aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

utilisation du brunissoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 utilisation du brunissoir le Sam 11 Jan 2014 - 17:33

bonjour à tous,
j'ai été absente quelque temps et c'est avec un plaisir toujours renouvelé que j'ai consulté le forum.Les réponses des uns et de autres sont d'une richesse et d'une précision fort utiles.
mon interrogation du jour est la suivante: j'ai quelques morsures que je voudrais "gommer" afin de récupérer des blancs sur une eau forte réalisée au vernis mou.
je les ai d'abord attaquées au papier de verre comme quand je prépare mes plaques,cela m'a effectivement redonné des blancs mais cela ne permet pas beaucoup de finesse.je viens de repenser au brunissoir,j'ai donc gratté avec la partie coupante et" adouci " avec la partie ronde ......
y a t il un geste ou une manière particulière de passer cette partie arrondie je ne sais pas trop quand on peut estimer que c'est "refermé"....
merci de votre aide
terez

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: utilisation du brunissoir le Dim 12 Jan 2014 - 19:08

Bonsoir terez.

Le papier abrasif peut compliquer la tache (c'est le cas de le dire) en grisant une zone plus large que celle qu'on se propose d'effacer.

Si les traits, les tailles, sont peu profonds, comme c'est le cas avec des traits de point sèche ou des passages de roulette, le brunissoir suffit
si les creux sont plus importants il faut enlever du cuivre avec le grattoir, créer un dépression en pente douce qui ne retiendra pas d'encre à l'essuyage à la tarlatane.

Pour l'usage du brunissoir, il faut suivre le sens des tailles et bien regarder si la partie courbe du brunissoir porte bien à l'endroit à retravailler.
Ne pas appuyer comme un sauvage et avoir de la patience. Quand on dispose d'un appareil grossissant on peu juger de l'action du brunissoir, personnellement j'ai un microscope binoculaire , on en trouve de peu onéreux, c'est un outil précieux pour observer la surface du cuivre.

Enfin il est préférable de mettre sur la zone à brunir quelques gouttes d'huile (genre "trois en un"...vendue en grandes surfaces de bricolage).
Il est important de conserver bien lisse et brillante la partie active du brunissoir, ne pas le rayer, encore moins l'oxyder.

pour voir si tu as bien effacé, ou atténué, rien ne vaut un encrage local et un tirage d'essai pour vérification.

Voir le profil de l'utilisateur

3 merci pour tes réponses si complètes le Mer 15 Jan 2014 - 18:26

Tu m'as fait rire avec le passage ...travailler avec patience et pas comme un sauvage...!j'avais l'impression que tu étais derrière moi!!
J'ai ressorti une grosse loupe,cela va déjà mieux et j'ai reponcé avec une paille de fer très fine le "ventre" de mon brunissoir ,je n'avais pas capté que c'était lui qui travaillait,je croyais que c'était la pointe...j'en ai un avec une petite boule j'ai essayé aussi
demain verdict à l'atelier....
c'est quoi la roulette?
J'ai récupéré des plaques de laiton mais vu le mélange je ne peux pas les faire mordre??
merci encore
bonne soirée
terez

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: utilisation du brunissoir le Mer 15 Jan 2014 - 22:59

De quel mélange parles tu à propos du laiton?

Si tu parles de la composition qui est en effet un alliage de cuivre et de zinc, le laiton se creuse tres bien avec l'acide ou le perchlorure de fer.

Si tu veux dire qu'il faut éviter de mélanger les métaux dans un même bain de morsure tu as parfaitement raison.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: utilisation du brunissoir Aujourd'hui à 15:34

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum