aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

empreintes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 empreintes le Lun 20 Déc 2010 - 21:55


Une autre question.
En deux mots, je travaille souvent à partir d'empreintes de vieux murs. (Je m'occupe des permis de démolir pour la ville)
Je me promène dans les lieux promis à la démolition. Quand un mur me plait je l'encre avec de l'encre typographique (au rouleau) et j'y appose une feuille de papier japonais très fin.
Je récupère l'empreinte en frottant l'envers du papier avec un chiffon... Le premier papier est souvent trop chargé d'encre. Mais le second papier japon, que je pose sans ré-encrer le mur, est souvent intéressant. Une fois le papier marouflé je m'en sers de “fond” pour y imprimer des gravures sur bois. Ou des linos.
Ma question: Comment prendre l'empreinte d'un mur sans être obligé d'encrer le mur ? Et dans ce forum y a t-il des personnes qui travaillent sur les empreintes ?
Jean-loup

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: empreintes le Lun 20 Déc 2010 - 22:27

Bonsoir,
Ah oui alors, j'aime beaucoup cette manière de procéder. C'est un peu partir pour une chasse au trésor!
Je viens de lire votre question avec attention. Il est vrai qu'encrer un mur n'est pas toujours des plus commode.
Pour récupérer l'empreinte d'un mur ou tout autre matériau, il suffit de poser le papier( japon,craft,ou même une toile) sur le sujet choisi. Ensuite, on frotte le papier avec du fusain,pastel, ou pierre noire, graphite (qu'il faudra fixer) ou avec des pastels gras. On peut aussi utiliser un petit tampon de gaze rempli de poudre de charbon de bois. Les aspérités du mur (en relief) vont apparaitre sur le papier. Dans ce cas, vous obtenez une image à l'endroit alors qu'avec la technique de l'encrage du mur, vous obteniez une image inversée par rapport a ce qui vous avait séduit sur le dit mur. Mais, je reconnais que l'envers du décor n'est pas toujours une mauvaise surprise!

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: empreintes le Mar 21 Déc 2010 - 10:22

Bonjour,
Les idées me viennent lentement et, hier soir, il était bien tard!
Il y a une autre façon de prendre une" empreinte", plus rapide sur le terrain , mais qui demande du temps et du matériel en atelier:
Prendre une photo, puis faire une héliogravure. l'épreuve réalisée ne s'apparente alors plus à un monotype et peut être reproduite et déclinée, car, une fois le tracto-pelle en action, plus d'empreinte!
Il y a sur ce forum des personnes hautement qualifiées s'agissant de la photo et de l'héliogravure.

Pardon, j'ai oublié de me présenter.
Graphiste de formation, ancienne élève de l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs , rue d'Ulm à Paris. Céramiste diplômée depuis 2000.
Peintre ( toutes techniques) j'ai redécouvert la gravure avec Jean-Claude Pronier, ma tendre moitié en 2002.
J'ai une nette préférence pour la taille d'épargne mais j'apprécie grandement le travail des aquafortistes.
Je suis plutôt du genre: on essaie on va voir ce qui se passe.
Bonne journée

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: empreintes le Mar 21 Déc 2010 - 15:44

Bonjour Sylvie.

Pardonne-moi de ne pas m’être moi aussi mieux présenté. Je viens du monde de la peinture et du dessin (Ecole des arts appliqués rue Olivier de Serres à Paris). N’étant pas de nature très causant, sans être “taiseux”, à la parole j’ai toujours préféré le dessin et la peinture. Je suis venu à la gravure pour connaître d’autres techniques, d’autres moyens d’expression. Tout en conservant mon écriture…J’ai travaillé autrefois comme photograveur, et à présent comme dessinateur (DAO). En vieillissant, j’ai quand même 60 ans passés, je me désapprivoise du réel. Ce qui me pousse par le biais des empreintes à faire un travail sur l’effacement. L’empreinte comme “trace de l’absence”.
Merci pour tes conseils. Mais l’avantage d’encrer le mur est de pouvoir récupérer les traces de façon plus graphiques. Je parviens, par la manière de frotter au dos du papier japon, à faire ressortir le positif de l’image en faisant remonter l’encre au travers du papier. Je peux donc ainsi choisir l’avers ou l’envers.
Parfois à défaut de murs je grave même des gravats. Des gravois….
Ma fille me termine la création d’un site. Je pourrais bientôt te montrer, si tu veux, mes travaux…

Jean-loup

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: empreintes le Mer 22 Déc 2010 - 14:08

Bonjour Jean-Loup,
Ah!, les Arts Appliqués.
Mon pauvre papa avait mis bien des espoirs dans ce projet et fut bien attristé lorsque je fus recalée, à cause des maths!
Je ne suis plus toute jeune moi non plus,je frise les 53 ans,
Le concours des Arts Décoratifs me fut plus favorable.
Bien sûr, je serai ravie de voir ton travail.
La technique que tu emploies m'intéresse beaucoup et je sens que je ne vais pas tarder à chercher de vieux murs voués à la démolition dans Nevers.
J'ai une question d'ordre pratique à te poser:
Une fois ton empreinte prise, l'encre est tendre encore. Comment fais-tu pour rapporter ce précieux butin, sans encombre?

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: empreintes le Mer 22 Déc 2010 - 18:42

Bonsoir Sylvie
Pour ramener mes empreintes sans encombre, je les scotche au fur et à mesure sur des plaques d'isorel ou autres plexiglas. Et je couvre la banquette arrière de ma voiture d'une bâche... Quant au rouleau il faut prendre un rouleau “mou” et usagé si possible (parce qu'il souffre forcément). Avant d'encrer je frotte le mur avec une brosse en chiendent pour éliminer tout un tas de particules qui pourraient se coller au rouleau ou se mêler à l'encre et créer un amalgame. Autre petite précaution, j'emmène toujours une réalisation dans ma voiture, pour expliquer ce que je fais à la maréchaussée (au cas où...). Un jour que je ramassais des gravats sur le port pour les graver, la police portuaire m'a dit que je ne pouvais pas me débarrasser de mes gravats sur le port. Ces messieurs ont eu du mal à me croire quand je leur ai dit qu'au contraire je venais en ramasser...
Bonne soirée
jean-loup

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: empreintes le Mer 22 Déc 2010 - 22:41

Merci Jean-Loup pour toutes ces explications et conseils.
Merci aussi pour l'anecdote, c'est toujours bon d'aller se coucher avec un éclat de rire!

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: empreintes le Mer 13 Jan 2016 - 17:59

pierre

avatar
Admin
Bonjour,
Je viens de redécouvrir ce post. Il me pousse vers plusieurs idées

1/ gyotaku ou l'art d'imprimer les poissons. Cela fonctionne et assez facilement en ayant trouvé le bon papier, il faut énucléer le poisson et redessiner l'œil ou l'estamper à part
et un site breton en français
http://www.gyotaku-porrini.fr/l-origine-de-l-art.php

2/ Premières impressions chinoises
Découvert en vidéo au musée Champollion de Figeac. Une falaise, de nombreux textes répartis de grande taille et gravés. Des échafaudages pour atteindre le texte à reproduire. Le papier est posé sur le mur puis appliqué à la brosse mouillée pour qu'il soit repoussé au fond des caractères gravés en creux. Puis l'encre est appliquée à la grosse brosse sur le relief. Le texte apparaît donc en blanc sur fond noir. Dans ce cas, l'encre peut traverser le papier, le dos sale ne doit pas être un problème pour diffuser un texte de loi qui sera placardé à travers le pays.

3/ les empreintes
Je n'ai plus en tête que les derniers travaux vus de ce type. La belle exposition d'Anne et Patrick Poirier au couvent de la Tourette. La peau des murs du couvent, remis en scène avec écriture. Ils ont de nombreuses fois réalisés des empreintes.
http://couventdelatourette.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=58&Itemid=180

4/ les photos de Brassaï, Miro qui disait que les taches de son atelier l'inspirait, les travaux peinture comme graphiques de Max Ernst à partir des empreintes de bois, les empreintes de Penone, imprimées pour être multipliées ou frottées avec l'herbe trouvée au pied de l'arbre, le livre L'appartement à trous de Patrick Corillon…

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

9 Re: empreintes le Mer 13 Jan 2016 - 18:53

Jean Dubuffet aussi prenait des empreintes, ou les pressait dans ses hautes pates.
Pour ceux qui comme moi aiment l'oeuvre peint et les écrits de Dubuffet, je recommande la passionnante biographie de Jean Dubuffet écrite par Julien Dieudonné et Marianne Jakobi aux éditions Perrin.
Un énorme travail minutieux et objectif sur la vie et l'oeuvre de J.D.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

10 Re: empreintes le Mer 13 Jan 2016 - 22:01

pierre

avatar
Admin
Effectivement, GROS oubli de ma part,
Il y a eu l'été dernier une exposition rare spécifiquement sur son œuvre graphique dans la maison musée de l'éditeur PAB Pierre-André Benoît à Alès. Ce fut pour moi une découverte complète, bien qu'ayant aussi visité la fondation Dubuffet à la villa Falbala. Mon étonnement fut particulièrement pour son approche, très tôt dans son travail, non pas seulement des matières comme dans sa peinture, mais la recherche de leur rendu en lithographie. Il en a fait un catalogue imposant, rassemblé en livre ou volume important en portefolio. En parallèle, il en a conservé les papiers reports ou en avait conservé ses similaires. Et ce, le plus souvent, en plusieurs passages. Et des années plus tard, il a commencé à piocher et découpé dans ces papiers reports pour faire des "figures assemblages. Un catalogue a été édité, mais je ne pense pas qu'il soit diffusé. Contacter directement le musée, ils envoient (peut-être même à port réduit ou nul). Il doit aussi y figurer l'histoire assez édifiante d'un bon à tirer d'un livre réalisé et imprimé par PAB à partir de plaques gravées sur plastique par Dubuffet. Accord de Dubuffet sur le BAT, conservé par ce dernier. Réception du tirage qqs mois plus tard pour signature, refus par Dubuffet pour non conformité, mais il avais égaré le BàT… retrouvé qqs mois plus tard. Il s'est rétracté avant le passage à la benne du tirage, une vingtaine d'exemplaires. Le tirage et le BàT étaient exposés "curieusement" sur les murs opposés de la pièce. En essayant de mémoriser, et 6 mètres plus le temps de repérer les images correspondantes, on pouvait voir des différences. Comment peut-on confier des tirages, en ne laissant pas le BàT ? comment pouvoir envisager des tirages constant avec une gravure à la pointe sèche et particulièrement avec des recherches de matières sur une matière aussi facilement modifiée par l'abrasion lors de l'essuyage ?
Des événements au retour de l'expo me l'ont fait zaper, merci grandement de me le rappeler à la mémoire.

http://www.alescevennes.fr/articles/pac/actualite/culture...patrimoine/_2015/jean.dubuffet..l.anticonformiste.en.villegiature.a.pab

Autre rappel, il faudrait aussi que l'on continue nos "critiques" de livres, et je parle aussi pour moi.

PS : Pour Patrick Corillon, évoqué tout à l'heure
http://leseditionsducorridor.net/?page_id=1185

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/grifeblois/

11 Empreinte au carbone le Sam 7 Mai 2016 - 14:18

Je suis, également, un "empreinteur" invétéré.

En fait, selon le sujet, je pratique différemment :

a) sujet l'horizontal, par encrage (Chine ou encre offset à séchage par oxydation). Je pratique le gyotaku, qui signifie empreinte-poisson, et je le détourne. On peut l'appliquer sur un poisson (à écailles de préférence, bien que j'utilise parfois des calamars), sur un oiseau (les plumes laissent de belles empreintes), un tronc d'arbre fraîchement tronçonné (pour relever le nombre d'années), des écorces, des pierres, etc. Très grandes possibilités.

b) sujet verticaux : par décalque. Il faut se munir de papier genre "manifold" avec dos carboné, en faire une boule (comme un baren souple), appliquer une feuille sur le sujet et frotter tout simplement. J'ai découvert cette technique sur un chantier archéologique. On n'abîme pas et on ne salit pas le sujet, puisqu'il est protégé par le papier. On obtient un résultat assez fidèle.
Variante, on remplace le carbone par de l'encre d'imprimerie (toujours séchage par oxydation) sur un chiffon.

En tout état de cause, le papier doit être de faible grammage (25 à 45 gr/m2). Les papiers japonais (pour la calligraphie) sont recommandés pour cet exercice.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum