aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

mélanger les couleurs comme pâte ou comme glacis?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour

je souhaite réaliser une couleur avec deux couleurs du commerce (à l'huile) type Charbonnel

je peux soit mélanger avec un couteau à peindre jusqu'à m'assurer un mélange parfait puis encrer ma plaque?

je peux réaliser deux passages ( disons un bleu un jaune) et superposer donc l'impression pour obtenir comme un glacis
au passage je peux peut être introduire un effet de dégradé...

je vais essayer ces deux méthodes
je vais aussi regarder si l'ordre de pose des couleurs a ici une importance
je me dis par exemple que si j'utilise une seule et même plaque pour passer les deux couleurs, la première aura peut être le temps de sécher un peu
sinon je me demande s'il ne faut pas passer en premier la plus sombre?

merci de vos suggestions

Daniel

Voir le profil de l'utilisateur
Oui aux deux méthodes
innoves,tentes, essayes tout!

Dans le 2ème cas, je le fait tout le temps.
La couleur finale aura comme dominante celle de la dernière passe.
Jettes un coup d'oeuil à ma galerie, mes marines sont imprimées comme ça.

Amitiés à tous
Thierry F.

Voir le profil de l'utilisateur http://thierry-fleuret.e-monsite

pierre


Admin
Bonjour Daniel
essayons de répondre dans l'ordre

1/ Toute encre d'imprimerie, même utilisée seule, se travaille au couteau avant utilisation. Tout mélange est pratiquement possible, selon les fabricants, avec beaucoup de travail à la spatule.
Rappel, une couleur se teste à la spatule sur un papier plutôt lisse, pour observer son opacité et sa couleur en couche fine. Les incompatibilités sont très fines et ce sont alors des oxydes non ou peu compatibles, par réaction/altération chimique de certains mélanges dans le temps (blanc de zinc il me semble, mais avec quel autre oxyde ?). Pour cela se référés aux ouvrages très spécialisés sur les peintures à l'huile ou l'utilisation des pigments purs. Je n'ai rien lu de tel spécifiquement sur les encres taille-douce, et ces problèmes sont le plus souvent résolus avec les gammes sur le marché, du moins quand on reste chez le même fabriquant. Autre rappel, faire rentrer la couleur la plus foncée dans la plus claire, et par petite quantité, quand on a pas l'habitude des mélanges (imaginer sinon la quantité de jaune nécessaire pour transformer du bleu phtalo ou de prusse en vert clair, quand on a déjà un gros bousin de bleu sur le marbre, un pot de 100 g. pour contrebalancer une giclée de dentifrice).

2/ Deux passages. Le sujet devient vaste. Et tout dépendra de l'opacité de la couleur. Charbonnel indique un indice de transparence gradué en opaque, semi-opaque et transparent et propose à la vente de la laque (transparente), destinée à rendre plus transparente une couleur sans en modifier ses qualités d'imprimabilité. Il faut penser tous les essais en "pouvoir couvrant" et de cela en déduire l'ordre de passage. Seul la volonté de rendu final est juge. Toute couleur couvrira facilement un jaune, sauf très transparente, un jaune ne devra pas être affaibli pour couvrir tout autre couleur. Pour le blanc, il peut y avoir deux spécifications chez Charbonnel, dont un spécifié opaque, et il est souvent de qualité variable selon les fabricants.

3/ Ordre de pose sur la plaque. Selon l'essuyage et la surface des zones, en tenant compte des migrations d'une zone vers l'autre

4/ Méthode Hayter, voir les sujets traités par Jean-Claude



Dernière édition par pierre le Sam 3 Mai 2014 - 12:41, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
Tu peu aussi rendre transparente ta teinte avec du medium transparent.
Tout est valable avec un peu d'expérimentation.

Amitiés à tous

Thierry F.

Voir le profil de l'utilisateur http://thierry-fleuret.e-monsite

pierre


Admin
C'est le même produit, les imprimeurs (typo, offset) appellent cela de la laque, Charbonnel aussi

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

pierre


Admin
C'est le même produit, les imprimeurs (typo, offset) appellent cela de la laque, Charbonnel aussi. C'est du médium pour l'acrylique. Il me semble que le mot vernis (hollandais ou de courtrai et sûrement d'autres) est utilisé pour la peinture à l'huile.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
Bonjour pierre et Thierry les encre offset ou typo sont toutes transparentes
en offset on ne met jamais de blanc couvrant c'est le blanc du papier qui remplace
en typo emploie plus facilement le blanc car l'encre jasme un peu
( la laque blanche c'est comme mettre de l'eau dans son vin)

Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/atelierdartiste/cariboost1/index.HTM

pierre


Admin
Bonjour Jacky,
Merci, pour ces précisions. Que veux-tu dire par jasmer ?

De l'eau dans son vin, tout le monde y lit quelque chose, de l'eau dans l'aquarelle, une autre chose.

Effectivement, les encres offset sont très transparentes, principalement celles de la quadri. Celles pour les Pantone le sont un peu moins, Je n'ai jamais été derrière les machines, mais le conducteur qui préparait le Pantone que je lui demandais parlais de laque ou lieu de blanc qui est effectivement la mention dans la composition des mélanges. Je n'ai pas souvenir que ce blanc fut très opaque. Ou était-ce un cas particulier pour lequel il cherchait une transparence, je doute d'avoir été jusque là dans ma demande.
Pantone : gamme de base se complétant par un nuancier avec les proportions des mélanges pour obtenir une palette importante, dont beaucoup impossible à réaliser en quadri, pour faire court.
Un peu simplificateur aussi, on peut dire que les terres et les oxydes anciens sont opaques, ocre jaune, oxyde rouge, les différentes terres, vert de cinabre… les oxydes issus de la chimie du XIXe sont plus ou moins opaques, les colorants sont transparents, anilines, phtalo… Il doit exister une histoire des matériaux de la couleur chez Découverte Gallimard.
Les encres à notre disposition permettent d'avoir des blancs plus ou moins opaques qui s'envisagent dans les mélanges un peu comme de la gouache, ou des laques, médium ou extender pour pour ajouter de la matière non colorante et se rapprocher des glacis pour travailler les couleurs par transparence. Certains extenders doivent aussi avoir comme fonction de modifier les capacités d'imprimabilité, comme l'easy white compound qui permet de faire passer d'une encre universelle de l'utilsation en typo à la taille douce, du burin à la pointe sèche.

On pourrait ouvrir un sujet sur les encres, non pas en en comparant les résultats, mais de la façon de choisir et de les préparer selon les techniques. Je laisserai à des plus spécialistes que moi répondre sur ce sujet.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/
Bonjour Pierre jasmer est un jargon qui veut dire" ça double" au moment de l'impression
pour les pantones offset la composition pour rechercher les couleurs est des parts de
( yellow de rubine red process bleu ou de creen etc...) et toujours accompagnée de trans.whit
pour les teintes ( laque transparente) il y a bien longtemps que les couleurs ne se fabrique plus
avec les oxydes anciens surtout à l'époque du numérique ou l'on travaille sur PAO avec des bendey
sauf dans le cosmétique où il y a encore des recherche de teintes

Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/atelierdartiste/cariboost1/index.HTM

Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/atelierdartiste/cariboost1/index.HTM

pierre


Admin
Merci Jacky pour ces précisions.
J'ai vu fabriquer de l'encre Charbonnel, maintenant chez Lefranc, au Mans, c'est le système à trois cylindres qui est employé La machine tournait plus de 24 heures, si mes souvenirs sont bons.
J'ai fait des recherches de couleurs pour une maison de peinture, il y a maintenant une trentaine d'année, j'ai eu leurs base colorantes, les oxydes jaunes et rouges restent plus opaques que les autres. Toujours avec la même boite, Zolpan pour ne pas la nommer, j'ai pu visiter leur imprimeur de nuancier, c'est aussi assez étonnant.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

12 la transparence le Ven 9 Mai 2014 - 10:39

bonjour

je vois que ce post a pris des couleurs

merci

je vais y aller de mes expérimentations sur mes épreuves...

Ceci dit, concernant la transparence d'un pigment, les laboratoires de Talens Hollande avaient répondu cordialement en français s'il vous plaît à plusieurs questions que je leur avais posées par écrit

Vu mon rang, ils m'avaient spontanément répondu de suite...  Very Happy 
Concernant les couleurs à l'huile des gammes Rembrandt van Gogh..

Concernant la transparence d'un pigment c'est la finesse du broyage et aussi l'indice de réfringence du dit pigment qui explique la plus ou moins bonne transparence d'un pigment...

J'avais par contre entendu d'une autre source étant d'un avis opposé et concernant le broyage de ces mêmes pigments, qu'en fait que le broyage échauffait le pigment et que finalement le pigment trop broyé perdait sa transparence..?

peut être s'agit il d'un pigment contre exemple, allez savoir!!

A noter que la charge ensuite y est aussi pour quelque chose dans la couleur obtenue après broyage... mais je ne sais pas si il y a une charge dans les couleurs pour la gravure..

Je retourne vous lire

et à bientôt

Daniel

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum