aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

burin d'Abé Akira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 burin d'Abé Akira le Mer 16 Avr 2014 - 8:35

Bonjour à tous
Extrait du site de la galerie Champetier, que je vous invite à visiter souvent, un burin d'Abe Akira:
Comment peut on réussir une telle prouesse avec un burin? le courbes blanches et les éclaboussures blanches elles aussi mélangéees aux tailles noires ou grises ?
cliquez sur le lien ci-dessous et agrandissez l'image.
C'est peu de dire que c'est beau...
http://www.mchampetier.com/Parfois_une_vague_I-Burin_original_signe-Abe_Akira-55965-nouveau.html

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

2 Re: burin d'Abé Akira le Mer 16 Avr 2014 - 9:21

pierre


Admin
Un peu dans le même esprit d'approche du traité dans ses travaux d'il y a une dizaine d'année, quelqu'un que j'admire dans le traitement fin du burin, Nathalie Grall
http://www.galerieevadoublet.com/artistes_grall.html
L'une des galeries parisienne spécialisée dans la gravure d'aujourd'hui,
http://www.oeuvresgraphiquescontemporaines.com/gravures/gravures-de-nathalie-grall/
Et une galerie de Venise, qq fois présente au salon du dessin livre estampe du Grand-Palais,
http://www.galleriadelleone.com/artistes

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

3 BURIN le Sam 17 Mai 2014 - 9:07

J'ai une question toute bête : qu'est ce qui différencie un tirage au burin avec un tirage fait à partir d'une plaque vernie et travaillée à la pointe sèche comme je l'ai toujours fait. En fait j'ai envie d'essayer une plaque au burin mais j'ai besoin de comprendre la finalité.
Merci de répondre à cette drôle de question. Bonne journée. Miche

Voir le profil de l'utilisateur http://www.art-froment.com

4 Re: burin d'Abé Akira le Sam 17 Mai 2014 - 10:07

Bonjour Miche.
Juste une petite précision pour mieux se comprendre: En eau forte la griffure du vernis se fait à la pointe (émoussée), la pointe sèche à la différence est finement affutée et entame le métal qui n'est pas vernis.

Ta question n'est pas "toute bête" c'est ce qui marque la différence entre la gravure décisive du métal au moyen un outil tranchant d'avec ce qu'on appelait autrefois la "gravure des peintres" qui se fait indirectement par les temps de morsure.
La profondeur du trait de burin est faite directement dans le métal par l'artiste alors que la griffure du vernis est un projet à réaliser par l'acide
Le burin c'est la ligne,dans sa netteté, sa pureté, le burin s'accommode mal du griffonnage fait à la pointe, les barbes du burin sont enlevées au grattoir et la différence est énorme avec les traits de pointe sèche pour lesquels on exploite les barbes pour créer des effets d'encre.

Il faut regarder un tirage au burin à coté d'un tirage d'eau forte pour voir la différence. Cette différence d'aspect est visible plus encore si l'on compare le trait du burin avec les sillons de la morsure à l'acide nitrique dont les bords sont élargis et moins nets.
Pierre parle de Nathalie Grall, j'ai plusieurs gravures de Nathalie dans mes cartons, la netteté , la pureté des lignes et les noirs sont très différents de l'eau forte ou de la pointe sèche?

L'amoureux du burin qu'était Joseph Hecht écrit dans son traité du burin: les lignes du burin sont trop nobles pour être accompagnées de point sèche qui comporte trop de mollesse ou des traits d'eau forte qui sont "irrégulièrement réguliers"
Mis à part le fort parti pris d'Hecht pour le burin il décrit bien les caractères des trois procédés.

J'ai toujours été séduit par les propos de S.W. Hayter comparant le burin et le travail à la pointe:, je traduis approximativement ce que j'en ai compris:
Dans la gravure à la pointe ou à la pointe sèche la main de l'artiste est en avance sur son dessin, le dessin se forme en quelque sorte en retard derrière l'outil qu'on tire alors que le buriniste est derrière le tranchant qu'il pousse en avant dans le cuivre, son projet est à venir il le poursuit droit devant lui, les courbes mêmes sont faites en tournant la plaque, la gravure au burin est une aventure dans les trois dimensions le burin ne reste pas en surface il plonge plus ou moins profondément dans le métal.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

5 BURIN le Sam 17 Mai 2014 - 16:28

Merci admin pour cette réponse rapide. Si je comprends bien les traits au burin ressortent au tirage d'une façon plus nette et plus rigide. Cela va me permettre de l'utiliser (le burin) comme je le fais quelquefois à la pointe sèche sur vernis (j'ai bien compris en entamant le métal) mais en donnant plus de force à quelques un de mes traits. J'espère que cela va marcher si je vernis ensuite les traits au burin pour ensuite mordre à l'acide les traits souples obtenus à la pointe. J'ai acheté quelques gouges et je vais faire des essais dans quelque temps. Chaque année je viens en Corse pour 6 mois, de mai à octobre où j'ai installé ma presse
et je suis contente de la retrouver. Tu vois je n'ai plus ma presse dans mon atelier d'Antibes : tu vas rire car elle a pris place au bout de mon séjour et question propreté tu peux compter sur moi : j'utilise une tonne de gants !
Bonne journée.
Miche.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.art-froment.com

6 Re: burin d'Abé Akira le Sam 17 Mai 2014 - 18:15

pierre


Admin
Le trait de pointe sèche se travaille pour jouer à l'encrage avec les barbes,
Le trait de l'eau forte se module peu, l'attaque se fait à l'acide, sa largeur-profondeur dépend du temps d'immersion, et du mordant, l'acide nitrique élargit et creuse, le perchlo travaille plus à la verticale. Sa largeur et théoriquement constante du début à la fin du trait, et se termine en demi cercle qui participe au côté "mou", sans parler du trait qui est plus souple ou moins tendu que pour la pointe-sèche ou le burin.
Le burin attaque le cuivre par un biseau et remonte en biseau, sauf si l'on reste bloqué. On peut moduler son épaisseur/profondeur. Le trait est plus facilement tendu, voire nerveux.
Ceci pour être très bref et dans le cas d'une utilisation traditionnelle.

On pourra toujours opposer des contre exemples, le traitement du divan en velours dans la première gravure d'interprétation de Cécile Reims pour Bellmer, un gris fait à la pointe sèche sans barbe, reste de la plaque traité au burin, par exemple.

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

7 Re: burin d'Abé Akira Aujourd'hui à 23:22

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum