aquatinte

Lieu de partage d’informations pour les pratiques nouvelles ou traditionnelles de l’estampe: - taille douce - taille d'épargne - héliogravure - photogravure - photopolymères - lithographie - typographie - phototypie - sérigraphie -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Héliogravure et Photogravure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Héliogravure et Photogravure le Lun 18 Oct 2010 - 14:20

Admin a écrit:A la suite de la relecture de l'introduction (oui il faut lire les introductions) du livre depuis pas mal de temps dans ma bibliothèque: "Copper plate photogravure" par David Morrish je réalise que l'en-tête du forum aquatinte n'est pas parfaitement clair.
En Anglais la distinction est plus simple:

Pour les anglo-saxons l'héliogravure est nommée photogravure et concerne la morsure du cuivre à travers une réserve de gélatine bichromatée préalablement insolée sous un positif en ton continu. Le grainage à la résine ou sous trame ayant pour seul but de permettre la rétention d'encre à l'essuyage. La densité des noirs est crée à l'impression par la plus ou moins grande profondeur des tailles. C'est ce que nous appelons l'héliogravure au grain d'aquatinte ou encore plus près de l'histoire de ce procédé: la gravure héliographique.

Pour ces mêmes anglo-saxons, ce que nous appelons souvent chez nous photogravure est appelé photo etching et désigne la morsure du cuivre à travers une réserve (par exemple un photopolymère) préalablement insolée sous un positif "en pointillé" où les noirs plus ou moins denses sont simulés par la fréquence plus ou moins grande des petits points. Dans ce cas la profondeur des tailles est constante sur toute la plaque.

On peut se demander quel est le statut de la gravure au photopolymère dite "non-etch" où dans ce cas le cuivre n'est pas attaqué mais c'est le photopolymère qui se dépouille (on ne peut pas dire morsure pour le bain de carbonate à 1%) après une double insolation: d'une part sous une trame aléatoire et d'autre part sous un positif en ton continu.
Cela ressemble fortement à l'héliogravure du moins dans le procédé sinon dans les résultats. En effet il faudrait démontrer que les "tailles" dans l'épaisseur du photopolymère sont modulées en profondeur proportionnellement aux opacités du positif.
Comme ce n'est certainement pas le cas il faut recourir à des distorsions de la courbe des densités par le fameux outil "courbes" dans Photoshop.

Voir le profil de l'utilisateur http://aquatinte.forumactif.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum