphie (je n'ai pas le nom en tête : une pâte violette) j'étais tombé sur un fil qui évoquait son utilisation. Mais comme je n'étais alors pas inscrit, je ne pouvais pas répondre que ça ne fonctionne pas.
Je n'ai pas retrouvé ce post, donc j'ouvre celui-ci (merci de me rediriger si besoin).

En effet, ce vernis saute assez vite au moment de la morsure et il est impossible d'obtenir des valeurs de gris : contraste très fort : J'ai illuminé ma plaque sous table UV à travers une gamme de gris maison et je n'ai obtenu après dépouillage que des valeurs tout ou rien comme avec un film lith...

J'ai vaguement pensé aux vernis servant à faire les circuits électronique qui est abordable mais le contraste sera nécessairement très fort aussi.

Ma question va sembler peut être un peu naïve, mais... Quelqu'un connait-il un vernis de sensibilité spectrale un peu étendue (panchromatique dans l'idéal) ou que sensible au UV (au pire) applicable sur métal qui me permette de faire
des morsures d'image obtenue directement par exposition en chambre noire (poses lentes ou très longues peu importe) ?
J'aimerais mener ce travail pour mener à bien un projet d'arts plastiques au cours de cette année.

J'ai bien sûr entendu parler du bitume de Judée pour redécouvrir la photographie comme Nicéphore, mais disons que je cherche à utiliser un procédé peu être un peu plus moderne Wink

Merci de vos conseils et pistes flower
Hugues


2 Re: Vernis Photosensible le Sam 13 Oct 2018 - 9:45

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour
Beaucoup de questions dans tes questions.

Je te rappelle qu'avec le bitume de Judée il a fallu à Nicephore une pause de 8 heures pour obtenir une image de sa propriété du Gras.

L'exposition d'un plaque de cuivre directement dans la chambre noire a fonctionné et fonctionne encore quand elle est argentée et sensibilisée aux vapeurs d'iode, cela s'appelle le Daguerréotype, il ne s'agit donc pas de ce dont tu veux parler.

Il existe un procédé qui se pratique de nos jours c'est le ferrotype pratiqué par les photographes ambulants du début du siècle dernier, il s'agit dune image argentique négative de faible contraste formée sur une plaque de métal noircie. Par réflexion on observe une image positive, un peu analogue, un peu seulement, au dagguerréotype (voir l'Ambrotype.
C'est un procédé courant pratiqué surtout aux USA, les plaques sont disponibles dans le commerce spécialisé
Mais la aussi il n'y a pas morsure du métal.

La solution parmi beaucoup d'autres plus difficiles et abandonnées, c'est d'exposer aux UV un matériau photosensible (gélatine bichromatée) sous un cliché diapositif, et la clé importante c'est de diviser la surface en millions de petits masques qui seuls permettent d'obtenir un ton continu à l'encrage (héliogravure au grain d'aquatinte)

On ne comprend pas bien à te lire si tu cherches
soit à obtenir une image lisible sur ta plaque après exposition et traitement
soit à mordre une plaque de métal et obtenir une gravure en creux de l'image.

Un autre point: qu'appelles tu une échelles de gris "maison" ?   Stouffer ? Kodak ?

En bref si tu cherches à ce que le vernis comme tu l'écris "saute" plus ou moins suite à l'exposition à la lumière ton problème est loin d'être résolu.
Un vernis sautr ou ne saute pas, voila la raison de ce contraste en tout ou rien.

Je te conseille de lire les écrits de Jean-Louis Marignier du CNRS qui a travaillé ce sujet

Il te faudrait mieux expliquer ta démarche pour que tu puisses trouve ici des conseils utiles.

http://aquatinte.forumactif.com

3 Re: Vernis Photosensible le Mer 17 Oct 2018 - 20:11

Hugues 33

avatar
Bonsoir et merci d’avoir bien voulu répondre à cette question profane 
Effectivement, la forme de ma question prête à confusion. Je vais donc la reformuler d’une manière
chronologique et (j’espère)  plus claire :
Je suis photographe de formation et j’ai longtemps travaillé en argentique.
Je ne pratique la gravure (suite à une reprise d’études en Arts Plastiques) que depuis un an.
Puis à la fin de cette première année, j’ai éprouvé le désir d’ébaucher un projet alliant la taille douce avec un procédé de prise de vue photographique. Mon souhait était alors d’obtenir une morsure dans une plaque de zinc, à l’aide d’un vernis photosensible exposé dans une chambre noire.
Ma première idée était d’utiliser un photorerist (résine photosensible) analogue à ceux utilisés en électronique pour réaliser les circuits sur cuivre. Mais je redoutais le contraste extrême de ces émulsions destinées à réaliser des images au trait.
L’atelier de sérigraphie jouxtant l’atelier de gravure que je pratique, j’ai ensuite voulu tester le comportement du vernis photosensible de sérigraphie coché sur du zinc.
Je me suis confectionné des bouts d’essais en zinc et une charte de gris d’une vingtaine de plage (analogue à une charte Kodak) imprimée du calque sur une imprimante laser.
J’ai procédé à différentes expositions à l’aide d’une insoleuse UV puis effectué des morsures en cuvette avec du perchlo. J’espérais vaguement obtenir quelques valeurs de gris mais mes différentes expositions n’ont abouties qu’à déplacer l’endroit de la morsure en tout ou rien sur la gamme de gris sans restituer aucunes valeurs intermédiaires. Là encore, c’est logique puisque ces produits sont là pour séparer des trames…  
C’est à ce moment que lors de mes recherches internet je suis arrivé sur un fil d’Aquatinte qui traitait justement de l’usage de produits de sérigraphie pour pouvoir mordre des plaques par (je crois, de mémoire) procédé photo. Je n’ai pu répondre dans ce fil ni le retrouver pour y poser la présente question…
J’ai lu depuis qu’il existerait des photoresists sensible à la lumière visible (et non seulement aux UV comme c’est très généralement le cas) ; mais sans jamais en trouver.
J’ai du mal à me résoudre à substituer la colophane de la boite à grains de l’atelier par du bitume de Judée pour en faire une pluie sur mes plaques de zinc et de les exposer des jours au sténopé…
Je n’ai trouvé depuis ni chez les fournisseurs de gravure, ni d’électronique de produit qui pourrait me permettre de commencer à mener ce projet.
Dans l’idéal, je préférerais qu’il soit sensible au moins au bleu et vert et pas qu’aux UV.
Mais surtout qu’il soit capable de restituer des nuances (morsures plus ou moins profondes en fonction de l’exposition). Un gamma de 1 serait là aussi le nirvana.
Pour résumer, je ne cherche pas à réaliser un plan film puis à faire un post-traitement ou tirage sur table UV pour insoler le vernis sur le métal, mais bien d’exposer cette plaque enduite à la prise de vue
afin de mordre cette même plaque.
Merci encore et à bientôt,
Hugues

4 Re: Vernis Photosensible le Jeu 18 Oct 2018 - 11:56

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour Hugues
merci pour cette plus claire explication de ta démarche.
Il y a plusieurs manieres d'pbtenir cette image sur une plaque exposée dans la chambre noire, en géneral mes temps d'expostion sont plutôt longs.
Daguerréotype
ambrotype
ferrotype
collodion
physiototype
.et d'autres encore..
mais tous ces procédés ne visent pas à obtenir une image de creux dans une plaque de cuivre exposée dans la chambre noire (oublions le zinc) et je crois comprendre que c'est ce que tu cherches.

historiquement avant l'héliogravure sous sa forme aboutie (Klick), il y a eu des stades intermédiaires nombreux (Charles Negre)
et  la transformation très compliquée d'une plaque de Daguerréotype en gravure en creux.

Une de tes phrases me laisse perplexe:
J’ai du mal à me résoudre à substituer la colophane de la boite à grains de l’atelier par du bitume de Judée pour en faire une pluie sur mes plaques de zinc et de les exposer des jours au sténopé…
j'ai cru comprendre, peut être je me trompe, que tu confonds les travaux de Niepce avec le bitume de judée en vernis  (photo sensible) posé sur la plaque
avec
le grainage à la résine de l'aquatinte qui n'a rien a voir avec la photo sensibilité mais a simplement pour fonction de diviser la morsure en une multitude de creux ponctuels dans le but de permettre la restitution des modulations des lumières du noir jusqu'au blanc (éviter les crevés)
Peut être devrais tu, si tu ne l'as déjà fait approfondir le principe de fonctionnement de l'aquatinte au grain de résine, ou à la trame. Dans les deux cas il s'agit de cloisonner la morsure et d'obtenir une multitude de creux plus ou moins erofonds, donc recevant plus ou moins d'encre.
C'est ce qui se passe en héliogravure et cette fois la profondeur est modulée par l'épaisseur de gélatine

Bien sur toute recherche vaut d'être tentée mais, un produit photo sensible qui teindrait lieu de resist ne résoudrait que partiellement la question, il faudrait par exemple une chambre de prise de vue avec dispositif de tramage comme cela a existé.
Ou encore déposer un grain d'aquatinte sur ton résist.
Mais il te faudrait un resist qui ne travaille pas en tout ou rien, celui qu'on utilise en hélio est la gélatine bichromatée qui laisse sur le cuivre un résist à l'acide d'épaisseur variable selon l'intensité locale de l'insolation.

En passant n'oublie pas que Niepce demandait à Charles Chevalier des objectifs les plus lumineux possibles pour abréger les temps d'exposition
Avec un sténopé et du bitume ce ne seraient plus des jours d'exposition mais des semaines ou des mois!
Continue ta recherche.

http://aquatinte.forumactif.com

5 Re: Vernis Photosensible le Jeu 18 Oct 2018 - 19:28

Hugues33


Admin / jean-claude a écrit:

Une de tes phrases me laisse perplexe:
J’ai du mal à me résoudre à substituer la colophane de la boite à grains de l’atelier par du bitume de Judée pour en faire une pluie sur mes plaques de zinc et de les exposer des jours au sténopé…
j'ai cru comprendre, peut être je me trompe, que tu confonds les travaux de Niepce avec le bitume de judée en vernis  (photo sensible) posé sur la plaque
avec
le grainage à la résine de l'aquatinte qui n'a rien a voir avec la photo sensibilité mais a simplement pour fonction de diviser la morsure en une multitude de creux ponctuels dans le but de permettre la restitution des modulations des lumières du noir jusqu'au blanc (éviter les crevés)
Bonsoir Jean-Claude et merci pour cette réponse.
En fait avec cette phrase et compte tenu de la longueur de mon message j'ai tenté de faire de l'humour (du goudron dans la boite à résine pour les autres usagers de l'atelier gravure !!).
J'ai pratiqué l'aquatinte l'an dernier, je faisais référence aux toutes premières technique de Nicéphore Niepce juste...

Je vais faire des recherches dans les pistes que tu m'as indiqué, si je trouve quelque chose qui vaut la peine, j'en ferai part ici.

Bonne soirée,
Hugues

6 Re: Vernis Photosensible le Jeu 18 Oct 2018 - 20:34

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonsoir Hugues
Bon je vois que tu connais l'aquatinte, je n'avais pas compris le sourire.

Un ami graveur et non des moindres avait modifié le contenu de sa boite à grain pour y mettre du bitume en poudre fine en remplacement de la résine. Le bitume permet une finesse plus grande encore que la résine. Cependant la température de cuisson (fixation sur le cuivre tu connais cela ) est plus élevée.
Il me racontait souvent que ç'avait été une galère pour revenir à la résine, un nettoyage complet des parois internes et il en restait toujours.
Sa boite à grain était d'un volume important, j'ai de lui quelques hélios qu'il avait faites pour Jean Dieuzaide, Salgado, et Boubat en format 50x35 ce qui représente une belle boite à grain d'au moins 50x80 pour éviter les effets de bords.

Cette mésaventure nous avait dissuadé de mettre du charbon en poudre dans la boite à grain pour essayer le procédé charbon-velours Artigue, assez différent du Fresson.

Bonne soirée à toi également

http://aquatinte.forumactif.com

7 Re: Vernis Photosensible le Jeu 18 Oct 2018 - 22:29

Hugues 33

avatar
affraid
50x80x facilement 220 de haut ! (le volume environ de notre boîte à grain à l'atelier)
je n'imagine pas le nettoyage avec les parties cachées, les balais, la poussière qui vole !

J'ai fait une aquatinte assez grande l'an dernier dans cette boite (plaque de zinc au format raisin)
en technique mixte avec du vernis mou (pour prendre la texture d'une feuille d'acanthe qui couvrait tout
le format) et dont j'ai repris certaine nervures au burin.
Mon zinc était de qualité zingueur/couvreur et passablement oxydé.
J'aime le côté "maculaire" des traces d'oxydation allié au motifs végétaux.
Je pense que c'est précisément cet exercice qui m'a donné envie de poursuivre ce travail sur l'acanthe (que j'avais commencé initialement en techniques monotypes) sur un mode photographique en conservant l'imperfection du zinc oxydé (voilà pourquoi je n'évoque pas trop le cuivre).

C'est drôle comme venant de la photo, je me revois il y a un an prendre mille précautions pour éviter l’incident, la zone, la tâche... et maintenant le rechercher, l'attendre, rebondir quand il arrive. L'imperfection du zinc, son caractère brut me permet ça et m'attire toujours davantage.
La semaine dernière, j'ai encré une plaque vaguement carrée, mal dégrossie avec les arrêtes seulement cassées à la meuleuse sur du papier de chine (une première pour moi) et j'ai trouvé ça puissant.

J'avais questionné mon prof sur la technique Hayter que tu abordes sur un autre fil.
Comme il s'est avéré qu'il a travaillé 5 ans à l'atelier 17, il m'en a dit un peu plus et du coup j'ai encré cette plaque au rouleau avec deux encres de couleur et de consistance différente. C'est ma petite magie à moi, je sens que j'aurais du mal à lâcher ce métal maintenant : il faut que je l'éprouve encore Smile
Et en photo si je peux...

8 Re: Vernis Photosensible le Ven 19 Oct 2018 - 15:34

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour Hugues
Pour Hayter, c'est mon dada depuis des années, on en reparlera, en attendant si tu lis l'anglais il te faut lire "new ways of gravure" un ouvrage passionnant.

A propos de ta plaque gravée par la lumière, celle qui forme l'image au fond de la chambre, ça vaut le coup d'essayer le photopolymere
Soit en non etch par exemple DK3 (ou Stella print chez Joopstoop), je vais faire l'essai de mon coté j'ai le produit et je sais le traiter.
Il faut laminer le film photopolymere sur le métal, opération simple si on suit bien la procédure opératoire à la lumière d'une lampe jaune (anti moustiques) ou une sodium de labo, à la rigueur un simple incandescence 20W à deux ou trois mètres.
la "morsure se fait dans une solution aqueuse de carbonate de soude anhydre à 1% environ 8 à 10 minutes.
Il s'agit de non etch, on ne mord pas le cuivre on mord dans l'épaisseur de polymere.
Ensuite on encre et on imprime.
Seul problème la faible sensibilité du film en question.

http://aquatinte.forumactif.com

Hugues 33

avatar
Bonjour Jean-Claude
et merci de nourrir  l'espoir de mon projet !

Je ne lis pas spécialement l'anglais, mais j'arrive à "déchiffrer" Wink

Je ne connais pas du tout la technique des photopolymères, je suis allé voir la
doc explicative sur le site de polymetaal, bon... ça n'a pas l'air aussi évident que
ça à mettre en oeuvre. Pour la lampe à sodium et les cuvettes, ça j'ai, pour le reste...

Si j'ai bien compris, le métal n'est pas mordu mais sert juste de support au polymère
qui est lui encré ?
Cette alternative au vernis pourrait effectivement être une bonne option pour ce travail et
j'e suis impatient d'avoir tes premières conclusions.

Bon weekend Very Happy

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum