aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Photopolymère...aïe

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Photopolymère...aïe le Mar 16 Jan 2018 - 1:42

LLaurent


Bonjour à tous,

Quasiment 1 ans depuis mon inscription ici, le temps passe vite, pour rappel la gravure pour moi rime avec photographie, je pratique régulièrement "les procédés anciens" avec une préférence pour les procédés pigmentaires. J'ai laissé de côté la gravure (mis à part les report d'Oléotypes) pendant quelques temps pour me concentrer sur le Tirage Charbon, mais maintenant j'y suis et me concentre sur le polymère (plaques Tok Solar) et je me trouve face à quelques problèmes.

Mon principal est que mes plaques sont irrégulières, un portrait sur fond noir par exemple donne un noir profond par endroits et un gris "pourri" à d'autres et je suis un peu perdu, je me dis que mon positif n'est pas en contact partout (j'utilise un chassis presse) mais peut-être que c'est l'insolation de ma trame d'aquatinte qui est inadéquate ?!
Le temps d'exposition de mon positif à l'air correct (j'ai bien une image et elle me parait pas mal détaillée...) mais mes temps semblent courts (une quinzaine de secondes pour la trame et une vingtaine pour le positif), je précise que j'insole sous tubes UV à une distance d'une dizaine de centimètres...

Et je vous fais grâce de mes premiers pas concernant l'encrage (pour l'instant Very Happy ).

Voilà, si vous avez quelques pistes, je suis preneur.

Bon encrage 2018.

Laurent.

2 Re: Photopolymère...aïe le Jeu 18 Jan 2018 - 12:52

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour Laurent
Moi aussi je pratique les procédés anciens et pigmentaires en particulier. Ce matin je viens juste de gélatiner un planche pour faire une oléo. ( La même installation que j'utilise pour coucher la gélatine pigmentée pour le charbon)
Bon les plaques Tok solar comme le film photopolymère en général demandent pas mal de calages.

Je suppose que tu fais le grain en exposant sous une trame aléatoire
Un sytème pneumatique pour assurer un bon contact est préférable mais si ton format n'est pas très grand (20x25 par exemple) et que tu as un bon châssis presse qui comme son nom l'indique presse bien ça devrait te donner un noir uniforme.
Tu sais sans doute qu'on préconise une source UV ponctuelle mais cependant ça fonctionne aussi assez bien avec un banc de tubes UV .
Pour le temps d'exposition sous le banc de tubes ça dépend de l'actinisme des tubes et de la distance au dessus de la plaque, j'ai obtenu  des temps assez courts 3 minutes et demie pour la trame.
Ce qui perturbe le bon contact avec les plaques c'est qu'elles sont coupées à la cisaille et que bien souvent elles sont voilées (géométriquement, rien à voir avec un voile  photo ) voire avec un bord légèrement recourbé et comme c'est de l'acier, le châssis presse n'est pas suffisant, ce serait pareil avec un système pneumatique.
J'avais construit un système pneumatique ultra simple et très efficace  pour avoir un bon contact. Je l'utilisais avec des plaques de cuivre recouvertes de film polymère, les plaques n'étaient pas toujours planes et j'avais ces problèmes de contact insuffisant. Le tout insolé sous une source pontuelle halogène de 1 kw
Tu peux construire le système décrit par Henrick Boegh dans les petit bouquin "la gravure non toxique" traduit par Filip Leroy.
Tu peux aussi aller visiter le site d'Hervé (héliopse) il y a beaucoup d'infos sur la pratique les plaques photopolymere

http://aquatinte.forumactif.com

3 Re: Photopolymère...aïe le Ven 19 Jan 2018 - 10:11

LLaurent


Bonjour,

En effet j'utilise une trame aléatoire avec des tubes UV, j'ai bien vu sur ce forum qu'il est préconisé d'utiliser une source ponctuelle mais étant déjà équipé et ayant fait (moi aussi) un stage organisé par JoopStoop, je me dis que je peux m'en tirer comme ça... je dois dire aussi que je n'ai pas d'atelier dédié et l'optimisation de l'espace est important pour moi, mais il se peut que ça évolue dans le bon sens d'ici peu, en attendant...
Concernant mon chassis-presse, il est de bonne facture et ne m'a jamais fait défaut, mais en effet j'ai bien constaté que les plaques ne sont pas planes et même recourbées aux angles (j'avais pourtant commandé de petites plaques 15X21, espérant ne pas avoir ce genre de problème...), donc je pense que je vais devoir passer par un système pneumatique, j'ai le bouquin de Henrick Boegh en anglais (plus dispo en français) et il y a aussi pas mal d'informations sur le site "héliopse" que tu m'as conseillé. Il faut que je commence par ça à mon avis.

Suite au prochain épisode...

PS. Toujours sympa de voir qu'il y a toujours quelques passionnés qui font vivre ce pan de la photographie (Procédés aux encres), on ne doit pas être très nombreux Very Happy

4 Re: Photopolymère...aïe le Ven 19 Jan 2018 - 13:09

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour Laurent
Dans ton premier message tu parles de transfert, ou encore report, en fais tu?
J'en ai réussi il y a quelques années et aujourd'hui je patine un peu. J'avais à l'époque une petite presse Marcel Lauwers qui s'y prêtait mieux que ma grosse Richebé aujourd'hui.
En fait j'avais constaté après Puyo, excusez du peu, que le premier report est souvent pâlichon, sans contraste mais que si on reprend l'encrage c'est beaucoup mieux, le  troisième ou quatrième report est le meilleur. Il s'agit de la gélatine qui "gonfle" plus  après les pressions successives du rouleau.
Comme la reprise de l'encrage est un peu fastidieuse,  j'encrais au rouleau.
Aujourd'hui le vais beaucoup plus vite et plus surement avec le putois mais j'ai un peu perdu l'habitude du report, il faut que j'y retravaille.
C'est Pierre Brochet, bon héliograveur et à l'poque président de l'APA qui m'avait encouragé aux procédés aux encres grasses.

http://aquatinte.forumactif.com

5 Re: Photopolymère...aïe le Dim 21 Jan 2018 - 17:00

LLaurent


Oui, je fais encore un peu de report, en fait je trouve que le rendu "granuleux" de l'Oléotype (ou du Bromoïl) est encore accentué après un passage sous presse et j'aimerais retrouver cette sensation à travers le polymère, une image du livre d'Henrik Boegh illustre bien ce que je recherche (une femme dans une galerie ornée de piliers), de plus j'ai l'espoir qu'une fois trouvé les bons paramètres je pourrai mieux contrôler mes images parce que je dois dire que pour le report d'Oléotype c'est assez aléatoire et je ne trouve pas forcement la cause de la déroute  Mad

En fait j'avais constaté après Puyo, excusez du peu, que le premier report est souvent pâlichon, sans contraste mais que si on reprend l'encrage c'est beaucoup mieux, le  troisième ou quatrième report est le meilleur. Il s'agit de la gélatine qui "gonfle" plus  après les pressions successives du rouleau.

Il est vrai que je dois m'y reprendre à plusieurs fois pour un résultat satisfaisant, et je n'avais pas fait le rapprochement  Shocked

Quant à la presse, c'est encore un peu mystérieux pour moi, mais un problème à la fois, pour l'instant je règle ma presse au maximum et je pense qu'un petit stage chez un graveur expérimenté mettra de l'ordre dans tout ça.

Bonne semaine et à bientôt.

Laurent.

6 Re: Photopolymère...aïe le Lun 22 Jan 2018 - 22:00

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonsoir Laurent
L'image dont tu parles, vue dans le livre de Boegh n'est pas faite avec une plaque polymère mais mordue dans le cuivre recouvert du film polymère puretch.
Ce film très mince fonctionne en tout ou rien, soumis aux UV il reste en place, tandis que protégé par les noirs du film positif il est dissout. Ensuite on mord la plaque avec du perchlorure de fer.
Bien entendu on aurait ainsi aucun gris avec ce procédé sauf à préparer une cliché positif divisé en très petits points, autrement dit tramé. Ce qu'on obtient facilement avec photoshop en mode bitmap.
d'où cet aspect granuleux modulable en fonction de la résolution bitmap.

http://aquatinte.forumactif.com

7 Re: Photopolymère...aïe le Jeu 15 Fév 2018 - 1:34

LLaurent


Bonjour à tous,

Ça avance (doucement...), le problème que je décrivais plus haut est maintenant résolu, en effet il y avait un contact insuffisant entre le positif et la plaque, une mise sous vide a été salutaire.
Mais je suis de nouveau dérouté, exposition de ma trame puis de mon positif... résultat, une "gravure" trop légère, je décide donc de diviser par 2 le temps d'exposition (de la trame et du positif)... résultat... idem, impossible de distinguer la moindre différence, j'ai l'impression que la trame fait son boulot (j'ai une surface finement grainée) mais l'image reste trop légère, je vais encore diminuer l'exposition mais j'espère ne pas faire fausse route, surtout que je suis limite à mon avis (10 s pour la trame, 15 s pour le positif), peut-être devrais-je éloigner mon chassis de la source UV, bref, si vous avez des pistes je suis preneur.
Merci d'avance.

Laurent.

8 Re: Photopolymère...aïe le Jeu 15 Fév 2018 - 9:20

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour
Il faut que tu commences par déterminer le temps d'exposition sous trame qui restera constant quels que soient tes positifs .
Tu as lu comment mener la manip.
--avec la trame faire des bandes d'exposition croissante en démasquant progressivement le surface insolée.
Tu dois finir par obtenir sur la plaque une série de bandes qui après encrage et impression donne des bandes  successivement claires (pas assez de creux donc pas assez exposées) ensuite plus sombres puis franchement noire  (c'est la bonne valeur d'insolation) suivies de bandes moins sombres puis d'un gris sale (insolation trop forte et crevés).
Il faut absolument passer du temps pour obtenir ce résultat et être bien calé pour la suite.

Le temps d'insolation qui donne le plus noir est la bonne valeur , il n'en faut plus bouger

Si tes images sortent trop pales c'est que tu as trop exposé sous le positif image. Tu dois chercher le meilleur rendu sans jamais revenir sur le temps d'exposition sous trame.
Il se peut aussi que ton positif image manque de contraste, trop clair et/ou trop doux.
On peut résoudre cela en exposant une échelle de gris imprimée sur le même transparent avec la même imprimante, tu verras ainsi la gamme de gris que tu peux espérer.

http://aquatinte.forumactif.com

9 Re: Photopolymère...aïe le Jeu 15 Fév 2018 - 9:59

LLaurent


Oui, en effet il faut que je reprenne tout et dans l'ordre, merci pour cette réponse car j'en étais à me demander si la cause de mes problèmes venait de l'exposition de la trame ou du positif, ton processus est d'une logique imparable.
Ma précipitation ne fait que me retarder (je devrais le savoir c'est la même chose avec chaque procédé Very Happy ).
Donc, 1. détermination du temps idéal pour la trame, 2. détermination pour le positif avec gamme de gris stouffer (j'ai pourtant ce qu'il faut).

Merci, à bientôt (je me permettrais de te tenir au courant de l'évolution).

PS. Après des années d'utilisation de négatifs, la "gymnastique" positive me met les neurones en ébullition...

10 Re: Photopolymère...aïe le Jeu 15 Fév 2018 - 13:05

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Oui LLaurent tiens moi au courant ça m'intéresse, j'ai aussi rencontré des difficultés avec ces techniques.

A la fin de ton message tu évoques l'échelle Stouffer, c'est un bon outil.
Toutefois les choses sont un peu compliquées en raison de la nature de l'échelle de gris.
Je ne sais pas si tu tires sous des positifs jet d'encre ou des positifs argentiques.
L'opacité aux U.V. des encres d'imprimante est différentes de l'opacité des grains d'argent de l'émulsion argentique.
Pour retrouver l'équivalence il faut se livrer à une gymnastique sous Phhotoshop, gymnastique à propos de la courbe des densités qui modifie l'échelle de gris jet d'encre. Toute une histoire pas toujours très passionnante.

http://aquatinte.forumactif.com

11 Re: Photopolymère...aïe le Jeu 15 Fév 2018 - 14:53

LLaurent


Exact.... il serait peut-être préférable d'utiliser une échelle de gris imprimée correspondant à ma chaine de production !
J'utilise des positifs numériques et il est vrai que ce n'est pas évident pour moi (je suis plutôt hermétique à ces technologies) mais leurs possibilités sont très intéressantes je trouve, et pour palier à mon "autisme" informatique je vais justement suivre une formation pour l'élaboration de négatifs numériques (avec courbes et tout et tout...), c'est le procédé au Charbon qui me fait passer ce pas (les négatifs ne souffrent pas un quelconque manque de densité) et j'espère bien utiliser ces nouvelles connaissances pour le polymère Very Happy

A bientôt.

Laurent.

12 Re: Photopolymère...aïe le Sam 17 Fév 2018 - 19:28

carlesmitja

avatar
Bonjour Laurent, bonjours Jean Claude, bonjour à tous. Comme a déjà dit Jean-Claude, dans toutes ces techniques le première pas c'est déterminer le bon temps d'exposition pour obtenir un noir profond sans communication entre les points de la trame (sans crevés produisant un noire grisâtre). Tout ça sans le positif, seulement la trame.

À partir d'ici, ce qui est nécessaire c'est de réguler la densité du positif (son contraste). Avec positifs numériques, le travail au Photoshop rarement porte a bon fin parce que la régulation du noir avec les courbes de PS ouvre u ferme la distance entre les goûtes d'encre de l'imprimante. Cette forme de régulation c'est très utile pour l'observation à l’œil. Il est l’œil qui intègre l'ensemble de points noirs et espaces transparents en construisant différents niveaux de gris. N'oubliez pas que les imprimantes ont était conçues pour imprimer épreuves à être vues, pas pour construire bloquants d'UV. Tout ça a un limite en la direction de fermer les noirs et c'est tout.

La vraie forme d'augmenter la densité du noir c'est de le dire à l'imprimante qu'elle doit injecter plus et plus d'encre "dans le même endroit". De cette façon, la superposition d’épaisseur d'encre augmente vraiment la densité. Malheureusement, on peut pas faire ça avec le logiciel d'origine de l'imprimante. Je suis utilisant une Epson R3000 avec le logiciel Quad Tone RIP permettant de réguler la quantité d'encre du jet. En plus, on peut aussi fermer les injecteurs des couleurs qui sont pas bloquant l'UV. Actuellement je suis utilisant seulement les encres Noir, Yellow et Light Noir du set Ultrachrome d'Epson. La différence c'est incroyable. La régulation de la densité on la fait avec les commandes Ink Limit du logiciel.

Il y a pas une relation directe entre l'utilisation de positifs argentiques et ces générés au numérique. Les positifs argentiques sont composés de petites groupes d'Argent métallique complètement opaque à soit quelle soit la source de lumière. Dans les noirs du positif, il y a une couche plus o moins épaisse de ces groupes. L'encre des imprimantes est pas si opaque à la lumière UV. Encore plus, certains couleurs d'encre (voir Magenta, Cyan, Light Light Black, Light Magenta et Light Cyan) sont presque transparents à la lumière UV. Voir les liens ci-dessous.    

Quad Tone RIP http://www.quadtonerip.com/html/QTRoverview.html

Printing Negatives or Positives for Alternative Processes https://carlesmitja.net/2017/08/24/printing-negatives-or-positives-for-alternative-processes/

J'espère que ça va aider

Courage et travail!

Carles

http://www.carlesmitja.com

13 Re: Photopolymère...aïe le Dim 18 Fév 2018 - 9:16

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour Carles
Merci pour ton message riche d'informations.
Cependant je suis perplexe car dans une méthode mise en forme par mon ami Martin Becka, il y a une recherche de la "couleur bloquante" c'est à dire l'encre, ou le mélange d'encres de couleur le moins transparent aux UV.
Cela- se détermine en utilisant la matrice de couleur HSL-Array1.tiff
Cette couleur la plus dense aux UV est déterminée en lisant les coordonnées du point blanc donné par exposition du papier préparé pour le procédé exposé aux UV sous la matrice Array.

C'est cette couleur qui sera utilisée pour le calcul automatique par Charthrob de la courbe de densité Photoshop.
Charthrob compare la matrice de gris avec le scann de cette même matrice obtenu par le procédé.
Charthrob calcule  la courbe de correction pour chaque cellule de cette matrice de gris.

Martin Becka enseigne cette manière de réalisation des négatifs numériques et ses élèves obtiennent de bon résultats dans la grande majorité des cas.
Cette courbe calculée est évidemment directement liée à un seul procédé et aux même paramètres de développement et pour la même température, même support papier etc.

Il s'agit là d'une autre façon différente de réaliser des négatifs (ou positifs pour l'hélio ou polymeres)
Ce serait bien si tu avais un peu de temps pour exercer ton expertise la dessus.
Je peux t'envoyer quelques documents sur ce sujet.
bien amicalement

http://aquatinte.forumactif.com

14 Re: Photopolymère...aïe le Dim 18 Fév 2018 - 11:38

carlesmitja

avatar
Bonjour Jean-Claude, bonjour à tous. Il fait deux ans que j'avais essayé avec le ChartRob el leur méthode de détermination de la combinaison d'encre la plus opaque aux UV. Le système fonctionne très bien mais il est pas capable, au même temps, d'ajuster la densité d'encre nécessaire au certain procède une fois on a déterminé le temps d'exposition au préalable (pour un noir profond sans crevé). Avec le logiciel QuadToneRIP, il est toujours possible d'écrire le profil que contrôle la quantité d'encre que injecte chaque injecteur (voir couleur). C'est ainsi très facile de contrôler la densité du négatif ou positif sans compromettre le temps d'exposition déterminé au préalable. Un autre aspecte très important en hélio (tu sais que je suis presque dédié en exclusive), c'est la réponse non linéaire de la méthode, du surtout à la phase de la morsure. La courbe de Photoshop donnée par ChartRob elle est pas toujours amie de la linéarisation postérieure. Dans ce moment là, mes conclusions sont:

La meilleur combinaison d'encre pour une imprimante donné dépend de:

  • L'imprimante utilisée si on fait partie des encres d'origine.
    De la marque ou type d'encre si on utilise la grand offre du marché pour certaines imprimantes.
    De la procède (hélio, palladium, etc.) et leur agent de sensibilisation.
    Du support transparent utilisé pour les positifs ou négatifs.
    De la lampe ou tubes qu'on emploi à l'étape d'insolation.
    De la qualité et épaisseur du verre de la presse à contacte.


Dans le cas particulier de l'hélio, je suis utilisant:


  • Imprimante Epson R3000
    Encre pigmentaire Ultrachrome K3 original.
    Pictorico OHP transparence film de Mitsubishi.
    Lampe à haute pression OSRAM Supratec HT400
    Combinaison des encres Black, Yellow et LightBlack à la relation 5:10:10. C'est à dire, double taxe de Y et LK par rapport au Bk. Cette combinaison à été obtenue par la méthode décrite au lien du post précédent.


Avec ces données, je obtiens une couche de gélatine linéaire par rapport a la densité de l'échelle de gris que j'utilise comme test. On connait ça adhérent la gélatine sur un verre et en mesurant leur densité. Une courbe de Photoshop sur l'image numérique et la combinaison de bain perchlo contrôlent la linéarisation de la morsure.

Il y a Ron Reeder qui a arrivé à des conclusions très similaires pour la pratique du Palladium (http://www.ronreeder.com/qtr-digital-negatives-and-downloads.html).

Sans doute, on va continuer à voir les formes d'améliorer encore. Mais pour le moment, je suis raisonnablement satisfait.

Amitiés

http://www.carlesmitja.com

15 Re: Photopolymère...aïe le Dim 18 Fév 2018 - 14:42

LLaurent


Bonjour,

Là, c'est un peu technique pour moi Wink , j'espère tout comprendre de retour de mon stage... mais ne pensez vous pas que les 2 méthodes (QTR et Charthrob) puissent donner satisfaction !
je dis ça car jusqu'à maintenant je faisais sous-traiter mes négatifs (Charbon) avec des réglages pour tirages argentiques (DMax 2,2 encres Piezo, c'est tout ce que sait...) et mes tirages sont très satisfaisant. Bien sûr qui peut le plus peut le moins et j'espère bien pousser un peu plus loin mes résultats grâce à cette formation et en vous lisant.

Merci pour ces échanges et à bientôt.
Laurent.

16 Re: Photopolymère...aïe le Lun 19 Fév 2018 - 15:52

jeanclaude

avatar
Bonjour Carles, bonjour à tous.
Je voudrais bien essayer QTRip mais j'ai deux "show stopper" comme on dit quelquefois

1)  Sans connaitre QTR je comprends qu'il permet de mieux contrôler à la fois le contraste et la densité de l'impression positive ou négative sur le transparent (Pictorico ou Agfa copyjet ou Novalith il faut faire des essais)

Mais il faut déterminer la bonne courbe (exp: courbe des densité dans photoshop) et je ne sais pas si QTR aide à la construire alors que Charthrob la calcule automatiquement

2) D'après ce que j'ai retenu de l'overview sur QTR il faut utiliser des imprimantes Epson qui sont les seules à imprimer avec des encres ultra-chrome
Le catalogue en ligne Epson ne les montre plus beaucoup elles sont remplacées par des imprimantes utilisant les encres Claria comme la 1500 ou des imprimantes dite "Ecotank" que je ne connais pas du tout.

Dans l'overview QTR les imprimantes "required" sont surtout d'anciennes Epson qui ne sont plus produites il me semble.

Carles peux tu nous éclairer sur les point 1 et 2

17 Re: Photopolymère...aïe le Lun 19 Fév 2018 - 16:11

fransys

avatar
Bonjour,

et une astuce pour imprimante canon (prograf 5100) serait aussi la bienvenue, si quelqu'un a déjà cherché de ce côté.

http://www.francisdubois.be

18 Re: Photopolymère...aïe le Lun 19 Fév 2018 - 21:57

carlesmitja

avatar
jeanclaude a écrit:Bonjour Carles, bonjour à tous.
Je voudrais bien essayer QTRip mais j'ai deux "show stopper" comme on dit quelquefois

1)  Sans connaitre QTR je comprends qu'il permet de mieux contrôler à la fois le contraste et la densité de l'impression positive ou négative sur le transparent (Pictorico ou Agfa copyjet ou Novalith il faut faire des essais)

Mais il faut déterminer la bonne courbe (exp: courbe des densité dans photoshop) et je ne sais pas si QTR aide à la construire alors que Charthrob la calcule automatiquement

2) D'après ce que j'ai retenu de l'overview sur QTR il faut utiliser des imprimantes Epson qui sont les seules à imprimer avec des encres ultra-chrome
Le catalogue en ligne Epson ne les montre plus beaucoup elles sont remplacées par des imprimantes utilisant les encres Claria comme la 1500 ou des imprimantes dite "Ecotank" que je ne connais pas du tout.

Dans l'overview QTR les imprimantes "required" sont surtout d'anciennes Epson qui ne sont plus produites il me semble.

Carles peux tu nous éclairer sur les point 1 et 2

Bonjour Jean-Claude, bonjour à tous.

QTR est un produit pour faire impressions inkjet avec qualité photographique. Je connais pas pourquoi, mais il fonctionne seulement avec les imprimantes Epson haute de gamme, anciennes et nouvelles. Les encres Claria font partie des imprimantes de second niveau. Ces encres tiennent pas bien sur les supports transparents et leur densité est encore plus faible que les Ultrachrome. Avec les imprimantes supportées, pas question quelle est l'encre utilisée.

QTR contrôle la quantité d'encre que chaque injecteur lance sur le support, mais il fait pas de courbes comme le ChartRob. Si vous avez la bonne courbe, vous pouvez écrire le path du fichier .csv de Photoshop dedans QTR. Ça évite l'obligation de d'appliquer la courbe au préalable dans chaque fichier image. Malgré QTR a été pas conçu à cette fonction, on peut l'utiliser comme système pour augmenter la densité des négatifs ou positifs. Il faut seulement dupliquer un profile parmi les existants car ils sont simples fichiers texte. On change son nom et on écrit ce qu'on à besoin pour annuler ou activer les respectives encres, appliquer courbes de gamma de sortie et comme j'ai déjà dit, appliquer aussi la courbe de Photoshop déterminé par autres moyens.

La question de la densité achevé par moyen du contrôle des injecteurs est très importante. Avec ChartRob vous avez seulement la possibilité de construire la courbe de transfert mais toujours avec la plage de densité de laquelle est capable l'imprimante. Encore une question. Le taux de densité recommandé pour les technique argentiques a été pensé pour travailler à l'agrandisseur ou par contacte avec lumière blanche. Le travail avec lumière UV exige un densitomètre UV, qui est pas facile à trouver pour la plupart de nous. I s'agit donc de changer la quantité d'encre déposée par l'imprimante et essayer avec un test jusqu'à voir la rendue correcte.

Ma méthode est inspiré en ChartRob. Une fois j'ai trouvé que avec mes conditions de travail les seules encres capables de bloquer l'UV sont le Black, le Yellow et le Light Black, je prépare un fichier profile avec l'annulation des autres encres. De l'adhésion de la gélatine sur verre on dérive une courbe de gamma que j’ajoute au fichier texte de QTR. À ce niveau, on utilise pas aucune courbe de linéarisation au Photoshop. Avec ce profile d'imprimante, j'imprime un test avec échelle de gris sur le même support que j'utilise pour les positifs. Je fais tout le parcours jusqu'à l'estampe. Je scan l'estampe et faites une lecture du valeur de gris de chaque marche de l'échelle. On peut faire ça au Photoshop ou avec logiciel de traitement d'image gratuit comme ImageJ. Les valeurs obtenues on les porte sur une logiciel de calcul comme Excel; j'utilise le logiciel gratuit Open Office. On trace la courbe et on calcule la courbe inverse. Ce courbe inverse c'est la bonne courbe pour Photoshop. En fait, c'est le travail de ChartRob. La bonne courbe on la peut écrire dedans QTR et on essaye le résultat. Vous voyez tout de suite s'il y a besoin d'augmenter la densité de l'encre avec de nouvelles chiffres dans le texte du profile de QTR. J'ai obtenu un résultat linéaire après cinq essais.

Malgré qu'il y a plusieurs chemins pour aller à un bon résultat, je préfère toujours ces qui sont les plus ouverts. Dans ce cas concret, le contrôle de la densité du positif est définitif pour avoir tout bien maîtriser.

Au risque de m'étendre trop, voici un exemple de profile de QTR préparé par moi même:

#  QuadToneRIP curve descriptor file
#  for ultrachrome k3 inks in Epson R3000
#  Black + Yellow + Light Black Gamma1.5 Boost0 PS Curve


N_OF_INKS=8
DEFAULT_INK_LIMIT=100

LIMIT_K=20
BOOST_K=0
LIMIT_C=0
LIMIT_M=0
LIMIT_Y=40
LIMIT_LC=0
LIMIT_LM=0
LIMIT_LK=40
LIMIT_LLK=0

#
#  Describe Usage of each Ink: K,C,M,Y,LC,LM,LK
#    All Inks of Printer must be listed
#

#
# Gray Partitioning Information
#
N_OF_GRAY_PARTS=1
GRAY_INK_1=K
GRAY_VAL_1=100

GRAY_HIGHLIGHT=0
GRAY_SHADOW=0

GRAY_GAMMA=1.5
GRAY_CURVE=/Users/carlesmitja/Library/Application Support/Adobe/Adobe Photoshop CC 2018/Presets/Curves/Linearized_Helio_198_Bk30_G15_v4.acv

COPY_CURVE_Y=K

COPY_CURVE_LK=K

http://www.carlesmitja.com

19 Re: Photopolymère...aïe le Mar 20 Fév 2018 - 9:03

jeanclaude

avatar
Merci Carles
voila de quoi travailler !
si j'ai compris les Epson stylus ou autres Epson printer anciens ou nouveaux conviennent si elles utilisent des encres ultra-chrome.
comme avec QTR on peut injecter de l'encre pour avoir une densité élevée il suffit pour un procédé (palladium, hélio, polymère, carbon printing etc.) de faire des essais avec une échelle de gris.
amicalement
jean-claude

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Sujets similaires

-

» Diluant resine epoxy..

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum