aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

aquatinte en electrogravure à partir d'une impression laser

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

nyckian

avatar
Bonjour à tous,
je teste actuellement des méthodes de transfert de toner d'imprimante laser sur une plaque de cuivre. En effet, des tests sur de petits bouts de papier imprimés avec une imprimante laser Brother m'ont permis de vérifier que
1) c'est possible, soit en chauffant (180°C), soit à froid en utilisant des solvants (acétone, térébenthine, alcool à 90°)
2) le toner laser était un bon isolant en gravure électrolytique sur un support en cuivre. On obtient bien des niveaux de gris.


Il me semble que cette voie pourrait être intéressante car elle permettrait d'une part toutes sortes de trames (créées sur ordinateur), voire le transfert d'un dessin ou d'une photo scannée et retravaillée sur ordinateur, d'autre part, connaissant la trame de gris et le temps de gravure en éléctrolyse, on devrait avoir un résultat (un niveau de gris) très maîtrisé.


Je résume en gros mes recherches
La voie à chaud :
- impression de la trame grise sur un papier photo (papier glacé qui n'absorbe pas le toner laser) sur imprimante Brother
- dégraissage de la plaque de cuivre
- mise en place d'une couche de térébenthine sur la plaque de cuivre
- application de la feuille imprimée sur la plaque de cuivre (coté imprimé au contact du cuivre)
- application d'un fer à 200°C pendant 15 secondes en passant régulièrement sur la plaque (c'est la partie délicate car il faut être régulier, pas assez chaud ça colle pas, trop chaud, la trame est bouchée)
- refroidissement de la plaque , le papier imprimé est maintenant "collé" sur le cuivre
- trempage de la plaque dans l'eau tiède pendant 5mn et décollement du papier à la main (pelage, frottement) jusqu'à enlever la totalité de la couche de papier. Il ne reste que le toner transféré.
- gravure à 1v pendant 5 à 10m en électrogravure (mordant de Bordeaux CUSo4 + sel)

La voie à froid
- impression de la trame grise sur un papier photo (papier glacé qui n'absorbe pas le toner laser) sur imprimante Brother
- dégraissage de la plaque de cuivre
- application d'un mélange de 50% d’acétone et de 50% d'alcool à brûler (alcool méthylique) sur la plaque de cuivre, il faut étaler le mélange assez largement.
- mise en plaque du papier imprimé (coté imprimé contre la plaque de cuivre)
- passage sous presse au rouleau ou application d'un rouleau caoutchouc (type rouleau à encrer) en appuyant bien,
- on laisse reposer 5mn pour que les solvants s'évaporent.
- trempage de la plaque dans l'eau tiède pendant 5mn et décollement du papier à la main (pelage, frottement) jusqu'à enlever la totalité de la couche de papier. Il ne reste que le toner transférer.
- gravure à 1v pendant 5 à 10m en électrogravure (mordant de Bordeaux CUSo4 + sel)

Nota : pour enlever le toner : acétone, alcool à brûler ou mieux encore du Mirror (moins polluant ?)

Ça marche sur de petits morceaux de papier mais avec des défauts sur une plaque 15*20cm (quelques zones sans trame).

J'ai vu pas mal de vidéo sur des procédés pour préparer des plaques de circuits électroniques à partir de typons imprimés sur imprimante laser mais généralement il faut retoucher le circuit avec un feutre pur reprendre les défauts de transfert de toner.

En gravure, il faut viser le zero défaut pour préparer une trame d'aquatinte.

Quelqu'un a-t'il fait des recherches dans ce sens ?

http://www.zuluk.fr

jeanclaude

avatar
Bonjour Nyckian
et merci pour ces informations claires et précises qui vont certainement intéresser les amis de l'électrolyse, eux aussi fanas de recherches sur ce procédé, n'est-ce pas Hypocratos.

pierre

avatar
Admin
J'ai fait un essai il y a une dizaine d'année, non concluant, d'un transfert par photocopie sur papier glacé et transfert par trichlo, aujourd'hui interdit. Essai peu concluant dû aux problèmes de transfert irrégulier, pb de sèche et de non adhésion à ces endroits. Et pas continué par mon peu d'intérêt pour la photo en gravure à l'époque. Par contre, j'avais été impressionné par la qualité de résistance de l'encre laser.
Curieux hasard, j'ai eu entre les mains hier après midi des tirages d'une plaque avec photogravure par photocopie. Les tirages sont de Christine Levesque, plaque préparée par Bruno Robbe pour l'atelier qu'il anime à Charleroi.
Son approche est une suite de celle que j'avais vue sur le net, une personne qui avait déconnecté le four de sa vieille imprimante pour ne pas cuire l'encre et qui utilisait comme papier transfert le support des étiquettes adhésives après avoir retiré les étiquettes er report à chaud. Hors la désactivation du four qui me titillait, j'avasi pensé qu'il y avait quelque chose qui existait déjà, c'était les produits de transfert d'image sur tee-shirt, et on trouve des reprographes équipés de ces papiers et des presses à chaud. ET je n'ai pas été plus loin.
Bruno Robbe a utilisé ce procédé transfert de tee-shirt, avec un passage par la boîte à aquatinte pour les noirs importants de la photo. Ce n'est pas de la qualité de l'héliogravure, mais proche des journaux imprimés encore assez finement en typo il y a trente/quarante ans, une trame autour d'une trame 85 passe visiblement sans trop de problème.
Je vais peut-être reprendre mon projet d'il y a 10 ans.

http://sites.google.com/site/grifeblois/

4 utilisation d'une plastifieuse le Dim 18 Mar 2018 - 13:19

nyckian

avatar
L'utilisation d'une plastifieuse semble être une voie intéressante : une ou deux barres de chauffage et deux (ou 4) rouleaux pour assurer une pression régulière. On a à la fois une température élevée et une pression constante. Il faudrait sans doute une plastifieuse à température réglable de 0°C à 180°C. En effet, le toner laser fond entre 180 et 210 °C (ce n'est pas une donnée "constructeur" mais un faisceau d'information collecté sur Internet).

http://www.zuluk.fr

5 Mes test de gravure sur cuivre le Mar 10 Avr 2018 - 18:23

palancus

avatar
Bonjour à tous, j'ai vu passer le topic du coup je poste mes vieux tests, ça fera gagner du temps à certains

J'ai fait un transfert de toner à partir d'un tirage d'une image tramée sur du papier de magazine glacé (type elle ou autre) très fin, réalisé à partir d'une imprimante HP1018.
Le papier glacé fin est ce qui a donné les meilleurs résultats pour ma part, j'ai testé du papier photo, du transparent et du papier classique.

J'ai nettoyé la plaque à l'acétone et ensuite pas touche avec les doigts !

Chauffage léger de la plaque (pistolet thermique pour moi), ensuite application du tirage côté toner face à la plaque, une feuille de papier par dessus et fer à repasser jusqu'à collage total.
J'ai toujours eu des problèmes de collage du toner sur les bords de plaque qui refroidissent trop vite.

Ensuite trempage dans de l'eau jusqu'a dissolution du papier glacé (frotter légèrement avec les doigts)

Trempage de la plaque préparée dans du perchlo quelques minutes (une douzaine pour moi), lavage à l'eau puis rincage au solvant pour éliminer le toner.



Je ne m'intéresse qu'à la plaque en elle même mais rien n'empêche de l'encrer et d'en faire un tirage.

Cordialement

http://www.palancus.com

6 Et l'électrolyse comment çà va ? le Mar 24 Avr 2018 - 12:37

Hippocratos

avatar
Bonjour à tous,

J'ai essayé plusieurs fois les transferts malheureusement avec des résultats décevants mais ces échanges me donne envie de recommencer.

Nykyan, peux tu préciser ton procédé d'électro-gravure ? Peut être dans un autre post car on s'éloigne du transfert.
Je grave aussi à 1 V ou 1.5 V me fiant tantôt au voltage (1 V) tantôt à l'Ampérage 0.5 A selon mon humeur du moment, ma réussite précédente, la surface estimée à mordre. Quel bazar !!
Pour les très petites surfaces à mordre (signature, tailles très isolées, paratonnerres ), il me faut une morsure de 5 à 10 mn. Pour le reste et notamment les tailles serrées, croisée, il me faut plutôt 60 à 90 mn. C'est très supérieur aux temps que tu indiques.

Je suis donc très intéressé à connaitre ta pratique. Je ne mets pas de sel (NaCl) dans mon bain. J'avais essayé.

http://eauforte.blogspot.fr/

7 electrogravure le Mar 24 Avr 2018 - 20:42

nyckian

avatar
Bonjour Hippocratos,
Le procédé d'électro-gravure que j'emploie est basé sur le manuel de Cedric GREEN, bain de sulfate de cuivre (CUSO4 pentahydraté) à 250gr par litre, sel de cuisine à 250gr par litre, température entre 15 et 20°C, anode en cuivre (la plaque à graver), cathode en grille inox, écart entre anode et cathode de 2,5cm, toute les parties sont isolées sauf la surface à graver et la grille d'inox. Le voltage est de 1V pour éviter tout décollement du toner (crevé). Le temps de morsure est de 5 à 10mmn car on recherche un effet d'aquatinte et non une gravure profonde (comme pour les lignes) .
Je n'ai pas été plus loin pour faire varier les paramètres, il s'agissait essentiellement de vérifier que le toner est électriquement isolant et qu'il résiste au bain CUSO4 pendant 10mn sous 1V.
Mes derniers essais de transfert sont assez concluants avec du papier photo, un fer à repasser à 200°C, un mélange d'alcool à brûler et d'acétone et une patte-mouille en papier un peu épais entre la feuille imprimée et le fer à repasser. Il reste quelques petites zones (grosses comme une pièce de 1 centimes d'euro) qui n'ont pas été transférées. J'ai trouvé une plastifieuse qui monte à 160°C, je vais faire des essais.
à suivre .....

http://www.zuluk.fr

Hippocratos

avatar
Bonjour Nyckian, Bonjour à tout le monde
Merci pour ta réponse rapide, je comprend mieux.
J'utilise 60 g / litre de CuSO4 et j'ai une distance de 12 cm entre la cathode et l'anode. L'intensité de la morsure est inversement proportionnelle à cette distance. C'est très sensible.
L’inconvénient des distances longues, c'est que cela augmente considérablement le volume du bain, mais l'avantage est que cela diminue les effets de bord. Tu t'apercevras rapidement de cet effet très gênant. Pistes pour la gravure par électrolyse

C'est très cool d'avoir un expérimentateur sur ce forum.
Amitiés

http://eauforte.blogspot.fr/

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour Philippe
ça fait plaisir de te lire
Mais toi aussi tu es un expérimentateur infatigable avec tes électrons infatigables eux aussi.

http://aquatinte.forumactif.com

10 electrogravure le Ven 27 Avr 2018 - 9:49

nyckian

avatar
Bonjour Philippe, Jean Claude,
Merci pour vos encouragements , cela fait plaisir. C'est très sympha de retrouver sur ce forum des graveurs motivés et pointus.
Il faudra que je vous relaie mes essais de gravure en taille d'épargne avec du FOREX. Cela m'a permis de régler plein de difficultés liées à l'utilisation du linoleum en plaque perdue ou en multi-plaque.
amitiés,
Yannick

http://www.zuluk.fr

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum