aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Premiers essais d'impression de pointe sèche avec un duplicateur à alcool (ronéotypeur) détourné.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Nicolas Zannin




Bonjour,


En toute modestie, je vous fait part de mes bricolages.

Tout a commencé avec une machine à pâtes d'occasion, quand je me suis souvenu d'avoir vu une vidéo d' impression de pointe sèche avec un tel objet...Après quelques essais très décevants, les cylindres de la machine étaient voilés. A présent même la planéité des lasagnes est compromise...

J'ai alors ressorti un ancien duplicateur à alcool, dit roneotypeur. Je l'avais payé 5 euros dans un vide-grenier.
Ne disposant que d' encre lithographique (commandée pour m'initier à la kitchen litho), j'ai commandé de l'encre noire Akua.

Après avoir essayé diverses surfaces plastiques souples, voici les premiers résultats.
Ils ont été obtenus comme suit :


Gravure à la pointe sèche sur feuilles transparentes de reliure en PVC
Roneotypeur réglé à sa pression maximale (7)



Langes : 4 feutrines A4 superposées (rayon loisirs créatifs).
Encre Noire Akua
Papier Aquarelle canson (détrempé)


Ce sont aussi mes premières tentatives de gravure.

Il y a peu d' espace entre les cylindres, d'où la nécessité d 'une feuille fine. Je me demande si la finesse de la feuille, 0.2mm de mémoire, associée à la souplesse du revêtement en caoutchouc du cylindre inférieur, ne crée pas une déformation aux endroits des traits qui participerait à en faire sortir l'encre, en plus de la déformation habituelle du papier.

Je soumets ceci à votre sagacité



Nicolas



Dernière édition par Nicolas Zannin le Ven 9 Déc 2016 - 10:42, édité 2 fois

pierre

avatar
Admin
Bonjour Nicolas.
Je vois que tu as lu les recommandations, pour la présentation et relu pour réussir à poster tes images, et retiré ton message de non parution des images.
Que lorsque tu ne peux pas passer par un trou de souris, tu réussis à passer par un autre.
Il en est de même pour tes tirages et ta recherche de presse, je ne l'avais pas encore entendue, il me semble…
Pour un premier contact sur plastique, nous arrivons au même type de résultat sur une presse traditionnelle.
Tu as pour moi fait le bon choix pour l'encre, On arrive vite a de bons résultats avec l'Akua. Même si l'encre recommandée pour la pointe sèche est d'aller vers une encre plus visqueuse pour bien rester accrocher au tailles. Par contre, cela se traduit par plus d'abrasion des tailles lors de l'essuyage qui sera plus long et plus vigoureux, donc un moins grand nombre de tirage à qualité constante.
Par contre, tu peux aller vers des papiers plus adaptés à la gravure, moins encollés, qui iront mieux chercher l'encre au fond des tailles. Canson n'a pas la réputation de faire des papiers très "ouverts".
À l'atelier, pour les premières approches, on procède comme suit : réalisation de plusieurs tirages pour essayer d'avoir un essuyage constant, puis modulation de l'essuyage en fonction de sa matrice. Bilan. Et on reprend la matrice, normalement vers le plus noir, ou en écrasant les barbes au polissoir ou, plus radical, en les éliminant au grattoir vers le plus clair. On peut aussi compléter avec de la roulette qui peut se bricoler à partir d'une molette de briquet, papier de verre, etc.
Bonne continuation dans tes essais prometteurs.

http://sites.google.com/site/grifeblois/

Nicolas Zannin


Bonjour Pierre,

Merci pour ces retours et conseils. J'aimerais dans un premier temps utiliser un papier assez économique, mais moins encollé pour tenir compte de ton avis. Ou puis-je trouver un papier de ce type ? Est-ce à chercher forcément chez un fournisseur de matériel pour l' estampe ?

J'utilise l' Akua à la suite d' un article sur le site New Perspective on Printmaking dans lequel j'ai pu lire que pour des essais avec moins de pression (dans le cas d' une presse à paume) elle s'y prête mieux qu'une encre à l'huile, parce qu'étant à base d' émulsion d'huile et d'eau, sa composante d' eau se mêle plus facilement à l' eau contenue dans le papier.




pierre

avatar
Admin
En combinant une promo Fabriano avec un WE frais de port annulé à 25 euros, le papier Rosaspina, déjà très abordable devient peu cher chez Le Géant. Désolé de te dire que cela vient de finir. Et à la suite de quelques essais, c'est aussi le papier qui recevait le mieux l'encre pour des manières noires tirées à faible pression pour économiser les plaques et pouvoir multiplier les essais.

http://sites.google.com/site/grifeblois/

Admin / jean-claude

avatar
Admin
Nicolas Zannin a écrit:Bonjour Pierre,

Merci pour ces retours et conseils. J'aimerais dans un premier temps utiliser un papier assez économique, mais moins encollé  pour tenir compte de ton avis. Ou puis-je trouver un papier de ce type ? Est-ce à chercher forcément chez un fournisseur de matériel pour l' estampe ?

J'utilise l' Akua à la suite d' un article sur le site New Perspective on Printmaking dans lequel j'ai pu lire que pour des essais avec moins de pression (dans le cas d' une presse à paume) elle s'y prête mieux qu'une encre à l'huile, parce qu'étant à base d' émulsion d'huile et d'eau, sa composante d' eau se mêle plus facilement à l' eau contenue dans le papier.




Bonjour Nicolas
Je lis les arguments qui t'on suggéré d'utiliser les encres Akua.
L'humidification du papier a pour but de le rendre plus souple et d'aller sous la pression des langes chercher l'encre au fond des tailles.
Il arrive souvent que les encres à base d'eau bavent autour des tailles au contact du papier humidifié, il doit être beaucoup moins humide qu'avec de encres grasses, au point qu'on recommande parfois d'imprimer sur papier sec ce qui est paradoxal pour la gravure en creux ! évidemment ça marche quand même quand les creux sont faibles, je pense que dans le cas du papier sec l'encre adhère au papier par simple capillarité.
Tout cela pour te dire que ton choix d'encre ne doit pas être seulement le résultat d'une simple lecture plus ou moins convaincante mais plutôt le résultats d'essais comparatifs entre encre Akua et encre grasse. L'encre grasse adhère mieux au support et  l'essuyage devient alors plus contrôlable mais il est vrai moins facile pour le débutant.

En ce qui concerne la question du coût du papier mieux vaut je crois, imprimer de petites gravures sur un beau papier gravure plutôt que des plaques grand format sur un papier inadapté. Pierre a tout à fait raison de te conseiller des papiers convenables. 
L'objectif doit être, à mon avis, d'approcher le beau travail du taille-doucier de métier. Il faut passer quelque temps à observer de près de belles gravures, au besoin à la loupe.

Bien entendu les tarifs de Géant des beaux arts sont attractifs mais je conseille toujours d'aller consulter le site de Joopstoop le principal  magasin en France spécialisé dans les
produits pour gravure, les deux vendeurs sont eux même graveurs, savent de quoi ils parlent et sont de bon conseil.
Je ne fais as ici de publicité intéressée, je pense simplement qu'on a la chance d'avoir des magasins spécialisés et compétents, il faut les préférer aux grandes surfaces.

http://aquatinte.forumactif.com

carlesmitja

avatar
Bonjour à tous. En plus à ce qui a dit Jean-Claude, j'ajouterais que les encres Akua ou Charbonnel Aqua Wash, en tant que solubles a l'eau, elles pénètrent très bien dans le papier trempé avec de l'eau. Elles peuvent même facilement le traverser vers les langes. C'est ainsi que une part de la charge d'encre sur la plaque reste pas visible à la surface du papier, mais caché à l’intérieur des fibres. Au contraire, les encres à l'huile elles repoussent l'eau et ça permet que la plupart de l'encre reste à la surface du papier. Souvent on dit que c'est très difficile d'obtenir un noir profond avec les encres solubles dans l'eau. Peut être il est à cause de cette capacité de pénétration dans le papier, tandis que avec les encres à l'huile c'est plus facile d'avoir un certain épaisseur d'encre en surface. Pour la même raison, si le papier est plus sèche, les encres solubles ont pas une aussi grande facilité pour pénétrer dans les fibres du papier. Mais mes explications sont seulement dérivées de la pratique, sans une vraie confirmation technique.

http://www.carlesmitja.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum