aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Morsure en deux bains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Morsure en deux bains le Dim 23 Avr 2017 - 8:36

Bonjour à tous/tes. Voici trois nouvelles héliogravures.

Je suive avec les essaies à réduire le nombre de bains de perchlorure et de systématiser la morsure autant que possible. Dans ce moment là, j'utilise deux bains, 44ºBé et 41,5ºBé, mais les concentrations exactes peuvent être assez différentes pour chacun, selon la lampe UV qu'on utilise et leur spectre d'émission. L'épaisseur du verre de la presse à contact change aussi la fraction d'UV atteignant à la gélatine et donc l'épaisseur de gélatine durcie.

Le premier bain (44ºBé dans mon cas) fait la morsure du cuivre allant du noir 100% au noir 60% aprox. Le second bain (41,5ºBé dans mon cas) il prend en charge le reste, jusqu'à une légère morsure au blanc. Toute la morsure se déroule à 20ºC±0,5ºC.

Le temps total de morsure a été déterminé d'auparavant pour achever un noir profond et puissant. Ce temps total est divisé en deux parts pas égales. On applique un facteur de compensation par la vitesse de pénétration différente dans le cuivre comme fonction de la concentration (ºBé).

Finalement, pendant le dernière minute dans le second bain, je fais une inspection visuelle dans les blancs à l'aide d'une loupe. Cela me permet de bien contrôler la morsure des lumières et de l'arrêter ou la prolonger si nécessaire. Je me donne cette oscillation de ±1min à partir de le temps totale de morsure établi au préalable et je prends la décision dans chaque image.

Il est encore nécessaire d'affiner certains aspects de l'exposition... (à suivre)




Voir le profil de l'utilisateur http://www.carlesmitja.com

2 Re: Morsure en deux bains le Mer 26 Avr 2017 - 17:04

Bonjour Carles
C'est tres intéressant ce travail de mise au point de la morsure en seulement deux bains.
Je te lis avec l'espoir de pouvoir refaire de l'hélio avec moins de cuvettes dans mon atelier actuel où j'ai moins d'espace qu'il y a cinq ans.

Quelle encre as tu utilisée pour l'impression ? elle parait plutôt chaude, légèrement brune et convient bien au sujet.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

3 Re: Morsure en deux bains le Mer 26 Avr 2017 - 19:52

Admin / jean-claude a écrit:Bonjour Carles
C'est tres intéressant ce travail de mise au point de la morsure en seulement deux bains.
Je te lis avec l'espoir de pouvoir refaire de l'hélio avec moins de cuvettes dans mon atelier actuel où j'ai moins d'espace qu'il y a cinq ans.

Quelle encre as tu utilisée pour l'impression ? elle parait plutôt chaude, légèrement brune et convient bien au sujet.

Bonjour Jean Claude. Il s'agit de l'Encre Taille Douce Noir55981 de Charbonnel. C'est un Noir que je désignerais comme neutre. De toute façon, il faut se rendre compte que les images numériques peuvent changer un peu le ton quand on les fait voyager.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.carlesmitja.com

4 Re: Morsure en deux bains le Jeu 27 Avr 2017 - 9:36

En effet Carles, la traduction des images via le net et l'affichage sur les écrans changent un peu la teinte.
C'est une remarquez assez ordinaire mais qui soulève un point important selon moi.

De plus en plus les créateurs d'images, graveurs et surtout photographes montrent surtout leurs oeuvres via internet.

Je fréquente des forums de photographie et souvent je me demande quel aspect aurait la photo si je la tenais en main.
J'ai un ami photographe enseignant à l'Ecole Louis Lumière qui me disait que les jeunes regardent la grande majorité des images sur des écrans.
L'aspect concret de l'objet image leur semble de moins en moins nécessaire. Pour moi c'est une perte importante d'information et de plaisir.

Je crois quand même que les amateurs de gravure gardent l'envie et le plaisir de l'objet image, la qualité du papier, l'image d'encre un peu en relief à la surface, la sensation tactile quand on tient dans la main une belle gravure.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

5 Re: Morsure en deux bains le Ven 28 Avr 2017 - 11:48

Bonjour,
effectivement je constate comme toi, que le regard de l'homme ( ou de la femme ) est indispensable pour bien achever une héliogravure et même au début des opérations lors de la morsure des zones sombres et à chaque fois, aussi c'est toujours un moment important quand on décide d'arrêter l'action du perchlorure et de passer à l'eau chaude du dépouillement.
Après déjà plus d'une centaine d' hélios, je n'ai pas vraiment de théorie trop rigide, mais surtout une bonne pratique et, en moyenne, j'utilise 3 bains de gravure effective  ( après un premier bain de trempage dans une haute concentration en °B ).
Chaque image à graver est différente et mérite toujours un petit réglage personnel sur les temps de passage dans chaque bain et l'observation visuelle compense certains facteurs atmosphériques qui ont leur influence et que je ne peux pas régler ( température de l'atelier, pression atmosphérique, humidité de l'air, phase lunaire etc .... )

Voir le profil de l'utilisateur http://www.heliogravure.fr

6 Re: Morsure en deux bains le Ven 28 Avr 2017 - 12:18

Bonjour Hervé, bonjour à tous
Je suis tout à fait d'accord avec tes remarques Hervé.

Quand je demandais à Pierre Brochet pour quelle raison il n'utilisait  pas l'échelle de gris au ba s de l'image pour regler la morsure, il me répondait (avec son expérience) qu'il regardait la progression de la morsure de l'image et que c'était là son guide.
je crois me souvenir qu'il ne prenait aussi que trois bains

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

7 Re: Morsure en deux bains le Ven 28 Avr 2017 - 17:05

Admin / jean-claude a écrit:En effet Carles, la traduction des images via le net et l'affichage sur les écrans changent un peu la teinte.
C'est une remarquez assez ordinaire mais qui soulève un point important selon moi.

De plus en plus les créateurs d'images, graveurs et surtout photographes montrent surtout leurs oeuvres via internet.

Je fréquente des forums de photographie et souvent je me demande quel aspect aurait la photo si je la tenais en main.
J'ai un ami photographe enseignant à l'Ecole Louis Lumière qui me disait que les jeunes regardent la grande majorité des images sur des écrans.
L'aspect concret de l'objet image leur semble de moins en moins nécessaire. Pour moi c'est une perte importante d'information et de plaisir.

Je crois quand même que les amateurs de gravure gardent l'envie et le plaisir de l'objet image, la qualité du papier, l'image d'encre un peu en relief à la surface, la sensation tactile quand on tient dans la main une belle gravure.

Il est une aspecte très interessant Jean Claude, face a des nouveaux emplois des images. On peut pas arrêter le progres, mais il faut aussi une attitude. De ma part, je suis engagé avec cette évolution que je nomme hybride. Je suis completement convaincu que la captation et le traitement numérique nous offrent des possibilités néttement au dessus des anciennes méthodes. Mais les images numériques manquent de présence physique. Donc il est très important la choix du système de visualization. On peut aller de la vision temporaire sur une plage d'écrans, l'impression sur papier courrant, l'impréssion au jet d'encre avec qualité photographique, des épreuves au platine-palladium, le charbon transporté ou la photogravure. Chacun nous offre une amélioration à niveau de la préservation dans l'avenir, mais la photogravure y ajoute la facture manuelle jusqu'à la dernière manipulation. Pour moi, c'est une question pas négligeable. Au final et comme tu dis, nous avons à la main un objecte, plus qu'une épreuve sur papier.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.carlesmitja.com

8 Re: Morsure en deux bains le Ven 28 Avr 2017 - 17:27

herve a écrit:Bonjour,
effectivement je constate comme toi, que le regard de l'homme ( ou de la femme ) est indispensable pour bien achever une héliogravure et même au début des opérations lors de la morsure des zones sombres et à chaque fois, aussi c'est toujours un moment important quand on décide d'arrêter l'action du perchlorure et de passer à l'eau chaude du dépouillement.
Après déjà plus d'une centaine d' hélios, je n'ai pas vraiment de théorie trop rigide, mais surtout une bonne pratique et, en moyenne, j'utilise 3 bains de gravure effective  ( après un premier bain de trempage dans une haute concentration en °B ).
Chaque image à graver est différente et mérite toujours un petit réglage personnel sur les temps de passage dans chaque bain et l'observation visuelle compense certains facteurs atmosphériques qui ont leur influence et que je ne peux pas régler ( température de l'atelier, pression atmosphérique, humidité de l'air, phase lunaire etc .... )

Et oui, Hervé. L'observation visuelle de la morsure c'est un aspect très important et particulier de chaque image avec sa propre composition d'ombres, de gris et de lumières. Mais je suis convaincu qu'il est aussi important standardiser le temps totale de morsure, qui assure une constance du noir profonde. C'est pour ça que je respecte un temps totale constante avec de faibles variations au final pour bien contrôler les lumières. Il s'agit d'une mélange entre calibration et liberté d’interprétation. Toujours la liberté...

En relation des conditions environnementales, la morsure se déroule de façon très constante une fois le chlorure de fer entre en contacte avec le cuivre. Les seules variables sont la concentration et la température. Ça a était bien établi par Cartwright (1) dans ses livres. L'humidité et la température ambiance ont leur influence dans le temps qu'il faut pour que le chlorure de fer traverse la couche de gélatine dans le noir. Une fois il à "touché" le cuivre, sont seulement la concentration et la température concernant la progression de la morsure. À mon avis, on peut pas obtenir un noir constante avec temps totales de morsure variables d'une fois à l'autre.

Amitiés, Carles

(1) Cartwright, H. M. FRPS (1961) Ilford Graphic Arts Manual Vol1, Photoengraving. Ilford Limited, Ilford, Essex.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.carlesmitja.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum