aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Heliogravure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Heliogravure le Sam 14 Mai 2011 - 16:06

Bonjour ,

Me voilà à expérimenter l heliogravure au grain, je commence tout juste à réunir les différents éléments. Il me manque plus que la lampe..
Une question reste en suspend au niveau des UV. Je désire faire au plus simple, je pratique la gravure depuis 4 ans, et j'aimerais incruster un détail fait en heliogravure au sein d'une plaque qui sera poursuivie ensuite en dessin et en eaux forte.
Je souhaite donc trouver une lampe peu couteuse, comme un halogène par exemple possédant des uv, mais estce que 150 watt peuvent ils suffirent, en doublant le temps d exposition..?comment savoir à peu prés "combien de temps pour combien de watts."?
Merci d'éclairer cette zone sombre pour moi ..et je pourrais enfin commencer.
Cordialement,
Pia Rondé

Voir le profil de l'utilisateur http://piaronde.com

2 Re: Heliogravure le Sam 14 Mai 2011 - 19:20

Bonjour
Une lampe de 300 watts telle que l'Ultravitalux Osram assure de bon résultats tant qu'on ne dépasse pas le format 40x30.
Cette lampe présente l'avantage de ne pas nécessiter de Ballast comme les lampes HPR, en revanche elle chauffe fortement au point d'exiger une douille vissante céramique.

La distance de la lampe au châssis doit être égale à la diagonale de la plaque à insoler pour obtenir une répartition égale du flux UV sur toute la surface

Vous pouvez aussi bien entendu, utiliser un projecteur halogène d'extérieur, il y en a des puissants.

Le temps d'exposition n'est pas proportionnel à la puissance de la lampe, bien d'autres facteurs entrent en jeu en particulier le spectre d'émission de la lampe,
Il faut donc faire des essais

Si je peux me permettre un commentaire sur votre projet, vous savez certainement que l'héliogravure n'est pas simple à maitriser, c'est un procédé qui demande un long apprentissage et beaucoup de manipulations très précises, de nombreux bains etc. Nous avons des spécialistes de ce procédé sur le forum, dont le plus aguerri est Claude Plessier qui a arrêté il y a quelques mois l'hélio au bout de 15 ou 20 ans de pratique continue pour de très beaux résultats, appréciés, entre autres, par l'Atelier de St Prex.

Pour incruster des images, les procédés au photopolymères (Puretch) sont beaucoup plus simples et rapides, même s'il n'atteignent pas ou rarement la qualité exigée par une traduction des moindres nuances d'une bonne photographie.

Il y a aussi de bons connaisseurs des photopolymères sur ce forum.

Amicalement

Voir le profil de l'utilisateur

3 HELIOGRAVURE le Lun 16 Mai 2011 - 17:47

Bonjour à tous,

Pia Rondé,

Je vois très bien où vous voulez en venir, cette technique qui consiste à amalgamer l'héliogravure à une autre technique de gravure normale se pratique souvent et donne souvent des résultats appréciés de tous ....... mais à condition que le tout soit techniquement réussi.... et c'est là que je vous renvoie aux conseils de Jean Claude ::

Le plus difficile sera de réaliser l'héliogravure comme vous le souhaitez.... Tout ce que vous mettrez autour ou en surimpression est une partie de plaisir si vous possédez bien la technique de la gravure "classique".
Je ne demande qu'à vous aider mais en conseillant uniquement sur des questions techniques très précises..... Sinon je me dois de réécrire le "LAROUSSE" de l'Héliogravure .

Bonne soirée

Voir le profil de l'utilisateur http://heliogravure83@wanadoo.fr

4 Bonjour à tous, le Ven 27 Mai 2011 - 10:02

Je suis nouveau sur ce forum dont j'ai lu l'évolution avec grand plaisir : l'héliogravure a, heureusement, toujours d'ardents défenseurs et c'est bien.
Certains d'entre vous me connaissent et pourront donc créditer ma déclaration de foi suivante :
1) L'hélio est un procédé magnifique mais très exigeant !
2) Après des années de recherche et de pratique sur des techniques annexes, j'en suis revenu au procédé initial et historique de KLIC : c'est le seul qui, après maîtrise de tous les paramètres, permet d'assurer des résultats beaux et constants. Fanny Boucher (Hélio'g) en administre chaque jour la preuve : après 10 ans de pratique, elle est arrivée à une maîtrise extraordinaire du procédé et produit des hélios que l'atelier de Saint-Preix ne renierait pas ! Mais il faut donc persister pour arriver à cette maîtrise.
3) Après avoir lu vos différents échanges, je recommande de suivre les très avisés conseils de Claude Plessier : il maîtrise ! Conseils qui concernent la charte de gris, la cuisson du grain (gélatine en dessous), les temps de morsure, la fraîcheur des produits et j'en passe. Claude, c'est vraiment un maître et j'espère qu'il continuera à vous apporter toute son aide. Ce qu'il dit en une petite phrase simple est souvent le résultat d'essais long et rigoureux : ne les négligez pas.
4) Problème du papier G35 ou G25 : y'a pu'd'papier ? Ma conviction : pour que l'hélio survive, il faut refaire du papier, même de façon artisanale, sinon il n'y aura plus de belle hélio ! Et je ne crois pas que les techniques dérivées des photopolymères (qui ne devraient pas, en tout état de cause, porter le nom d'héliogravure à plat, procédé historique sur plaque de métal) puissent prendre le pas, même bien assimilées comme JP Boiteux les pratiquent (et pourtant il est très très bon dans le domaine et le mémoire qu'il a produit sur ce sujet est remarquable).

Hors déclaration, petite remarque sur les films imprimés :
Il est important de noter la différence de résultat entre imprimantes différentes selon le nombre de cartouches de gris et la qualité du film (plus ou moins de diffusion du point d'encre).
Un noir et 2 gris me semblent l'idéal car permettant des gris clairs en tons continus et non en points plus ou moins rapprochés (dans ce dernier cas on a des comportements à la morsure qui sont ceux de la photogravure et qui nuisent à la qualité et au contraste des gris clairs). Il est donc recommandé d'opter pour un support sur lequel l'encre diffuse, donnant ainsi un point plus large mais en moyenne plus claire. Donc, ce qui est valable pour une EPSON 4000 ne l'est pas forcément pour un HP, à contraste et courbe identique; et, enfin, un 800 ppp, ce n'est pas un 2800 ppp.

Salut à tous et bon courage.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Heliogravure le Ven 27 Mai 2011 - 10:48

Bonjour Jean Daniel et bienvenue sur le forum.
Cela me fait plaisir de te lire.
Je ne pense rien avoir à t'apprendre sur l'héliogravure, j'ai été ton élève durant un stage, et puis me suis ensuite perfectionné grâce à Claude Plessier..
En revanche j'ai appris par un des intervenants (Remy je crois) que le papier Autotype hélas plus produit a trouvé un remplaçant:
http://www.capefearpress.com/order.html

Bien amicalement
jean-claude

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

6 Papier gélatiné le Ven 27 Mai 2011 - 15:16

Bonjour Jean-Claude,
Heureux de te voir aussi actif et merci à toi et à Rémi pour le tuyau.
Le 5 juin, je serai, comme d'habitude, sur mon stand à Bièvres. Si d'aventure les uns ou les autres y passent, il y aura toujours un petit verre plein de bulles pour vous accueillir et y découvrir mes 2 dernières hélios.javascript:emoticonp('sunny')
Amitiés.
JD

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Heliogravure Aujourd'hui à 15:30

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum