aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Essuyage de la colophane foncée, comment faire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Hippocratos

avatar
Bonjour à tous,

Y a t-il une technique particulière ou des précautions pour l'essuyage des aquatintes à la colophane longuement mordues, pour obtenir des noirs profonds ?
La température habituelle de la table chauffante entre 40 et 50 ° convient-elle? J'utilise essentiellement le noir de carbone (toxique).  Avec les autres noirs j'ai eu beaucoup de difficulté pour obtenir des blanc propres.

http://eauforte.blogspot.fr/

thierry fleuret

avatar
Bonjour à tous

Un essuyage méticuleux ma non tropo, est évidemment nécessaire : tarlatane, papier de soie, peaumage, retroussage....., mais pas que, l'encrage, bien sur, mais aussi le papier & la presse y sont pour beaucoup .

Amitiés
Thierry F.

http://thierry-fleuret.e-monsite

Hippocratos

avatar
Merci Jean,
Je ne peux pas changer de presse et actuellement elle me semble bien réglée,
Peux tu développer " le papier" ?
J'utilise du BFK Rives 280 g ou plus

J'en profite pour te remercier de nous avoir fait part de ton idée de spalters pour la boite à grains. En les affinant, c'est très facile de faire tourner la machine. Et c'est bien plus efficace que les plumes !!.

http://eauforte.blogspot.fr/

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour
Je relis ces messages et mon cher Philippe je ne comprends pas bien quel est ton problème.
Il me semble que tu as eu des difficultés avec les blancs qui ne sont pas "propres", je ne comprends pas bien le rapport avec l'aquatinte ...
Peut être as tu cherché à ne pas affaiblir tes noirs profonds d'aquatinte et ce faisant tu as insuffisamment essuyé les blancs... est-ce cela ?
je ne sais pas bien si tes difficultés concernent les noirs profonds ou les blancs.
Dans tous les cas il s'agit d'un problème d'essuyage.
Une simple remarque si tu chauffes trop la plaque (40° c'est beaucoup!) tu liquéfies ton encre et elle s'enlève trop facilement à l'essuyage, du coup tu essuie trop légèrement pour préserver les noirs et les blancs sont sales.

http://aquatinte.forumactif.com

Hippocratos

avatar
Bonjour à tous,
Merci Jean-Claude
J'ai un problème pour les noirs profonds que je ne trouve pas assez noirs malgré une morsure longue de la colophane.
Tout est complexe car l'aquatinte pas électrolyse est réputée difficile. Certains obtiennent des noirs sans colophane et mordant directement le cuivre. De plus on lit des temps de morsure étonnant, parfois en seconde plus souvent en minutes 60 et plus ! C'est bizarre.Parfois j'ai envie de revenir au perchlo ou au nitrique car même la lecture assidue de Cédric Green ou d’Alfonso Crujera ne lève pas les difficultés, Mais si la gravure était facile personne n'en ferait !!

Pour les désespérés comme moi je rappelle le lien d'Alfonso Crujera
http://nontoxicprint.com/electroetching.htm
et celui de Cédric Green:
http://www.greenart.info/galvetch/contfram.htm

Bonne lecture

http://eauforte.blogspot.fr/

jeanclaude

avatar
bonjour, bonjour à tous.
Philippe j'admire ta pugnacité, en effet la gravure par électrolyse est tentante quand on lit les description qui en sont écrites mais ceux qui la découvrent vont de surprises en surprises et pas toujours des bonnes...
Il y a apparemment beaucoup d'effets secondaires pas toujours désirables. En ce qui me concerne j'ai vite, peut être trop vite , abandonné.
Le perchlorure ou le saline etc sont sans danger, la seule contrainte étant de ne pas jeter inconsidérément les mordants usagés à l'égout.
Ce qui compte c'est les gravures que l'on réalise et pendant qu'on fait des réglages quelque peu interminables on ne produit que peu de travaux dont on est satisfait.
Bon je vais me faire honnir par les accros de l'électrolyse...
amicalement



thierry fleuret

avatar
Bonjour à tous

Je rajoute mon grain de sel :
l'attaque du métal par l'acide est uniforme quelque soit la surface, contrairement à l'electrolyse qui est fonction de la densité de courant, forcément variable sur une aquatinte où les plages sont de surfaces différentes.
Je crois que c'est là la limite du système.

Amitiés
Thierry F.

http://thierry-fleuret.e-monsite

Hippocratos

avatar
Bonjour Jean-Claude et Jean,
L'absence d’homogénéité de l’attaque, les effets de bord particulièrement nets avec les aquatintes, l'attaque plus marquée des tailles isolées  (par exemple le sommet de la Tour EIFFEL dans un ciel serein) ou des corrections et ajouts (une signature ou une date sur une plaque revernie) constituent sans doute une limite de la méthode qui ne conviendra surement pas à un graveur très exigeant.

Cependant pour la gravure de "Grand papa", c'est tout à fait génial car les petits enfants ne craignent rien et nous avons tout le temps d'effectuer des tests lorsque notre vie d'actif a été bien remplie et que nous n'avons plus grand chose à nous prouver.
Surmonter les difficultés de la gravure par électrolyse devient un défi! (On dit un Chalenge maintenant!!).

http://eauforte.blogspot.fr/

thierry fleuret

avatar
Bon dimanche,

des pistes :

Tu pourrais essayer de traiter par zone de densité équivalente, avec de grands voleurs de courant , une intensité faible, et une surface de cathode adaptée .

Une agitation du bain et des anodes devrait aussi améliorer les résultats.

Bonnes recherches

Thierry F.

http://thierry-fleuret.e-monsite

Hippocratos

avatar
Bonjour à tous,
Merci Thierry,

"Traiter par zone de densité équivalente" déplace le problème C'est à dire de mesurer le densité. A l'échelon d'une plaque il est facile de mesurer sa résistance et donc l'inverse -sa conductance- . Je l'ai fait mais je n'ai pas trouvé  la solution.

"Les grands voleurs de courant" Je les ai testés aussi en allant jusqu’à mettre une plaque nue en parallèle mais cela revient à répartir le courant disponible sur deux plaques qui donc reçoivent chacunes un ampérage moindre. Mais au niveau de chaque plaque le problème est le même, avec cependant une intensité moindre. Il est plus simple de baisser l'ampérage.

"Une intensité faible" J'ai essayé 10, 5, 2, 1, 0,5 V Plus le voltage est faible, mieux le vernis résiste, mais il faut augmenter le temps de morsure car l'ampérage diminue (U=RI c'est bien connu)

"Une surface de cathode adaptée"  Une cathode mesurant un cm de moins que les dimensions de la plaque est mieux adaptée. J'avais essayé une toute petite cathode (3 x 3 cm) que j'ai sans doute trop rapidement rejetée en me disant que cela revenait simplement à augmenter la distance entre la cathode et les zones périphériques de la plaques. La profondeur de la morsure dépend de la distance entre les tailles mordues et la cathode. Cela pourrait cependant résoudre (partiellement) certains effets de bords. Sur une plaque, les effets de bords se manifestent également au centre de la place (Effet Tour Eiffel !). Et les tailles très croisées sont moins mordues sauf à leurs bords.

La solution pour mieux appréhender ces situations complexes aurait été d'écouter ma mère (!) de présenter "Polytechnique" et d'être reçu ! et maintenant c'est trop tard.

Il me reste le bricolage local et la persévérance. Il y a bien des crétins qui ont dit "il n'est pas utile d'espérer pour entreprendre  ni de réussir pour persévérer". Les Hommes politiques (ou d'autres) disent parfois des choses bien pires. Mais ce n'est pas un sujet pour ce Forum.

Bon Dimanche
Philippe

http://eauforte.blogspot.fr/

jeanclaude

avatar
Bonjour Hippocratos bonjour Thierry
Philippe je dois reconnaitre que Thierry est plus constructif que moi, il t'encourage et te suggère.
Même en échouant au concours d'entrée à Polytechnique tu aurais été en mesure de te fourvoyer beaucoup plus facilement qu'en poursuivant tes "bricolages" comme tu dis.
On connait la solution du polytechnicien pour accélérer le creusement d'une fosse qui demande dix heures de travail à un terrassier: en mettre 10 ensemble équipés de dix pioches pour faire le travail en une heure.
Quand aux homme politiques ils pérorent et le malheur c'est que cela plait, certains vont même jusqu'à y croire.
Je n'y connais pas grand chose mais à mon avis les effets galvaniques sont plus réguliers et prédictifs quand on travaille sur de grandes quantités d'électrolyte dans de grandes cuves comme dans l'industrie.
Les effets de bord, les proximités relatives des électrodes et des métaux traités sont négligeables dans des espaces et des volumes plus importants.
l'héliograveur Pierre Brochet dont je parle souvent avait fabriqué une station d'aciérage de ses cuivres dans sa cave. Une cuve de plus de deux cents litres, des électrodes de presque un mètre carré et l'aciérage était parfait pour des plaques de format 50x60.

Hippocratos

avatar
Merci Jean-Claude,
Tu connais l’histoire de 10 terrassiers ?
"Chef,Chef, on a oublié nos pelles"
"Pas grave, vous vous appuierez sur le camion "

L'idée d'une d'une très grande cuve est en effet très séduisante mais n'est pas très adaptée au cagibi de 1.5 m² qui me sert d'atelier. J'ai déjà du délocaliser ma boite à grain dans un autre cagibi. Il faut que je m'installe en Bretagne avec une maison avec dépendances mais d'abord acheter un billet à la loterie!
Amitiés
Philippe

PS: On est bien loin de l'aquatinte à la colophane. Ne faudrait -il pas mettre ce post dans la gravure par électrolyse ?

http://eauforte.blogspot.fr/

jeanclaude

avatar
En effet.
C'est qu'au début quand tu as commencé ce post tu parlais de gravure à la colophane sans évoquer les électrons omniprésents  et on ne pensait pas electrolyse.
je vais de ce pas me vêtir de ma chasuble d'administrateur pour transféré ce post.

A "bien" réfléchir ce n'est pas très évident car il n'y a pas de rubrique spécifique, la gravure par électrolyse se trouve dans la rubrique non toxique .

En fait dans la rubrique "gravure indirecte" on devrait distinguer la gravure par morsure chimique traditionnelle et la morsure non toxique.
Mais voila que la colophane finement pulvérisée et respirable est une technique qu'on peut considérer comme dangereuse pour nos alvéoles pulmonaires.

On en finit pas car il faut distinguer non toxicité pour le graveurr et non toxicité pour l'environnement à moins qu'on considère qu'une fois les résidus confiés aux soins de la décheterie l'environnement est sauf...Hum hum...

Dommage que chez Monsanto on ne grave pas. Ils nous auraient guéris de nos scrupules.

thierry fleuret

avatar
Bonsoir Jean-Claude & Hippocratos,

Je vais essayer de formuler autrement mes conseils d'une expérience de 10 année de direction technique en circuits imprimés et en galvanoplastie.( non polytechnique)

Quand je parle de traiter succéssivement les zones de densités différentes, il s'agit simplement de masquer au vernis les tailles les plus fines quand elles sont assez mordues, puis de poursuivre l'attaque des zones plus larges, çà c'est de l'intuition de graveur.

Pour les voleurs de courants, il faut qu'ils soient disposés tout autour de la plaque, pour diminuer l'effet de bord.

Pour l'agitation, vu ta petite cuve, un simple bûleur d'aquarium devrait suffire.

Pour l'évaluation des surfaces à traiter, il est assez simple d'évaluer à l'euil le pourcentage de couverture par rapport à la surface totale .Nous l'avions fait pendant des années sans intégrateur de surface.
J'insiste sur ce point, car c'est la densité de courrant qui joue et non pas la ddp. ( environs 1A/dm2)
La distance anode cathode devrait être d'environs 15 à 20 cm mini.

J'ajouterais aussi la présence de brillanteurs dans le bain qui favorise l'uniformité du dépôt, donc aussi la morsure de l'anode.

Bon courage.
Bonnes recherches.

Thierry F.

http://thierry-fleuret.e-monsite

Hippocratos

avatar
Bonsoir Jean-Claude, et Thierry

C'est sûr que le classement des post n'est pas évident surtout quand les débatteurs passent du coq à l'âne sans se soucier des administrateurs.

L'estimation à l’œil des surfaces gravées, voila une information qu'elle est bonne. Avec une pratique pluriquotidienne et 10 ans d'expérience j'arriverai peut être à une estimation à 50 % près, mais les pistes simples ne courent pas les rues.
Malgré tous les conseils du Forum, de Cédric et d'Alfonso (qui ont les mêmes problèmes), la distance cathode/plaque de mon système n'est que de 3 à 4 cm. C'est surement la première chose à modifier même s'il me faut réfléchir à une cuve à robinet et quelques bidons de plus. Avec les progrès récents  de la plomberie ça devrait le faire comme on dit trivialement!

On n'est pas couché! Comme c'est cool la gravure !

http://eauforte.blogspot.fr/

thierry fleuret

avatar
C'est la gravure qui est cool, surement pas la galvanoplastie!

l'estimation de la surface est tempérée par la présence des voleurs de courants qui minimise l'erreur relative .

D'autre réminiscences:

Une cuve verticale serait préférable si tu mets une agitation.

J'avais un vieux galvano qui pissait dans son bain quand il manquait de brillanteur; je ne sait pas ce qui agissait, le taux d'urée, l'albumine, ou les résiduts de bierre .


Amitiés

Thierry F.

http://thierry-fleuret.e-monsite

Hippocratos

avatar
Bonjour Thierry,
Je vois que la nicotine est un brillanteur d'un prix dissuasif et comme je ne fume pas je n'ai pas de vieux cendrier bien remplis.
En connais tu d'autres plus abordables ?
Bonne semaine
Philippe

http://eauforte.blogspot.fr/

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Bonjour
Il y a le brillanteur classique deux cuillerée à soupe de sel de cuisine dans un litre de vinaigre blanc

http://aquatinte.forumactif.com

Hippocratos

avatar
Génial et pas cher Merci

http://eauforte.blogspot.fr/

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Le cuivre bien dégraissé devient rose, il faut le rincer aussitôt car il s'oxyde facilement à l'air libre

L'expression "brillanteur " est un peu impropre. Est-ce pour cela qu'un nouvel intervenant sur ce forum utilisait du Miror pour "brillanter" son cuivre?
En l'occurence ce n'était pas nuisible à son travail car il projetais de travailler au burin.

http://aquatinte.forumactif.com

21 Une aquatinte (manière mixte) foncée le Lun 13 Nov 2017 - 20:35

Hippocratos

avatar
Bonjour à tous,
Pour faciliter la navigation, voici un lien d'un post concernant une aquatinte "réussie" pour laquelle l'électrolyse -mais pas seulement- a joué un rôle.

Aquatinte mixte

http://eauforte.blogspot.fr/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum