aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

héliogravure au grain de résine

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 10]

1 héliogravure au grain de résine le Dim 22 Nov 2009 - 17:00

Bonjour à tous
je suis nouveau sur ce forum.
je pratique depuis plusieurs mois l'héliogravure au grain de résine méthode classique (gélatine bichromatée, perchlorure de fer): ce n'est pas la méthode la plus facile, mais je m'approche chaque jour un peu plus du résultat...
j'ai travaillé avec le photopolymère puretch,c'était nettement plus facile :pour la lamination, j'ai trouvé une méthode trés simple et rapide pour la réussir sans défauts.Je ne connais pas le k73,c'est quoi et est ce que c'est mieux que le puretch ?
vous pouvez consulter un site consacré à l' héliogravure au grain:
http://www.gravuresurcuivre.com (en construction)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

2 héliogravure au grain de résine le Dim 22 Nov 2009 - 17:43

Bonjour Hervé, bienvenue sur le forum, c'est une aubaine d'avoir un héliograveur, ils ne courent pas les rues. Cela fait deux avec Claude Plessier que vous connaissez sûrement.
En effet l'héliogravure au grain de résine ne s'apprend pas en quatre jours, suivez mon regard, mais c'est un si beau procédé, ça vaut le coup de persévérer. Je suis allé voir votre site, des choses très intéressantes mais il est toujours difficile d'apprécier sur écran!
Pour le laminage du puretch ce serait sympa de nous expliquer comment vous procédez car il n'est pas évident d'éviter les plis et les collages intempestifs.
Cela dit avec la gélatine la pénétration du perchlorure est plus ou moins ralentie selon le tannage de la gélatine , d'où des creux plus ou moins profonds et des noirs plus ou moins intenses qui font la richesse du procédé. Au contraire avec le puretch on atteint ou on atteint pas le cuivre suivant son insolation, c'est du tout ou rien. Je pense que dans ce cas il faut compter sur la densité des points pour moduler les gris, on est plus dans le même domaine. En hélio classique la résine ou la trame ont pour fonction de faire dans le cuivre des cellules plus ou moins profondes sans incidence sur le creux de ces cellules. Dites moi si je fais fausse route.
Les plaques KM73 sont des plaques photopolymère composées d'une couche épaisse de ce produit sur une feuille mince d'acier. En fait ces plaques sont utilisées dans l'édition (plus chez nous aujourd'hui ) pour imprimer en relief. On peut donc faire de l'intaglio-type selon la terminologie de Keith Howard en faisant les tailles dans l'épaisseur du polymère selon l'exposition aux UV. Le dépouillement se fait simplement à l'eau. C'est le matériau qu'utilise Philippe Boiteux, inscrit sur ce forum.
Il faut savoir que les plaques photopolymère coûtent 7 à 10 fois plus cher que les films photopolymère. Jean Daniel Lemoine qui a autrefois travaillé avec ces plaques trouvait qu'à haute résolution il était difficile de nettoyer les tailles très petites, dans l'industrie on les nettoie aux ultra sons m'avait il dit. Philippe Boiteux pourra nous en dire plus.
A propos de votre pratique de l'héliogravure, comment faite vous pour coucher la gélatine sur le cuivre? je vous pose cette question parce que la maison Autotype a arrêté la production du papier charbon G35 et G25. C'est une information qui a été donné par Claude Plessier, héliograveur depuis des années qui connaît très bien le sujet.

Voir le profil de l'utilisateur

3 puretch,hélio le Lun 23 Nov 2009 - 21:33

bonsoir,
en premier merci d'avoir répondu à ma présence sur ce forum,car il y en a peu sur ce sujet et peu sont réactifs.
à propos du puretch,mes premiers essais ont été négatifs ou désastreux,c'est normal quand on découvre en autodidacte un produit ou une technique.
Finalement, je procède comme suit pour le laminage :
le cuivre doit être poli parfaitement et surtout dégraissé.
dans un bac je le maintiens sous 1 cm d'eau distillée.
Pour déposer le puretch dessus, je coupe un morceau de ce film aux dimensions supérieures de 1 cm que la plaque de cuivre, ensuite sur le plan de travail, j'enlève la première couche de mylar du puretch (le photopolymère est en sandwich entre 2 films de mylar).En grattant dans un coin du puretch avec une aiguille, on arrive à peler ce film de plastique.Le photopolymère se retrouve donc mis à nu.
Ensuite,j'extrais la plaque de cuivre de son bac d'eau distillée.Si elle a été parfaitement préparée, l'eau forme un film parfait à sa surface et je plaque cette face trempée du cuivre en la retournant sur le photopolymère.
Je retourne l'ensemble cuivre + photopolymère.
Bien entendu, il y a à ce moment là quelques plis :avec une raclette en caouctchouc,je marroufle le film de l'intérieur vers l'extérieur: cela permet de renforcer l'adhésion , de chasser les bulles d'air et les plis.
Aprés, avec un cutter,je découpe l'excés de film que j'avais coupé un peu plus grand que le cuivre.
Ensuite, pendant quelques secondes,j'utilise un sêche-cheveu et je continue pendant quelques instants à maroufler pour parfaire l'adhésion.
A ce stade, on a donc de bas en haut: le cuivre, puis le photopolymère, puis encore une couche de mylar.
Dans mes premiers essais,j'en étais resté là et j'avais quelques problèmes pour le développement.
En poursuivant,j'ai opté pour enlever la couche supérieure de mylar : le contact avec le film positif sera plus étroit et l'image plus précise.
En fait je poursuis la préparation en "cuisant au four " à 70°C pendant environ 40 minutes: de cette façon, on peut enlever facilement le film supérieur de mylar,aprés ce passage à cette température il se détache facilement.
En tout , il faut à peu prés une petite heure pour préparer une plaque à l'exposition uv.Rien à voir avec la véritable hélio au grain !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

4 héliogravure au grain de résine le Lun 23 Nov 2009 - 21:57

à propos de la question comment poser la gélatine sur le cuivre sur le cuivre,il y a plusieurs réponses possibles selon que l'on utilise le papier gélatiné g35 ou g25 ou selon que l'on pratique le coulage direct sur le cuivre.
Dans le cas du coulage direct :c'est le plus simple :je prépare un cuivre grainé à la résine de colophane, sur les bords de la plaque je colle un cadre en bois de section 1 cm²,je rends étanche cela avec du silicone et je verse directement la gélatine chaude sur le cuivre.Pour obtenir une couche d'épaisseur constante, il faut basculer un peu la plaque dans ses 4 dimensions de façon à bien étaler la gélatine sur toute la surface et ensuite je pose la plaque sur un plan de travail rigoureusement plat (je me suis bricolé une planche avec 4 vis de réglage et un niveau,un peu comme les balances commerciales).La prise en masse de la gélatine prend une petite heure environ.Avant de procéder au sêchage total de la gélatine,il faut prévoir d'enlever le cadre en bois :pour cela avec une pointe en bois (cure-dent), je découpe la gélatine fraiche autour du cadre: on enlève ce cadre de bois et on effectue le sêchage devant un ventilateur (faut bien compter 5 heures de ventilo).
La méthode du coulage direct,c'est du gateau en comparaison du papier gélatiné.
J'ai lu dans la littérature que cette méthode ne permettait pas de bien rendre les niveaux de gris, car lors de la gravure le perchlo pourrait passer dessous les couches durcies de la gélatine.
Personnellemnt,j'ai fait une seule gravure avec le coulage direct,je n'ai pas encore imprimée cette plaque,je ne vais pas tarder à le faire,mais en regardant le cuivre gravé, je ne suis pas si sur de cette affirmation.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

5 papier g 35 le Lun 23 Nov 2009 - 22:14

à propos du papier autotype :
effectivement j'ai eu du mal à en trouver dans le commerce en france et à un prix assez élevé.Je ne sais pas si le fabricant a arrêté sa production.
C'est pourquoi j'ai décidé de rechercher à fabriquer moi-même le papier gélatiné:
J'y suis arrivé enfin aprés de nombreuses tentatives.
J'achetais le puretch directement en ligne aux états-unis chez capefearpress.com
quand un jour j'ai vu qu'ils commercialisaient aussi du papier autotype G35.
Avec la parité euros/dollar actuelle je crois bien qu'il est à un prix trés interessant.J' ai lu sur internet que là-bas aux usa l'heliogravure est trés à la mode.
Il n'empêche que fabriquer son propre papier gélatiné, cela reste avantageux.
Sur le site www.gravuresurcuivre , je décrirai bientôt la fabrication du papier gélatiné.J'y décris une façon de se passer du papier et de n'utiliser que la gélatine.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

6 héliogravure au grain de résine le Mar 24 Nov 2009 - 9:34

Bonjour à tous
Bonjour Hervé. C'est vrai que nous sommes peu nombreux sur le forum mais je l'ai ouvert récemment et il faut que ça "prenne". En plus les héliograveurs au grain ne sont pas légion, mais les utilisateurs de photopolymère de plus en plus nombreux.
J'ai crée ce forum car les graveurs manuels ou par les procédés photomécaniques n'échangeaient pas beaucoup les infos comme le peuvent les photographes sur de nombreux forums entre autre le célèbre Galerie Photo, le meilleur à mon avis en francophonie.
Merci pour la méthode de laminage du puretch, mes essais ont été assez désastreux: plis et bulles et difficulté à soulever le film qui collait pour le reposer plus correctement.
Pour le coulage de la gélatine ta description est intéressante, j'en était resté à l'idée de la tournette qui répartit une couche mince et régulière (à propos un plateau de tourne disque en 78 tours convient tout à fait, on verse au centre et la gélatine se répartit sur le cuivre).Tu ne précises pas si tu la sensibilises avant couchage ou bien une fois qu'elle est prise. Cela me donne envie d'essayer. Ce qui me gène dans l'héliogravure que j'ai un peu pratiqué chez JD Lemoine et Caude Plessier c'est les 4 cuvettes, l'échelle de gris à suivre pour la progression de la morsure qu'il faut éliminer ensuite en coupant le cuivre, bref beaucoup d'encombrement et de temps.
Si on s'y met il faut organiser l'atelier pour ne faire que cela et ne pas lésiner sur le filtrage de l'eau, la température thermostatée, l'évier d'au moins trois metres etc.
La contre partie c'est que jusqu'ici je n'ai rien vu de comparable à la qualité de l'hélio classique dans les impressions obtenues avec les polymères. Filip Leroy, professeur de gravure à Anderlecht m'a raconté les problèmes rencontrés fréquemment avec le puretch: le nettoyage des tailles ne se fait pas toujours et il faut surveiller à la morsure, si on voit que le cuivre ne noircit pas il faut sortir la plaque la rincer et reprendre le dépouillement au carbonate localement avec un pinceau? Galère!
Pour le papier gélatiné ta méthode m'intéresse, car en ce moment il y à sur le net une liste sur le papier charbon et mis à part le pigment coloré le principe est le même. Les procédés de couchage sont nombreux, l'ennemi ce sont les bulles d'air dans la gélatine, certains les éliminent en pulvérisant de l'alcool sur la couche avant la prise

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: héliogravure au grain de résine le Mar 24 Nov 2009 - 10:00

bonjour Hervé et Jean Claude

ça c'est super, j'ai un essaie de ce film (puretch) à faire ... ça tombe à pic ...
et chouette un autre "maroufleur" et non pas "lamineur" Laughing

@jean Claude on ne pourrait pas avoir les tests et conseils de chacun sur les films
dans une même rubrique ?

@ Hervé Pleins de choses à lire et à voir je me pause début d'aprem pour regarder tout ça

Voir le profil de l'utilisateur http://florencejoutel.canalblog.com/

8 suite hélio le Mar 24 Nov 2009 - 10:01

bonjour,
effectivement,je complete pour l'hélio :
une fois que la gélatine a pris en masse et que j'ai ôté le cadre en bois qui a servi de cuvette, il faut procéder au sêchage complet de la gélatine.Cela prend environ 5 bonnes heures devant un ventilo.Quand elle sêche, elle a réduit d'épaisseur.Fraîche, elle faisait environ 0,9 mm (en fonction de la surface à couvrir,je calcule le volume de gélatine à verser sur le cuivre grainé),sêche elle est devenu trés mince (je ne l'ai pas mesuré).Pour estimer le sêchage,on observe que la gélatine est prête quand elle ne pègue plus au toucher.
Pour la sensibilsation au bichromate, je l'effectue que lorsque la gélatine est sêche en plongeant la plaque gélatinée dans un bain frais à 10°C de bichro à 3,5%
pendant 3 minutes et demie.Et je recommence le sêchage devant un ventilo pendant quelques heures (à l'abri de la lumière),aprés on peut exposer avec le positif.



Dernière édition par herve le Mar 24 Nov 2009 - 10:31, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

9 suite hélio le Mar 24 Nov 2009 - 10:12

pour l'opération de gravure,c'est vrai que ce n'est pas simple et qu'il faut pas mal de place.C'est pour cela que je n'ai pas dépassé le format 15X20 cm pour le moment.Personellement,j'utilise que trés peu de perchlo, juste de quoi recouvrir de 2 mm la plaque ce qui permet de suivre la gravure visuellement.
Pour en revenir au coulage direct,que j'ai décrit plus haut, je pense que l'on peut améliorer la chose en diminuant la quantité de gélatine jusqu'à 0,6 ou 0,7 mm d'épaisseur fraîche.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

10 suite hélio le Mar 24 Nov 2009 - 10:30

je n'utilise pas d'échelle de gris pendant la gravure,je préfère suivre visuellement la gravure pour changer de bain de gravure.C'est vrai que c'est dommage d'avoir à recouper le cuivre en fin d'opération...

pour le puretch :j'ai testé la methode edinboug etch (ac citrique + perchlo):effectivement la gravure est plus rapide ( 15 min environ au total) et les tailles ne s'encrassent pas.

La meilleure méthode que j'ai trouvée pour le puretch :c'est le développement au compresseur avec la solution de carbonate à 1 %, ensuite une aquatinte au bitume et enfin une électrogravure au sulfate de cuivre :là j'ai obtenu des points de gravure d'une finesse remarquable, et en plus c'est bien agréable de travailler avec des produits non toxiques (pas de port de gants,etc...).Mais cela reste une méthode valable uniquement pour des images au trait ou en bitmap,éventuellement on pourrait faire varier la profondeur de morsure par l'apport au pinceau de vernis graveur classique en fractionnant le temps de gravure électrique (à essayer).

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

11 héliogravure au grain de résine le Mar 24 Nov 2009 - 12:00

Bonjour Hervé
Je viens de recevoir de la compagnie Autotype, la confirmation que les papiers gélatinés G25 t G35 sont discontinués.
lire ci-dessous
Dear Sir,

Thank you for your recent web enquiry regarding G25 & G35 Pigment Paper.

You have heard correctly, we have recently had to discontinue our Gravure products due to the withdrawal of two of the unique raw materials.

I am very sorry if this causes you any inconvenience.

With kind regards
Fiona Rivers
Commercial Coordinator

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: héliogravure au grain de résine le Mar 24 Nov 2009 - 16:59

herve a écrit:je n'utilise pas d'échelle de gris pendant la gravure,je préfère suivre visuellement la gravure pour changer de bain de gravure.C'est vrai que c'est dommage d'avoir à recouper le cuivre en fin d'opération...

pour le puretch :j'ai testé la methode edinboug etch (ac citrique + perchlo):effectivement la gravure est plus rapide ( 15 min environ au total) et les tailles ne s'encrassent pas.

La meilleure méthode que j'ai trouvée pour le puretch :c'est le développement au compresseur avec la solution de carbonate à 1 %, ensuite une aquatinte au bitume et enfin une électrogravure au sulfate de cuivre :là j'ai obtenu des points de gravure d'une finesse remarquable, et en plus c'est bien agréable de travailler avec des produits non toxiques (pas de port de gants,etc...).Mais cela reste une méthode valable uniquement pour des images au trait ou en bitmap,éventuellement on pourrait faire varier la profondeur de morsure par l'apport au pinceau de vernis graveur classique en fractionnant le temps de gravure électrique (à essayer).
Bonjour Hervé, merci pour toutes ces précisions
Impressionnant votre méthode au puretch, en effet c'est beaucoup plus élaboré que ce que j'avais pu voir. On m'avait en effet parlé d'un développement par jet assez puissant pour bien nettoyer les tailles. Petite question en passant, on doit en mettre partout ou bien faite vous cela avec un jet étroit genre aérographe.
Je commence à comprendre vos beaux résultats.
Utilisez vous des encres classiques ou les nouvelles encres Akua ( à base d'eau) ou Caligo (grasse classiques mais lavables au savon).

Voir le profil de l'utilisateur

13 puretch,hélio le Mer 25 Nov 2009 - 11:48

Bonjour,
à propos du puretch:
Au début,j'utilisais un développement au bac,les résultats étaient corrects,mais j'ai voulu essayer avec un compresseur et un pistolet à peinture,je ne le regrette pas,les résultats sont clairement plus spectaculaires.
Une fois l'exposition uv finie,je dispose la plaque à la verticale dans un bac plastique et je pulvérise à forte pression ( 7 bars ) à 25 cm de distance pendant environ 30 secondes sur toute la surface de la plaque,comme cela il y a une action mécanique en plus du développement chimique.Il ne faut pas prolonger au delà de ces 30 secondes, de suite je plonge la plaque développée dans un bac contenant 1 cm
d'eau pour stopper le développement.Aprés ce premier rincage,j'expose la plaque aux uv 1 ou 2 minutes environ pour renforcer la résine qui a reçu la lumiére.
Ensuite ,je remets un coup de compresseur toujours avec la même solution mais avec une pression plus faible ou un peu plus éloigné de la plaque.
Je rince à nouveau à l'eau et ensuite je remets 10 minutes d'uv pour fixer définitivement la résine insoléé.
Il faut noter que même là où le cuivre semble nu, en fait il ne l'est pas vraiment:en fait il reste une fine pellicule invisible qui va bloquer l'attaque au perchlorure.
J'ai trouvé une solution pour éliminer ce film incolore: j'utilise une laine d'acier en boule 000 (rayon ébénisterie) super fine et je la passe en douceur sur toute la plaque et dans toutes les directions: ainsi le cuivre est vraiment mis à nu là où il le faut.
Aprés j'effectue un dernier rinçage,je sêche la plaque et je passe au grainage.
Le mieux c'est l'aquatinte au bitume de judée,c'est beaucoup plus fin que la colophane et en plus on peut graver à l'electrogravure comme au perchlo (+ac citrique).
Voilà en gros comment je fais avec le puretch depuis pas mal de temps.
J'ai été étonné de la résistance du purecth au passage de la laine d'acier !
Pour le développement j'ai trouvé du carbonate de soude dans les magasins de produits pour piscines,ils appellent cela du ph+ pour remonter le ph des bassins.
On en trouve facilement et à prix abordable.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

14 encres le Mer 25 Nov 2009 - 12:26

pour le moment je n'ai pas encore utilisé ces encres récentes ,
seulement les noirs taille douce classiques de chez Charbonnel qui en elles -mêmes ne sont pas toxiques (huile de lin cuite et noir animal )mais qui nécessitent l'essence de térébenthine pour le nettoyage.
Il faudrait que j'essaie ces encres acryliques qui se rincent à l'eau.
Que pensez-vous de ces encres?Est ce que l'impression suit le mëme principe?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

15 Re: héliogravure au grain de résine le Mer 25 Nov 2009 - 19:17

herve a écrit:pour le moment je n'ai pas encore utilisé ces encres récentes ,
seulement les noirs taille douce classiques de chez Charbonnel qui en elles -mêmes ne sont pas toxiques (huile de lin cuite et noir animal )mais qui nécessitent l'essence de térébenthine pour le nettoyage.
Il faudrait que j'essaie ces encres acryliques qui se rincent à l'eau.
Que pensez-vous de ces encres?Est ce que l'impression suit le mëme principe?
Bonsoir Hervé
Les "nouvelles" encres ne sont pas des acryliques. Elles sont à base d'eau et huile. Pour l'encre Akua c'est de l'huile de soja de l'eau et du pigment c'est une encre plus fluide que les encres grasse c'est surprenant au début, il faut essuyer avec la main très légère sinon on enlève tout, en revanche sur le polymère en non-etch elle s'essuie beaucoup plus facilement que les encres grasses qui ont tendance à coller plus que sur le cuivre. Certains comme Filip Le Roy déconseillent completement le paumage. On peu imprimer sur papier à peine humide voir à sec mais alors bonjour le contraste! A noter une base transparent et un épaississant spécifiques pour ajuster l'encre si besoin.
Pour faire les premiers essais prendre la "carbon black" qui est plus noire que la "lamp black" (traduction joop stoop noir "ampoule" ah les faux amis!
Une autre série d'encre sont les encres anglaises Caligo, elles me plaisent bien, se comportent exactement comme les encres classiques Charbonnel, on peut y mélanger de l'huile ou de l'Easy wipe ou autre. Le miracle c'est qu'après le travail on nettoie tout au savon de marseille, toujours mettre du savon avant de laver à l'eau.

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: héliogravure au grain de résine le Jeu 26 Nov 2009 - 12:09



voici une image d'une héliogravure au grain de résine que j'ai imprimée hier.
dimensions 13X18 cm.Satisfait,je ne cache pas que j'en ai loupé pas mal des hélio!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

17 Re: héliogravure au grain de résine le Jeu 26 Nov 2009 - 12:20

[img][/img]

bon,là c'est un puretch aquatint au bitume, c'est plus facile que l'hélio

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

18 héliogravure au grain le Ven 27 Nov 2009 - 17:37

Bonsoir, avant d'aborder toute intervention sur la technique, j'essaie de vous proposer mes deux dernières hélios. Claude PLESSIER
http://cjoint.com/?lBrFSoe6cB

http://cjoint.com/?lBrJQmqdbF

Cela a peutêtre marché?????????

Voir le profil de l'utilisateur http://heliogravure83@wanadoo.fr

19 Héliogravure au grain le Ven 27 Nov 2009 - 18:20

Rebonsoir,

A première vue cela a marché mais j'avoue que j'ai souffert. Jean Claude m'a pourtant bien expliqué par mail .... Je ne suis pas doué pour ce genre de sport.

Si vous le voulez revenons à ces deux héliogravures au grain que je vous propose.
La prise de vue a été faite à la chambre ARCA SWISS 4X5 inches
Le format des hélios :24x30 cm.

J'ai bien apprécié les interventions d'Hervé mais j'ai du mal à établir un parallèle avec votre autre technique que je ne connais qu'à travers les travaux de Jean Claude lorsque nous étions voisins.
Par contre pour les UV, (en ce qui concerne l'hélio car pour les autres procédés je ne sais pas ...)je suis catégorique : abandonnez les tubes et les rangées de tubes .

Demain est un autre jour

Je vous souhaite une très bonne soirée

Claude le Dracénois

Voir le profil de l'utilisateur http://heliogravure83@wanadoo.fr

20 Re: héliogravure au grain de résine le Ven 27 Nov 2009 - 21:22

Wouhaou !!! c'est super bô !!!! Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur http://florencejoutel.canalblog.com/

21 Re: héliogravure au grain de résine le Ven 27 Nov 2009 - 21:33

Salut Claude,
effectivement tes images sont superbes
Cet après midi j'étais au salon PAGES L'ami JP Boiteux y présente des "photogravures" il a sûrement un autre mot,
d'après plaques polymères absolument superbes aussi
j'espère qu'il viendra en parler la semaine prochaine

bravo encore

bruno

Voir le profil de l'utilisateur

22 héliogravure au grain de résine 1, 2 le Lun 30 Nov 2009 - 16:26

Bonsoir ,

Vous semblez réticents quant à l'emploi du papier gélatiné G35 ou G25...

Vous évoquez des difficultés d'emploi. ...... Personnellement je n'y vois que des avantages et surtout une grande fidélité et stabilité dans leur emploi.

Bien entendu comme dans toutes les techniques ,il convient de s'approprier le procédé , de le mettre au point et ensuite il faut être extrèmement vigilant car en héliogravure au grain il y a une vingtaine de manipulations et nous n'avons droit à aucun "joker" . Il est évident que pour ceux qui le désirent je fournirai tous les détails voulus sur la technique .....Cela peut vous faire gagner quelques mois de recherches.

Claude PLESSIER

Voir le profil de l'utilisateur http://heliogravure83@wanadoo.fr

23 héliogravure au grain de résine le Lun 30 Nov 2009 - 18:19

je suis tout à fait d'accord avec ton point de vue sur l'autotype.
Depuis que j'utilise, j'ai bien remarqué une stabilité dans mes résultats même s'ils sont encore loin d'être parfaits...
Mon plus gros souci,c'est justement dans la difficulté pour s'approvionner en autotype.Pour l'instant il ne m'en reste guère plus qu'un m².
En ce qui me concerne, c'est la phase d'adhésion sur le cuivre qui m'a posée le plus de problème, mais je laisse une marge noire de 1 cm et tout va bien depuis.
Il reste aussi la question du prix de revient de ce papier qui est assez cher.
C'est pour ça que j'ai travaillé à fabriquer moi-même le papier gélatiné.J'y suis enfin arrivé ,mais il faut rajouter pratiquement une journée de plus pour réaliser
une hélio,par contre le coût de revient est quasi nul.
J'ai encore quelques difficultés pour trouver le bon temps d'exposition.
J'utilise une lampe uv 300W à 30 cm de distance.
Je n'ai pas les moyens de me lancer dans la photo, aussi j'utilise la photo numérique et je fais des positifs en niveau de gris sur transparents jet d'encre en haute résolution.
Est ce qu'on peut espérer trouver un temps d'exposition médian qui pourrait convenir à la majorité des images, quitte à retrouver les différents contrastes lors de la phase de gravure au perchlo ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelierheliopse.com

24 héliogravure au grain le Lun 30 Nov 2009 - 19:20

YES HERVE,

Il y a une technique à partir d'une charte de gris pour déterminer le temps d'exposition qui te donnera des blancs non 'cramés' et des noirs veloutés.
Tu prends une charte de gris que tu exposes sur ta gélatine . ... Tu colles sur cuivre et ensuite tu dois voir les différentes zones sur le résultat.
Ensuite tu ajustes ton temps de pose jusqu'à perfection ...

Bien sûr je ne suis pas dans ton atelier mais compte tenu des données que tu donnes dans ton poste essaie 250 secondes pour voir ...
Ta lampe me paraît un peu proche du film , j'ai peur qu'il y ait "brutalité" dans l'éclairage ..... Lampe un peu plus loin et temps d'exposition plus long ????????

Bonne soirée

Claude PLESSIER

Voir le profil de l'utilisateur http://heliogravure83@wanadoo.fr

25 Héliogravure au grain le Lun 30 Nov 2009 - 19:35

Rebonsoir à tous, par internet c'est peut être pas génial comme explication, mais cela a le mérite d'exister ...
C'est sur du G 35.

http://cjoint.com/?lEtIyuAJZB

Hervé , j'espère que mon truc a marché , que cela ne t'empêche pas de dormir

Claude

Voir le profil de l'utilisateur http://heliogravure83@wanadoo.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 10]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum